En "grande difficulté" fin 2020, Bagnaia se fixe un objectif modeste

Pecco Bagnaia est satisfait de ses essais à Losail mais après une fin de saison très difficile en 2020, le pilote Ducati n'affiche pas une volonté de victoire ou de podium, préférant simplement viser le top 5 en début d'année.

En "grande difficulté" fin 2020, Bagnaia se fixe un objectif modeste

Ducati a fait forte impression aux tests de Losail, principalement par le biais de Jack Miller, nouveau pilote de l'équipe d'usine et auteur du meilleur temps de la semaine. Son équipier Pecco Bagnaia, lui aussi promu depuis le team Pramac, a moins été sous les projecteurs mais il a également réalisé une belle performance, avec le cinquième temps au cumul de toutes les journées.

Bagnaia a trouvé des réglages qui lui ont donné satisfaction, ce qui lui donne l'espoir de se battre pour le top 5 en début de saison. "Je pense qu'on a fait du très bon travail durant ces quatre jours", a résumé le natif de Turin au terme de sa semaine d'essais. "Je me suis bien senti avec la moto dès le début et on a travaillé sur deux types de set-up différents. On en a choisi un, avec lequel j'ai fait une simulation de course [jeudi], ainsi qu'un time attack, et j'ai été très compétitif."

"Je suis très content du travail abattu et je pense qu'on est bien préparé pour la première course. Il sera important d'être rapide aussi sur le time attack. [Jeudi] j'ai fait un bon temps, mais je pense que ça n'est pas assez pour être sur l'une des deux premières lignes. Il faut donc qu'on travaille là-dessus, mais on est en tout cas préparé pour le moment et je pense qu'on peut se battre pour le top 5. Notre rythme est très bon, et la durée de vie des pneus aussi, donc on a très bien travaillé." 

Lire aussi :

L'objectif affiché par Bagnaia pourrait sembler modeste pour le représentant d'une équipe d'usine mais le pilote italien préfère se garder de tout excès d'optimisme après sa fin de saison difficile en 2020. Depuis son premier podium, conquis à Misano, il n'a fini qu'une seule course parmi les dix premiers et connu cinq abandons : "Si je regarde mes dernières courses de l'année dernière, je préfère dire que le top 5 sera mon objectif parce que j'ai terminé la saison en grande difficulté et je préfère penser au top 5 et non plus. Mon rythme est en tout cas très bon, alors on verra pendant le week-end."

Lorsqu'il lui est demandé s'il est logique qu'il soit considéré comme un outsider plus que comme un favori, Bagnaia répond donc avec une certaine humilité : "Tu parles ! L'année dernière, après les premières manches, je n'ai plus fini une seule course alors c'est normal qu'on ne me mette pas parmi les favoris. On en reparlera peut-être après la première course, mais pour le moment c'est normal que ce soit comme ça. J'ai fait de très bons tests, mais même moi, franchement, j'ai plus pris en considération des pilotes comme Mir ou ceux de Yamaha plutôt qu'Aleix Espargaró, par exemple, alors qu'il a fait de très bons tests et qu'il a été très rapide. C'est juste qu'il y a des pilotes dont on sait qu'ils sont toujours rapides, et d'autres qui de temps en temps réalisent un exploit. C'est normal que d'autres pilotes aient été cités comme favoris."

Les objectifs mesurés de Pecco Bagnaia ne l'empêchent pas de se satisfaire des progrès effectués depuis un an, avec d'importants gains, tant dans l'exercice des qualifications que dans les relais de course. Le pilote Ducati se sent plus à son aise sur la Desmosedici, dont il comprend mieux les subtilités qu'il y a un an.

"Mes sensations avec la moto sont vraiment très bonnes, peut-être meilleures que l'année dernière quand j'étais rapide. Je fais les choses plus facilement que l'année dernière. Et puis, l'année dernière, ces tests avaient été bons pour moi mais cette année j'ai amélioré mon rythme d'une seconde, et mon temps sur le time attack a aussi été plus rapide d'une seconde. J'ai donc beaucoup progressé, y compris en ce qui concerne ma confiance dans la moto. Je sais qu'elle est très similaire à la moto de l'année dernière, mais j'ai beaucoup amélioré mon style de pilotage et mes sensations, alors je suis très content parce que je ne me suis jamais senti aussi bien avec cette moto." 

Les écarts ont été très faibles au cours de la semaine et même s'il était très impressionné par les pilotes Yamaha au début des tests, Pecco Bagnaia a finalement du mal à dégager un favori net pour le Grand Prix du Qatar. Il s'attend à ce que plusieurs pilotes soient dans la lutte pour la victoire, avec l'espoir d'en faire partie.

"Je mettrais Jack et moi, les Yamaha, les Suzuki, Aleix Espargaró aussi parce qu'il a été très fort, et Pol Espargaró assez proche. Il est donc difficile de dire qui peut être le plus rapide pour le moment. Zarco, on a vu qu'il fait de bons temps. On a l'avantage en vitesse de pointe, ce qui nous aide toujours beaucoup. Mais j'ai du mal à dire qui est favori pour le moment. Les Yamaha, et surtout Quartararo, ont eu un très bon rythme. On est tous très proches, on est plusieurs en l'espace de deux dixièmes."

Avec Léna Buffa

partages
commentaires

Voir aussi :

Puig : "La situation de Márquez commence à se normaliser"

Article précédent

Puig : "La situation de Márquez commence à se normaliser"

Article suivant

Álex Rins ignore quel châssis il utilisera au Qatar

Álex Rins ignore quel châssis il utilisera au Qatar
Charger les commentaires
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021