Poncharal : "Un conte de fées" avec le succès d'Oliveira à Portimão

Hervé Poncharal est "au paradis" après le deuxième succès de Tech3 au Grand Prix du Portugal, à nouveau conquis grâce à Miguel Oliveira, encensé par son team manager.

Poncharal : "Un conte de fées" avec le succès d'Oliveira à Portimão
Charger le lecteur audio

Et de deux pour Tech3 ! Il y a quelques mois, l'équipe française entamait se 20e campagne au plus haut niveau, toujours en quête de son premier succès dans la catégorie. Dimanche, Miguel Oliveira a conclu la saison avec une deuxième victoire au GP du Portugal, faisant suite à celle du GP de Styrie obtenue durant l'été. Déjà très ému au Red Bull Ring, Hervé Poncharal était aux anges après l'arrivée à Portimão, et même stupéfait tant son pilote, parti en pole et leader de bout en bout, s'est montré dominateur à domicile, pour sa dernière apparition au guidon de la KTM de Tech3 avant de piloter celle du team d'usine en 2021.

"Sincèrement, je suis sans voix", a reconnu le patron de Tech3. "On savait que ce week-end serait particulier, sur un circuit particulier, avec une belle météo et des gens fantastiques pour nous accueillir au Portugal. Mais on savait aussi qu'il y aurait une certaine pression et on espérait que tout se passerait bien. Quand on a fait la pole [samedi], je me suis dit 'Wow, on a fait quelque chose de bien' et c'était 50% du travail, mais je savais que la plus grosse partie nous attendait dimanche."

Poncharal était très stressé avant le départ et même si le déroulement de la course a été idéal pour Oliveira et Tech3, la tension est restée palpable sur le muret des stands : "Sincèrement, j'ai mal dormi [dans la nuit de samedi à dimanche] parce qu'il y avait de grosses attentes et que je savais qu'un bon résultat était possible. Tout le management de Red Bull et de KTM était là, et je connaissais l'importance de cette course pour Miguel, donc j'étais très tendu jusqu'au départ, et quand elle a débuté, ça a été comme un conté de fées. La course a été très longue, parce qu'on ne s'attendait pas à ce que Miguel s'échappe et creuse un si gros écart en quelques tours. C'était un compte à rebours avec les tours, en espérant qu'il n'y ait pas d'erreur, parce que tant qu'on ne voit pas le drapeau à damier, rien n'est fait."

Lire aussi :

Hervé Poncharal craignait un début de course difficile pour son pilote mais c'est pourtant dans les premiers tours que le Portugais a fait le plus mal à ses adversaires, repoussant Franco Morbidelli à plus de deux secondes en moins de quatre boucles. "On avait pris l’option sécuritaire au niveau des pneus – le dur devant, le dur derrière –, on pensait que ça serait peut-être un peu compliqué en début de course de résister à ceux qui avaient pris une gomme un peu plus tendre devant", a reconnu le team manager au micro de Canal+. "Et puis, vous avez vu comme moi, il est parti, il a imprimé le rythme. Jusqu’à trois ou quatre tours de la fin, c’était lui le plus rapide en piste."

Miguel Oliveira était très attendu au Portugal, pour la première visite du plateau MotoGP dans son pays depuis la saison 2012. Des dizaines de motards l'ont suivi pour l'encourager lors de son arrivée sur le circuit le jeudi et malgré cette pression, le héros local a été impérial tout le week-end, menant les Essais Libres 1 avant de signer la pole et de survoler les débats en course.

"J'ai été impressionné par le calme de Miguel, je dirais qu'il a été 'zen' tout le week-end", analyse Poncharal, qui prédit un bel avenir au Portugais au guidon de la KTM : "C'est vraiment quelqu'un de bien, un grand champion, parce que quand on peut gérer la pression comme il l'a fait, cela veut dire qu'on a encore beaucoup de choses à démontrer."

"Cette victoire est la deuxième de l'année, la deuxième avec Miguel évidemment, et la deuxième avec KTM, mais ce qui est peut-être encore plus fort, c'est la domination de Miguel. Il a dominé avec la KTM RC16 et je suis tout simplement au paradis. Je suis très heureux pour Miguel, toute l'équipe, les supporters, tous ceux qui ont énormément travaillé. Comme je l'ai dit aux gens de KTM, il est prêt, il est chaud, donc maintenant ils vont accueillir un pilote MotoGP de premier plan pour les deux prochaines saisons."

Lire aussi :

La deuxième saison de Tech3 avec KTM a vu la formation de Bormes-les-Mimosas décrocher 152 points, plus du triple du total enregistré durant l'année 2019, malgré cinq Grands Prix de moins et l'absence d'Iker Lecuona dans deux courses, pour cause de coronavirus, avant qu'il soit remplacé par Mika Kallio à Portimão. "C’est fabuleux, voilà, finir une saison comme ça – une pole, une victoire avec une telle domination – c’est génial", conclut Poncharal. "On n’est pas trop habitués à ça et ce que j’aime dans ce sport, ce sont ces émotions. Je suis très ému, très heureux et comme le ciel, bleu et pur."

Avec Fabien Gaillard

partages
commentaires
Stats - Oliveira clôt l'année de rêve des pilotes satellites
Article précédent

Stats - Oliveira clôt l'année de rêve des pilotes satellites

Article suivant

Émotion entre Rossi et Yamaha : "Pas des adieux, une transition"

Émotion entre Rossi et Yamaha : "Pas des adieux, une transition"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021