Guintoli : La Suzuki GSX-RR, "un beau petit missile"

partages
commentaires
Guintoli : La Suzuki GSX-RR,
Par : Léna Buffa
10 mai 2017 à 16:30

Sylvain Guintoli a retrouvé le guidon d'une MotoGP lundi et mardi pour des essais préparatoires à sa participation au Grand Prix de France, en tant que remplaçant d'Álex Rins, convalescent.

Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP

Parti du MotoGP fin 2008, et seulement revenu depuis lors pour un remplacement en 2011, Sylvain Guintoli avait la possibilité de reprendre ses marques avec la puissance de la catégorie reine durant ces deux jours, un roulage utile pour se remettre dans le bain avant de s'attaquer au Grand Prix de France la semaine prochaine.

Lundi, alors que l'ensemble des pilotes MotoGP cohabitaient en piste dans le cadre d'une journée d'essais post-course officielle, le pilote drômois est entré en scène durant la seconde moitié de l'après-midi, bouclant alors 37 premiers tours au guidon de la GSX-RR. Son meilleur temps est arrivé à la fin de son programme, un chrono de 1'41"260 qui le plaçait à une distance de 2"6, encore anecdotique en cette phase initiale de son adaptation.

Sur une piste de Jerez qu'il connaît parfaitement bien pour l'avoir souvent arpentée en essais et en compétition, Sylvain Guintoli voulait profiter de ce premier roulage pour prendre le feeling avec les pneus, la machine et le team qui va l'accompagner au Mans. Il s'agissait "juste [de] quelques tours pour comprendre comment la moto se comporte et aussi essayer de comprendre les pneus Michelin que je n'avais pas utilisés depuis 2002 – cela fait donc un moment. Je me suis senti bien et on a réussi à améliorer peu à peu mes chronos", expliquait-il.

La découverte des pneus Michelin était en effet un point essentiel du cahier des charges, sachant que Guintoli n'a plus utilisé les produits clermontois depuis 2002. Cette année-là, il avait 20 ans et touchait du doigt la catégorie reine en tant que troisième pilote Tech3, puis bénéficiait d'une wild-card à Brno pour disputer son premier Grand Prix MotoGP au guidon de la YZR500 deux-temps… Une autre époque ! "C'est une belle moto et je ne voulais vraiment pas faire de faute immédiatement. De ce point de vue-là, j'étais un peu intimidé. Ils [les pneus, ndlr] m'ont mis en confiance", assurait-il lundi.

Après une si longue période sans piloter de MotoGP et sans connaître les gommes actuelles, Sylvain Guintoli partait un peu à l'aveugle. "Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre et la moto est géniale, c'est un beau petit missile", déclarait-il lundi soir après son premier roulage. "Cette journée a été encore meilleure que ce à quoi je m'attendais. Le feeling avec une MotoGP est difficile à expliquer, c'est unique et cette Suzuki GSX-RR est tout simplement fantastique."

"Je suis surpris par la moto et par la puissance. La puissance est énorme mais elle semble amicale, elle voulait qu'on la pousse. Il n'y a rien de comparable à cette moto, elle a de la puissance partout. Et c'est contrôlé et distribué de façon unique. De ce point de vue-là c'était très, très impressionnant."

Ce premier avant-goût avait déjà permis à Sylvain Guintoli d'identifier son besoin de progresser en entrée de virage et en vitesse de passage de courbe. De quoi orienter le travail mardi, journée durant laquelle le programme devait entrer dans le vif du sujet avec cette fois un test privé, durant lequel seul Andrea Iannone poursuivait lui aussi son effort. Cette fois, Guintoli devait bénéficier de toute l'attention du team technique qui, lundi, devait également se concentrer sur le programme mené par Takuya Tsuda. Un autre pallier à franchir, donc, en vue du très attendu week-end du Mans.

Article suivant
Jonas Folger veut corriger sa copie en début de course

Article précédent

Jonas Folger veut corriger sa copie en début de course

Article suivant

Petrucci : "La moitié du travail se fait le samedi"

Petrucci : "La moitié du travail se fait le samedi"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Essais de mai à Jerez
Lieu Circuito de Jerez
Pilotes Sylvain Guintoli
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités