Poncharal : "Un conte de fées" avec le succès d'Oliveira à Portimão

Hervé Poncharal est "au paradis" après le deuxième succès de Tech3 au Grand Prix du Portugal, à nouveau conquis grâce à Miguel Oliveira, encensé par son team manager.

Poncharal : "Un conte de fées" avec le succès d'Oliveira à Portimão

Et de deux pour Tech3 ! Il y a quelques mois, l'équipe française entamait se 20e campagne au plus haut niveau, toujours en quête de son premier succès dans la catégorie. Dimanche, Miguel Oliveira a conclu la saison avec une deuxième victoire au GP du Portugal, faisant suite à celle du GP de Styrie obtenue durant l'été. Déjà très ému au Red Bull Ring, Hervé Poncharal était aux anges après l'arrivée à Portimão, et même stupéfait tant son pilote, parti en pole et leader de bout en bout, s'est montré dominateur à domicile, pour sa dernière apparition au guidon de la KTM de Tech3 avant de piloter celle du team d'usine en 2021.

"Sincèrement, je suis sans voix", a reconnu le patron de Tech3. "On savait que ce week-end serait particulier, sur un circuit particulier, avec une belle météo et des gens fantastiques pour nous accueillir au Portugal. Mais on savait aussi qu'il y aurait une certaine pression et on espérait que tout se passerait bien. Quand on a fait la pole [samedi], je me suis dit 'Wow, on a fait quelque chose de bien' et c'était 50% du travail, mais je savais que la plus grosse partie nous attendait dimanche."

Poncharal était très stressé avant le départ et même si le déroulement de la course a été idéal pour Oliveira et Tech3, la tension est restée palpable sur le muret des stands : "Sincèrement, j'ai mal dormi [dans la nuit de samedi à dimanche] parce qu'il y avait de grosses attentes et que je savais qu'un bon résultat était possible. Tout le management de Red Bull et de KTM était là, et je connaissais l'importance de cette course pour Miguel, donc j'étais très tendu jusqu'au départ, et quand elle a débuté, ça a été comme un conté de fées. La course a été très longue, parce qu'on ne s'attendait pas à ce que Miguel s'échappe et creuse un si gros écart en quelques tours. C'était un compte à rebours avec les tours, en espérant qu'il n'y ait pas d'erreur, parce que tant qu'on ne voit pas le drapeau à damier, rien n'est fait."

Lire aussi :

Hervé Poncharal craignait un début de course difficile pour son pilote mais c'est pourtant dans les premiers tours que le Portugais a fait le plus mal à ses adversaires, repoussant Franco Morbidelli à plus de deux secondes en moins de quatre boucles. "On avait pris l’option sécuritaire au niveau des pneus – le dur devant, le dur derrière –, on pensait que ça serait peut-être un peu compliqué en début de course de résister à ceux qui avaient pris une gomme un peu plus tendre devant", a reconnu le team manager au micro de Canal+. "Et puis, vous avez vu comme moi, il est parti, il a imprimé le rythme. Jusqu’à trois ou quatre tours de la fin, c’était lui le plus rapide en piste."

Miguel Oliveira était très attendu au Portugal, pour la première visite du plateau MotoGP dans son pays depuis la saison 2012. Des dizaines de motards l'ont suivi pour l'encourager lors de son arrivée sur le circuit le jeudi et malgré cette pression, le héros local a été impérial tout le week-end, menant les Essais Libres 1 avant de signer la pole et de survoler les débats en course.

"J'ai été impressionné par le calme de Miguel, je dirais qu'il a été 'zen' tout le week-end", analyse Poncharal, qui prédit un bel avenir au Portugais au guidon de la KTM : "C'est vraiment quelqu'un de bien, un grand champion, parce que quand on peut gérer la pression comme il l'a fait, cela veut dire qu'on a encore beaucoup de choses à démontrer."

"Cette victoire est la deuxième de l'année, la deuxième avec Miguel évidemment, et la deuxième avec KTM, mais ce qui est peut-être encore plus fort, c'est la domination de Miguel. Il a dominé avec la KTM RC16 et je suis tout simplement au paradis. Je suis très heureux pour Miguel, toute l'équipe, les supporters, tous ceux qui ont énormément travaillé. Comme je l'ai dit aux gens de KTM, il est prêt, il est chaud, donc maintenant ils vont accueillir un pilote MotoGP de premier plan pour les deux prochaines saisons."

Lire aussi :

La deuxième saison de Tech3 avec KTM a vu la formation de Bormes-les-Mimosas décrocher 152 points, plus du triple du total enregistré durant l'année 2019, malgré cinq Grands Prix de moins et l'absence d'Iker Lecuona dans deux courses, pour cause de coronavirus, avant qu'il soit remplacé par Mika Kallio à Portimão. "C’est fabuleux, voilà, finir une saison comme ça – une pole, une victoire avec une telle domination – c’est génial", conclut Poncharal. "On n’est pas trop habitués à ça et ce que j’aime dans ce sport, ce sont ces émotions. Je suis très ému, très heureux et comme le ciel, bleu et pur."

Avec Fabien Gaillard

partages
commentaires
Stats - Oliveira clôt l'année de rêve des pilotes satellites

Article précédent

Stats - Oliveira clôt l'année de rêve des pilotes satellites

Article suivant

Émotion entre Rossi et Yamaha : "Pas des adieux, une transition"

Émotion entre Rossi et Yamaha : "Pas des adieux, une transition"
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021