Honda : une bouffée d'air frais dans une année de cauchemar

Le Grand Prix d'Allemagne a offert à Honda et Marc Márquez une parenthèse enchantée, près d'un an après la blessure du champion espagnol. Mais ce retour à la victoire ne règle pas les problèmes du constructeur.

Honda : une bouffée d'air frais dans une année de cauchemar

Après avoir conclu la saison 2019 par une victoire, et plus globalement une triple couronne mondiale doublée d'un record de points au championnats pilotes, Honda a vu ses statistiques s'effondrer à partir du moment où son champion s'est blessé, lors du premier Grand Prix de 2020. Durant 21 courses et 581 jours, il n'y allait plus y avoir de victoire pour la marque, une première historique depuis 1982.

Revenu de blessure il y a deux mois, Marc Márquez s'est vite rendu compte qu'il n'était pas encore au niveau pour gagner et il a par ailleurs découvert une moto dont le niveau s'était fortement dégradé, au point qu'aucun autre pilote n'ait pu prendre le relais des succès en son absence. Quelques lueurs d'espoir ont pu apparaître, notamment lors d'une pole position et de deux podiums obtenus en 2020, ou encore lorsque le même Márquez a mené quelques tours du Grand Prix de France, le mois dernier, sous la pluie, mais le dernier pas n'était jamais franchi.

Et puis est arrivé le Sachsenring, l'une des pistes fétiches du pilote au numéro 93, un enchaînement de virages à gauche qui tombait à point nommé pour soulager son bras droit meurtri et, qui sait, peut-être lui offrir une chance de victoire. Tout au long du week-end, le pilote espagnol et son équipe ont admis un avantage à rouler sur place, tout en tempérant toutefois les prédictions hasardeuses. Étaient-ils prêts à gagner ? "Probablement pas", assurait Alberto Puig à la veille de la course. "Nous devons améliorer la moto et Marc est un peu loin d'être en pleine forme."

Soit. Mais quand on place Marc Márquez à l'avant de la grille sur une piste qui lui plaît autant, il tente forcément sa chance. Et il s'avère qu'avant la fin du premier tour, ça l'a placé en tête. Dès lors, il n'allait pas se faire prier pour poursuivre sur sa lancée et tenter d'avaler les virages et les tours à un rythme de vainqueur. Les aléas de la course ont fait le reste, entre l'arrivée de la pluie qui a paralysé certains de ses adversaires ou un Miguel Oliveira certes très performant mais qui avait perdu trop de temps en début d'épreuve, et à la fin du 30e tour la Honda du champion espagnol passait la ligne d'arrivée en premier, faisant fondre en larmes les plus pudiques de ses responsables d'équipe.

"Il y avait une possibilité, mais c'est facile à dire maintenant !" déclarait après coup un Alberto Puig extatique auprès du site officiel du MotoGP. "Si nous devions avoir une chance, c'était probablement aujourd'hui. Cette piste convient très bien à Marc et à la Honda. C'était une possibilité, mais en toute franchise ça n'était pas facile du tout. Sa condition n'est pas celle qu'elle devrait être et nous savions que nous allions souffrir, mais quand on a Marc en piste on ne sait jamais. Aujourd'hui il y est arrivé et nous sommes très heureux pour lui, car il a vécu un cauchemar, et ce durant longtemps."

Ce retour à la victoire vient désormais alléger le constructeur japonais et son équipe officielle, après une année cauchemardesque et un début de championnat 2021 qui n'a pas permis un retour à la normale contrairement à ce qui avait pu être espéré. "Ça a été dur, je peux vous le dire, ça a été très dur ces derniers mois. Je ne veux pas le cacher. C'est difficile compte tenu de la situation dans laquelle est Marc, et aussi par rapport à Pol [Espargaró] qui est nouveau dans l'équipe et qui a un peu de mal avec la moto. Mais on essaye de rester unis, d'avancer en groupe", explique le team manager Repsol Honda.

"Quand les résultats n'arrivent pas, particulièrement quand vous avez l'habitude de gagner, c'est difficile de garder une bonne atmosphère. Mais je dois dire que nous arrivons malgré tout plus ou moins à maintenir une ambiance et une approche assez stables face à nos problèmes et au travail que nous devons faire. Ça pourrait être chaotique mais ça ne l'est pas tellement, et nous avançons. Et je pense que la raison pour laquelle nous faisons cela est que nous sommes ici pour Honda et nous comprenons que la course ce n'est pas toujours Disneyland. Il y a des hauts et des bas, et il faut être plus fort encore quand on est en bas. Ça n'est pas une période facile, mais aujourd'hui nous avons gagné."

Lire aussi :

Une victoire qui ne règle pas les problèmes

Malgré la joie qui s'est emparée du clan Honda dimanche, chacun reste réaliste. Alberto Puig l'assure, ce succès ne règle pas les problèmes de la RC213V. "Je pense que nous devons résoudre nos problèmes et que Marc doit continuer à se rétablir", a-t-il prévenu. "Nous connaîtrons des hauts et des bas cette saison. Le résultat au Sachsenring est très important, mais cela ne signifie pas que nous avons désormais tout réglé. Ce serait une erreur de le penser, nous devrions plutôt penser à ce que nous pouvons petit à petit améliorer et aborder une nouvelle bataille à Assen."

"Honda y travaille. Nous savons que nous avons un problème et nous ne nous en cachons pas. Nous avons un problème et nous allons le régler. Honda c'est Honda, ce n'est pas un petit vendeur mais une immense entreprise, et nous croyons dans nos efforts et dans notre technologie, alors nous allons régler cela. Mais pour le moment, nous ne pouvons pas dire que nous avons une moto parfaite. Alors nous avons gagné cette course, Marc l'a gagnée, et bien sûr nous sommes super heureux, mais ça ne veut pas dire que notre problème est réglé."

"Il faut que nous continuions à travailler. Nous savons que nos pilotes, Honda et l'équipe vont continuer à travailler, et c'est tout ce que nous pouvons faire. Essayer et ne jamais baisser les bras. Je pense que c'est la clé de l'esprit de la course, continuer à pousser quelle que soit votre condition et toujours croire que vous pouvez y arriver."

partages
commentaires
Fernández intéresse bien Petronas, qui ne veut pas "interférer" avec KTM

Article précédent

Fernández intéresse bien Petronas, qui ne veut pas "interférer" avec KTM

Article suivant

Stats - Le retour du SachsenKing !

Stats - Le retour du SachsenKing !
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021