Guy Coulon de retour auprès de Miguel Oliveira à Misano

Paul Trevathan, chef mécanicien de Miguel Oliveira, est positif au COVID-19 et donc absent au GP d'Émilie-Romagne. Il sera remplacé par Guy Coulon, qui va renouer avec son pilote.

Guy Coulon de retour auprès de Miguel Oliveira à Misano

Miguel Oliveira va renouer son ancien chef mécanicien ce week-end au GP d'Émilie-Romagne. Épaulé par Paul Trevathan depuis le début de la saison, le Portugais ne pourra pas compter sur son ingénieur habituel, privé du déplacement à Misano par une contamination au COVID-19. KTM a donc fait appel à Guy Coulon, figure de Tech3 qui a pris du recul fin 2020 mais est resté impliqué avec l'équipe française, et qui a répondu favorablement à la demande de l'équipe officielle.

"Paul ne va pas mal, il a juste été testé positif après Austin", a rassuré Oliveira. "Il n'a pas le moindre symptôme, il va bien, sa famille va bien. Mais il est toujours positif, et pour entrer dans le paddock, il faut un test négatif après un PCR. C'était impossible pour lui d'être ici, mais il sera derrière son ordinateur pour essayer de donner autant d'informations que possible. On a demandé à Guy et il était heureux de pouvoir nous aider. C'était le meilleur plan B possible."

Miguel Oliveira n'a plus vu l'arrivée d'une course dans le top 10 depuis Assen. Seulement 14e lors de la précédente visite du championnat à Misano au mois de septembre, avec une RC16 endommagée, il se fixe pour objectif de remonter dans la hiérarchie ce week-end, Brad Binder y ayant pris la neuvième place le mois dernier.

"C'est sûr que l'objectif est d'essayer de jouer le top 10. C'est là qu'on sent qu'on devrait être. Après une course décevante ici en septembre, avec un aileron cassé sur la moto, c'était dur de voir mon vrai potentiel en course. On a l'impression qu'on peut faire mieux. Ça sera un week-end difficile entre la température et la météo. Ça sera dur de comprendre les choses sur lesquelles travailler. L'atmosphère est positive et j'espère un bon week-end."

"Le résultat d'Austin ne nous a pas vraiment réjoui", a-t-il ajouté. "On a eu quelques soucis en course et les qualifications n'ont pas été faciles donc ça a vraiment compliqué les choses. Mais j'ai senti que quand j'étais sur la moto, j'étais performant, je pouvais me battre, et l'équipe et moi nous en étions satisfaits."

Dans les dernières courses, Oliveira était limité par un poignet blessé, conséquence d'une chute lors des essais du GP de Styrie. La gêne a maintenant disparu et il espère être de retour à son meilleur niveau : "Ce qui est sûr, c'est que mon poignet est enfin revenu à la normale, c'est une chose qui a été là depuis deux mois. Ça me permettra d'être moi à nouveau sur la moto."

"J'ai eu une ecchymose osseuse, et c'est un peu plus grave qu'une fracture", a précisé le pilote KTM. "J'avais plus de douleur, moins de douleur, la convalescence n'était pas linéaire. Il y avait beaucoup de hauts et de bas. Certaines pistes étaient plus exigeantes que d'autres. Misano est très exigeant pour le poignet. Mais à Austin, c'est la première fois que j'ai senti que le poignet était à nouveau normal. C'était surtout une douleur. C'est assez difficile quand on a une si grosse limite sur le poignet pour freiner et accélérer, parce qu'on est toujours un peu sur la défensive. Ça a l'air d'être revenu à la normale donc je suis très content."

Lire aussi :

partages
commentaires
Johann Zarco : "J'ai raté ma deuxième partie de saison"
Article précédent

Johann Zarco : "J'ai raté ma deuxième partie de saison"

Article suivant

Mir et Rins seraient heureux du retour de Brivio chez Suzuki

Mir et Rins seraient heureux du retour de Brivio chez Suzuki
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021