Le grip arrière a limité la performance de Dovizioso en Argentine

Andrea Dovizioso regrette de ne pas avoir pu exploiter pleinement son potentiel à Termas de Río Hondo, la faute à un manque chronique d'adhérence à l'arrière.

Le grip arrière a limité la performance de Dovizioso en Argentine
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, après sa chute
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Charger le lecteur audio

Pour la première fois en près d'un an, l'équipe officielle Ducati est repartie bredouille d'un week-end MotoGP. Le Grand Prix d'Argentine n'a en effet aucunement récompensé le team factory de Borgo Panigale, la faute à deux abandons sur chute. Mais cela venait conclure un week-end déjà complexe et avare en satisfactions, et Andrea Dovizioso était d'autant plus déçu d'une chute dont il n'avait pas la responsabilité qu'il pressentait qu'un bon résultat était malgré tout possible.

Le pilote italien avait entamé le week-end argentin, vendredi, avec pour objectif de se placer dans le top 10 – qui allait être la zone de qualification automatique pour la Q2 au terme des EL3 –, et ce en prévision d'une journée de samedi annoncée humide. Pas étonnant donc qu'il ait affiché vendredi soir sa frustration de n'occuper que la 14e place, une situation qui ne s'est pas arrangée le lendemain matin puisqu'il n'a pas réussi à abaisser son chrono.

Contraint d'en passer par la Q1, il a alors établi son meilleur temps lors de sa première sortie, chaussé du pneu arrière hard. Son repêchage semblait donc garanti, et pourtant le pneu soft monté dans la foulée lui est apparu trop tendre et ne lui a pas permis d'abaisser sa référence, tandis que Dani Pedrosa et Valentino Rossi, qui disposaient encore d'un pneu hard pour cette fin de Q1, allaient chercher de meilleurs chronos in extremis.

Voilà qui a donc placé Dovizioso sur le 13e emplacement de la grille, en faisant sa plus mauvaise qualification depuis le Mugello l'an dernier. Prudent au départ, il s'est peu à peu frayé un chemin dans le peloton jusqu'à grimper à la septième place. Et c'est alors qu'il se trouvait en bagarre contre Danilo Petrucci et Aleix Espargaró que ce dernier l'a involontairement envoyé au tapis, dans le 15e tour.

À l'heure de dresser le bilan, le pilote Ducati ne retenait pas uniquement la malchance de son abandon, mais aussi une performance globale trop faible au regard de ses attentes. "J'étais très content de comment j'avais réussi à gérer la course. Au départ, j'avais réussi à récupérer beaucoup de places. Par contre, je n'étais pas très rapide et la course a confirmé certaines choses qui n'ont pas fonctionné ce week-end", expliquait-il. "On a eu la confirmation que l'on n'avait pas de grip à l'arrière. C'est étrange, parce qu'on n'a pas d'explication sur la cause. Au Qatar, on n'a pas eu ce problème."

"Cela nous a gênés pendant toutes les séances mais aussi en course, parce que je ne pouvais pas exploiter au mieux mon potentiel au freinage – ça n'était pas mal mais j'aurais pu mieux faire, la limite venait du grip arrière – et je perdais surtout beaucoup à l'accélération. Il faut que l'on comprenne pourquoi, d'autant qu'Álvaro [Bautista] a fait une très bonne course et un beau week-end, on aurait donc sûrement pu mieux faire."

"Malgré tout ce qui se passait, on pouvait se battre pour la cinquième place, ça aurait été un bon résultat et cela aurait été parfait pour le championnat ; quand on connaît un week-end aussi compliqué et que l'on ramène une cinquième place, c'est bien. C'est dommage."

Attention aux pneus au Texas

Le prochain rendez-vous sera le Grand Prix des Amériques, la semaine prochaine, une manche qui a valu à Andrea Dovizioso deux podiums avant un abandon l'an dernier, dû là encore à un harponnage involontaire et ce alors qu'il était en bagarre pour une arrivée dans le trio de tête.

"On va sûrement se rattraper à Austin", assure-t-il, rappelant cependant immédiatement qu'il faudra attendre de voir quel sera le scénario pneumatique, paramètre qui peut dicter la tournure d'un Grand Prix : "Les pneus pèsent beaucoup. C'est une situation un peu particulière parce qu'en fonction du grip qu'il y a en piste et selon les pneus qu'on nous apporte, la performance est fortement conditionnée."

partages
commentaires
Redding quatrième au championnat après deux courses régulières
Article précédent

Redding quatrième au championnat après deux courses régulières

Article suivant

Márquez : "La saison est encore longue"

Márquez : "La saison est encore longue"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021