MotoGP
26 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
32 jours
16 avr.
Prochain événement dans
46 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
59 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
87 jours
03 juin
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
108 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
115 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
129 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
178 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
199 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
234 jours
28 oct.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
255 jours

C'était un 10 juillet : Hayden secoue Laguna avec sa 1ère victoire

Il y a 15 ans jour pour jour, Nicky Hayden remportait la première victoire de sa carrière MotoGP, lors du retour des Grands Prix à Laguna Seca.

partages
commentaires
C'était un 10 juillet : Hayden secoue Laguna avec sa 1ère victoire

Quand le circuit californien de Laguna Seca a réintégré le calendrier mondial, en 2005, 11 ans avaient passé depuis la dernière édition du Grand Prix des États-Unis, suffisamment pour que la plupart des pilotes n'y aient jamais posé leurs roues.

Piste hautement crainte pour le souvenir impressionnant qu'elle avait laissé dans les mémoires en Championnat du monde, elle suscitait autant d'appréhension que d'excitation, nouveau défi que certains rêvaient déjà d'accrocher à un palmarès forgé aux quatre coins du monde. Mais quatre Américains étaient engagés en MotoGP à l'époque, et eux savaient qu'ils avaient potentiellement une carte à jouer. Car Laguna ne se dompte pas si aisément, qu'il s'agisse de son illustre S en devers du Corkscrew ou de sa ligne droite pas si droite, en plus d'être bombée, et qui mène vers le verdict intraitable qu'est l'Andretti Hairpin.

Lire aussi :

En arrivant sur place, cette année-là, les Américains jubilent, mais il en est un qui laisse vite les promesses en l'air de côté pour rentrer dans le concret. À la fin de la première journée, Nicky Hayden a plus de deux dixièmes d'avance sur tout le monde. Arrivé deux ans plus tôt en MotoGP, le Kentucky Kid a tout gagné dans le championnat américain, où il a multiplié les records de précocité. Les souvenirs sont encore bien vifs et, au guidon de la Honda RC211V, il retrouve immédiatement ses automatismes.

Au début, Troy Bayliss − qui courait sur place peu de temps auparavant en World Superbike − s'accroche, mais pendant les qualifications l'Australien laisse filer le #69 : celui-ci atomise la concurrence avec le seul tour en 1'22 bouclé de tout le week-end sur la piste de 3,610 km. Qualifié deuxième, Valentino Rossi concède trois dixièmes et demi… un gouffre. Le lendemain, Hayden prend place sur le premier emplacement de la grille de départ pour la première fois depuis qu'il a rejoint le MotoGP. Il n'a encore rien gagné, n'est monté que trois fois sur le podium, mais ce petit quelque chose en plus qu'il faut pour dompter Laguna Seca lui confère une aisance qui laisse la concurrence bouche-bée.

Lorsque le départ est donné, en ce 10 juillet, c'est un festival. Il bondit et prend la meilleure trajectoire dans les premières centaines de mètres pour entrer dans l'épingle avec, déjà, une avance nette. Rossi, derrière lui, a déjà une seconde de retard à la fin du premier tour et cet écart ne fera que grandir durant 32 tours.

Mal parti, Colin Edwards réussit dans un sursaut d'orgueil à inverser la tendance de sa propre course et à remonter dans la hiérarchie. S'il est un temps le plus rapide en piste, les trois secondes de retard qu'il affiche sur Hayden pèsent trop lourd pour être comblées. Surtout qu'Edwards doit attendre la mi-course pour se défaire de Rossi, qu'il passe admirablement dans le Corkscrew, faisant briller la livrée vintage des Yamaha officielles.

Devant, Hayden ne s'embarrasse pas du paraître et gère une avance qui ne descendra jamais sous les deux secondes avant le dernier tour. Devant 57'932 spectateurs aux anges, il avale la ligne d'arrivée dans la liesse et célèbre sa première victoire comme un accomplissement. Son père, l'inimitable Earl Hayden, se fait embarquer pour un tour d'honneur de folie à l'arrière de la RCV, dont il descendra la jambe brûlée !

Imbattable en ce 10 juillet 2005, Nicky Hayden s'imposera à nouveau l'année suivante, en route cette fois vers le titre.

Cliquez sur les flèches pour passer en revue les photos de la course.

Nicky Hayden

Nicky Hayden
1/16

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Troy Bayliss

Troy Bayliss
2/16

Photo de: Camel Media Service

Valentino Rossi

Valentino Rossi
3/16

Photo de: Gauloises Fortuna Racing

Troy Bayliss

Troy Bayliss
4/16

Photo de: Camel Media Service

Nicky Hayden

Nicky Hayden
5/16

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Nicky Hayden

Nicky Hayden
6/16

Photo de: Bob Heathcote

Troy Bayliss

Troy Bayliss
7/16

Photo de: Camel Media Service

Colin Edwards

Colin Edwards
8/16

Photo de: Gauloises Fortuna Racing

Nicky Hayden

Nicky Hayden
9/16

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Nicky Hayden

Nicky Hayden
10/16

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Nicky Hayden

Nicky Hayden
11/16

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Nicky Hayden

Nicky Hayden
12/16

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Nicky Hayden

Nicky Hayden
13/16

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Nicky Hayden félicité par Valentino Rossi

Nicky Hayden félicité par Valentino Rossi
14/16

Photo de: Repsol Media

Podium : Nicky Hayden fête sa victoire avec Colin Edwards et Valentino Rossi

Podium : Nicky Hayden fête sa victoire avec Colin Edwards et Valentino Rossi
15/16

Photo de: Bob Heathcote

Podium : Nicky Hayden, Colin Edwards et Valentino Rossi

Podium : Nicky Hayden, Colin Edwards et Valentino Rossi
16/16

Photo de: Gauloises Fortuna Racing

L'annulation du GP des Amériques confirmée par la FIM

Article précédent

L'annulation du GP des Amériques confirmée par la FIM

Article suivant

Transferts MotoGP : qui pilotera où en 2021 ?

Transferts MotoGP : qui pilotera où en 2021 ?
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP des États-Unis
Lieu WeatherTech Raceway Laguna Seca
Pilotes Nicky Hayden
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020