Guintoli dans la douleur à Brno : "Je savais que ça allait être difficile"

Le pilote français a atteint ses objectifs en République Tchèque, bien qu'il ait dû serrer les dents pour boucler intégralement son week-end.

Guintoli dans la douleur à Brno : "Je savais que ça allait être difficile"
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Charger le lecteur audio

Sylvain Guintoli est parvenu à aller au bout de sa course, dimanche à Brno, en dépit du fait qu'il souffre de deux côtes cassées depuis sa chute aux 8H de Suzuka, le week-end précédent. Aidé par des antidouleurs, le pilote français a malgré tout bouclé l'intégralité du week-end tchèque, pour lequel il réalisait sa deuxième wild-card de la saison avec Suzuki.

"Ça a été très dur, une course très difficile", explique-t-il. "Je savais que ça allait être difficile. J'ai déjà couru par le passé en étant blessé, mais là ça n'a eu de cesse d'empirer tout au long du week-end. La Clinica Mobile m'a aidé, juste pour essayer d'atténuer la douleur, mais c'était encore douloureux de dompter la bête pendant 21 tours. Une longue course, donc."

Lire aussi :

Une longue course dont il avait à cœur de voir l'arrivée, lui qui avait rapidement chuté à Barcelone à l'occasion de sa première wild-card de l'année. Qualifié 21e – et finalement parti 20e à la suite du forfait de Pol Espargaró –, le Français a réussi son envol, néanmoins il a logiquement eu plus de difficultés sur la durée.

"J'ai pris un bon départ et fait de bons premiers virages. Je crois que j'étais 15e et je me suis un peu battu avec les autres au départ de la course, donc c'était bien mais, avec ma blessure, c'était vraiment difficile pour moi de garder le rythme", regrette-t-il, finalement dépassé par les Aprilia, Lüthi, Nakagami et Abraham pour terminer à la 19e place, à 42"4 du vainqueur.

"Je pensais que ce serait bien si on réussissait à terminer dans les 40 secondes [par rapport au vainqueur] et on n'en est pas loin. J'avais Karel en vue pendant quelque temps, et j'ai aussi battu Xavier [Siméon]. Le job est fait. Je suis content d'avoir réussi à terminer la course."

"J'ai un peu manqué de grip arrière pendant toute la course, j'ai donc essayé de gérer ça et d'être très fluide parce que ça patinait pas mal", souligne le pilote Suzuki, qui avait opté pour le pneu medium à l'avant et hard à l'arrière, à l'instar d'Álex Rins. "Je crois qu'on a fait le bon choix de pneus, mais cette piste est particulière", note-t-il.

37 tours de plus lundi

L'usure du pneu arrière était sur le cahier des charges de Suzuki pour la journée de test post-course de lundi, à laquelle Sylvain Guintoli a participé malgré sa blessure. Il était notamment prévu de passer en revue les données recueillies durant le Grand Prix, véritable test grandeur nature pour le pilote d'essais, afin d'en tirer des enseignements potentiellement utiles aux titulaires dès la prochaine course. Guintoli indiquait qu'il allait "travailler sur différentes stratégies : certaines seront probablement basées sur les informations qu'on a recueillies pendant la course, pour essayer de régler nos problèmes et nos faiblesses".

Lire aussi :

Un châssis incluant plusieurs nouveaux éléments, et déjà utilisé par le Français pendant le week-end, faisait partie des pièces à tester et comparer lundi, notamment dans le garage d'Álex Rins. L'électronique était aussi un axe de travail important pour l'ensemble des pilotes et a apporté des éléments positifs du côté de l'Espagnol, alors qu'Andrea Iannone a rapidement dû mettre un terme à sa journée à la suite d'une blessure.

"On a réalisé un test utile et essayé différentes pièces", explique pour sa part Guintoli. "Le week-end s'est bien déroulé. Je me serais bien passé de la blessure, c'était très douloureux, mais on a tout bouclé et recueilli beaucoup d'informations. On a confirmé certaines parties du châssis qu'on avait déjà testées à Motegi et travaillé sur de nombreuses choses différentes, parmi lesquelles des stratégies électroniques. On travaille dur, mais les courses sont bien entendu le meilleur test pour les données. On travaille sur le court, le moyen et le long terme : tout a de la valeur, que ce soit pour maintenant pour pour l'avenir." 

Après plusieurs semaines intenses partagées entre le MotoGP et les 8H de Suzuka, le Français va désormais pouvoir se reposer un peu. Il retrouvera le paddock MotoGP à l'occasion de sa prochaine wild-card, qu'il disputera en octobre au Grand Prix du Japon. "J'ai hâte d'y être. On a aussi un autre test à Motegi avant cela, ce qui sera bien pour poursuivre les essais et préparer la course."

partages
commentaires
Test intense pour Márquez : "Une nouvelle chose à chaque run"
Article précédent

Test intense pour Márquez : "Une nouvelle chose à chaque run"

Article suivant

Ducati poursuit ses comparaisons de châssis et de carénages

Ducati poursuit ses comparaisons de châssis et de carénages
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021