Iannone a réussi à inverser la tendance à Assen

Andrea Iannone abordait le Grand Prix des Pays-Bas en connaissance de cause : jugé coupable d'avoir fait chuter Lorenzo à Barcelone, il devrait s'élancer du fond de la grille. Malgré cette pénalité, il a réussi à marquer de bons points.

Iannone a réussi à inverser la tendance à Assen
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team, et Scott Redding, Pramac Racing
Andrea Iannone, Ducati Team fairing
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team

Cette huitième manche de la saison n'a pas été exempte de difficultés pour le pilote Ducati, c'est le moins que l'on puisse dire. Outre son départ de la septième ligne de la grille, il a été victime d'une chute durant la phase initiale de la course, disputée dans des conditions dantesques qui en ont piégé plus d'un. Pour autant, le pilote italien a réussi à décrocher la 5e place, avec au fond de lui le sentiment qu'un trophée était à sa portée.

Dès l'extinction des feux, Iannone s'est illustré dans une remontée de peloton imparable qui l'a vu se propulser au 11e rang en à peine un tour, avant de boucler le tour suivant en 7e position. Après s'être rapidement défait de Pedrosa, il est allé chercher Márquez, faisant son entrée dans le top 5 au bout de six tours.

S'il a initialement vu le quatuor de tête se détacher de lui, allant jusqu'à compter 5"6 de retard au 11e passage sur la ligne de chronométrage, Andrea Iannone a ensuite inversé la tendance pour revenir à deux secondes. C'est alors qu'il est parti à la faute, piégé par le déluge qui allait provoquer l'interruption de la course trois minutes plus tard.

"Ce dont je suis content c'est que, dans la première course, j'ai récupéré énormément de places alors que je partais dernier et j'ai été très rapide tout en ayant beaucoup de pilotes devant moi", se félicitait-il à chaud au micro de Sky Italia. "Les conditions étaient difficiles pour tout le monde. Pendant la première course, j'ai glissé et j'ai réussi à repartir tout de suite, mais de nouveau j'étais derrière, dix-septième."

Cette chute a eu pour conséquence de placer Iannone à nouveau très loin sur la seconde grille de départ. Il est reparti à l'assaut du peloton, sa remontée le ramenant à la 5e place dans le quatrième tour. Toutefois, alors qu'il était plus nettement distancé par les leaders cette fois, il s'en est tenu à ce rang, déjà synonyme de précieux points.

"Le second départ n'a pas été comme le premier, mais j'ai malgré tout disputé une bonne course", juge-t-il. "La situation n'était pas facile sur le mouillé. Les pneus offraient un bon grip mais on ne savait pas à quel point on pouvait pousser."

"On a ramené des points importants, qui pèsent lourd. Disons que le week-end a été positif, le bilan n'a pas été mauvais", souligne le pilote Ducati, désormais 8e du championnat à six points du pilote qui le précède. "On va de l'avant. Il reste encore beaucoup de courses à disputer et on va essayer de récupérer les points perdus."

"Tout le monde fait des erreurs"

Souvent auteur de performances prometteuses cette année, Andrea Iannone peine à capitaliser sur son potentiel et les nombreux aléas connus sur ces huit premières manches se font sentir dans son butin. Au point qu'il en vient déjà à penser à son prochain passage chez Suzuki et au nouveau chapitre qu'il y écrira…

"J'espère disputer une bonne saison l'année prochaine", prévient-il. "Malheureusement, cette année on a récolté peu, alors qu'on a toujours été très rapides. On termine à la 5e place, mais sur le sec on aurait sûrement pu atteindre le podium", estime-t-il au sujet de l'épreuve d'Assen.

"Beaucoup m'ont critiqué après Barcelone, mais j'ai pris ces critiques avec le sourire et de façon positive, afin d'apprendre. Les nombreux changements de cette saison me mettent en difficulté, peut-être que je fais plus de fautes que les autres, mais au fond tout le monde fait des erreurs", conclut Andrea Iannone.

partages
commentaires
Chronique Mamola - Des chutes en pagaille
Article précédent

Chronique Mamola - Des chutes en pagaille

Article suivant

Stoner espère avoir aidé les pilotes d'usine Ducati

Stoner espère avoir aidé les pilotes d'usine Ducati
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021