Hayden entre reconnaissance et une pointe de frustration après Aragón

Son remplacement de Jack Miller sur le Grand Prix d'Aragón s'est soldé par un point au terme d'un week-end qui n'a eu de cesse d'aller crescendo.

Hayden entre reconnaissance et une pointe de frustration après Aragón
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Le numéro de Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Nicky Hayden, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Charger le lecteur audio

L.B., Alcañiz - Nicky Hayden a créé l'événement en prenant momentanément la place de l'Australien, blessé. Heureux de pouvoir apporter son aide et de retrouver le paddock dans lequel il a évolué 13 ans et a été titré Champion du monde, le pilote américain déchantait pourtant après la première journée d'essais.

Il déplorait alors un vrai manque de confiance qui se ressentait de manière évidente dans ses performances. À la découverte d'une nouvelle moto, de nouveaux pneus et d'une électronique standardisée qu'il avait pas utilisée jusqu'à présent, c'est avec une approche mesurée qu'il a abordé cette prise de contact, s'attirant les louanges généralisées pour son approche très professionnelle.

Une chute et une cabriole

C'est alors qu'il bataillait pour gagner en feeling qu'Hayden a connu la seule chute de son week-end, samedi matin. Et elle a de quoi rester dans les annales ! Parti à la faute un quart d'heure après Álvaro Bautista dans le virage n°14, il s'est fait une belle chaleur lorsque, une fois qu'il s'était relevé, il a vu la moto de Pol Espargaró filer vers lui après que l'Espagnol soit tombé à son tour. Il en a été quitte pour un saut de cabri qui lui a évité d'être heurté par la Yamaha.

"Ce virage est critique. Ça ne se voit pas vraiment à la télé, mais l'entrée se fait en aveugle et, quand je suis passé sur cette crête, j'ai vu les drapeaux jaunes à la dernière minute. Je ne savais pas ce qu'il y avait de l'autre côté, j'ai donc freiné un peu plus tard et j'ai bloqué l'avant. J'étais peut-être aussi un peu sur la ligne blanche, mais j'ai vu d'autres pilotes freiner à cet endroit sur la ligne blanche", expliquait-il.

"On a vu sur les datas que j'ai freiné 1,3 bar plus fort, il n'en faut pas beaucoup en ce moment avec les pneus, en particulier sur le flanc droit", précisait-il, avant de constater dans un éclat de rire que "la chute, c'était la partie facile". Surpris mais pas blessé par ce choc évité de peu, Hayden poursuivait donc son week-end à la recherche de progrès au guidon de la RC213V.

Une situation débloquée en qualifications

Aidé par l'ingénieur Cristian Gabarrini, qu'il a croisé chez Ducati sans jamais avoir été associé à lui, Nicky Hayden a réussi à trouver ses marques quelques heures plus tard, se satisfaisant alors de sensations beaucoup plus naturelles en qualifications. "J'aurais aimé avoir ce feeling [vendredi] après-midi !" pointait-il. "Avec mon deuxième pneu tendre, j'ai enfin eu du grip et j'ai pu faire tourner la moto, freiner, beaucoup progresser dans mes chronos et aussi prendre du plaisir au guidon."

La spirale positive était lancée et elle a mené le Champion du monde 2006 vers une course finalement plutôt satisfaisante même s'il a dû la disputer en queue de peloton. "Au final, la course a été ma meilleure séance du week-end. Vendredi, j'ai commencé à me battre pour trouver le bon feeling avec ces pneus et avec la moto. On a trouvé une bonne direction à suivre [samedi] soir et la moto se comportait mieux [dimanche] matin. Pour la course, on n'a rien touché", expliquait-il.

J'aurais aimé faire mieux, mais je crois que j'avais sous-estimé à quel point il serait difficile de trouver de la vitesse avec ces pneus.

Nicky Hayden

Bien parti depuis la 19e place sur la grille, il avait gagné cinq positions dans le premier tour. Après avoir été débordé par Laverty et Pirro, il s'est confronté à Petrucci, puis Barberá et Hernández. "Au final, j'ai marqué un point", constatait l'Américain, classé 15e à 40 secondes du vainqueur."Les séances fraîches du matin ne m'ont pas aidé", estimait-il. "[Dimanche], j'ai couru contre des gars qui étaient deux secondes plus rapides que moi vendredi. En tout cas, je savais pourquoi je signais. Mais j'ai couru dans un assez bon groupe. Ces gars-là ont couru toute l'année avec ces pneus et ces motos."

"J'aurais aimé faire mieux, mais je crois que j'avais sous-estimé à quel point il serait difficile de trouver de la vitesse avec ces pneus, en particulier avec l'avant parce que je ne me sentais pas bien avec. Je me suis battu, j'ai été lent et je n'ai fait qu'empirer le problème. Plus tu as confiance, plus tu peux aller vite et mieux ils fonctionneront, or je dirais que je n'ai pas eu ce feeling avant [samedi] après-midi. C'était donc un peu frustrant, mais je savais en venant que ça pourrait se passer comme ça et j'ai choisi de tenter ma chance quand même. Au final, ça n'est pas un désastre, je me suis battu contre des gars."

Présent simplement pour venir en aide à Honda et au team Marc VDS qui doivent composer avec la blessure de Jack Miller, Nicky Hayden était parfaitement conscient qu'il n'y aurait pas de suite à cet intérim et il a choisi de savourer le positif de chacun de ces trois jours.

"Ça a été un plaisir de travailler avec Cristian [Gabarrini], il a remporté deux titres, avec deux équipes différentes et deux motos différentes, tous les ingénieurs ne peuvent pas en dire autant. J'espère avoir appris quelque chose en travaillant avec lui et le team", soulignait-il. "Il m'a beaucoup aidé. Il connaît cette moto et il est clair que la tâche aurait été plus difficile sans lui. C'était un plaisir de travailler avec lui."

"C'est une année de plus où je marque des points en MotoGP", souriait l'Américain, qui a la particularité d'avoir couru après avoir été intronisé au rang de Légende. Quant à revenir en 2017, c'est une perspective peu réaliste : "L'année prochaine, j'espère me rapprocher des avant-postes en World Superbike et Honda Europe ne voudrait pas que je revienne ! Il ne faut jamais dire jamais, mais pour le moment, Jack est en forme, c'est sa moto, c'est son team. Ce n'était qu'un one-shot."

Casquette Nicky Hayden 2016
Casquette Nicky Hayden 2016, en vente sur Motorstore.com
partages
commentaires

Mauvaises vibrations en Aragón pour l'équipe Ducati

Rossi veut puiser une énergie positive d'un titre qu'on lui a "volé"