Iannone pense pouvoir aider Aprilia à régler "le b.a.-ba"

partages
commentaires
Iannone pense pouvoir aider Aprilia à régler
Par : Léna Buffa
5 déc. 2018 à 08:35

Le nouveau pilote Aprilia est convaincu qu'il va pouvoir apporter à la marque un leadership technique qui lui faisait défaut jusqu'à présent et ainsi régler les problèmes de la RS-GP, pas aussi importants qu'il y paraît selon lui.

Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Iannone, Aprilia Racing Team Gresini

Andrea Iannone est entré dans la trêve hivernale après avoir réalisé quatre jours de tests au guidon de sa nouvelle moto, l'Aprilia RS-GP. Une machine qui termine sa troisième saison d'exploitation et qui, une nouvelle fois, a valu à Noale la dernière place du championnat constructeurs cette année.

Si les pilotes de la marque ont jusqu'à présent été très loquaces quant aux faiblesses de la machine et à la nécessité de fortement la faire progresser dans un avenir proche, l'Italien a tenu à relativiser les critiques récurrentes. Affirmant avoir d'emblée saisi les points perfectibles, il s'affiche comme le sauveur d'une équipe qui aurait manifestement eu besoin d'un meneur pour orienter son développement.

"À mon avis, l'Aprilia a une très bonne base, il faut régler certaines choses, aussi bien du côté de l'électronique que d'autres choses. C'est un peu le b.a.-ba, mais ils n'ont probablement jamais eu d'indications sur certains aspects. Je les fournis. Pour eux ce sont de nouvelles choses, alors je suis positif de ce point de vue-là", assure Andrea Iannone.

Lire aussi :

"Sur certains points on n'est pas si loin au final. Il y a beaucoup de choses très positives sur la moto. Il faut changer, régler certaines choses, mais je m'attends à ce que ce soit faisable. Ça n'est pas une moto qui a de très gros problèmes. C'est une moto qui tourne très bien, une moto très agile. Il faut qu'on progresse sur l'accélération, qu'on arrive à mieux accélérer, à mieux contrôler le wheelie, mais ce sont des choses qui ne m'inquiètent pas."

Pour ses premiers tests, le numéro 29 a travaillé sur une configuration 2018, sans encore entrer dans le détail de nouveautés comme peut le faire Aleix Espargaró depuis déjà plusieurs semaines. Une évaluation qui lui fait dire que le potentiel est déjà très élevé en l'état : "À mon avis, Aprilia n'a pas besoin d'une nouvelle moto. La base dont on dispose a encore de la marge. Il faut réussir à encore mieux exploiter ce qu'on a et comprendre ce qu'il nous faut."

Bien qu'il ait souvent été décrié, le moteur de la RS-GP n'est pas, selon le nouveau pilote Aprilia, le Talon d'Achille de la moto, ou du moins aurait-il besoin d'être exploité différemment pour donner satisfaction.

"Le moteur est très fort, mais on n'arrive à l'exploiter qu'en cinquième ou sixième, parce que jusqu'à la quatrième, on se bat un peu avec le wheelie. C'est un aspect important, mais ils ne s'en étaient pas rendu compte avant et ils sont en train de le comprendre désormais", soutient-il.

"Pour Aprilia, je suis un pilote important"

Nouveau venu chez Aprilia après un passage de deux ans chez Suzuki qui a tourné court, Iannone se réjouissait dès son premier test de l'accueil qui lui a été réservé. "Beaucoup de personnes m'attendaient, avec beaucoup d'enthousiasme", se félicitait-il. "Je ressens très fortement cet enthousiasme et cette chaleur, et ça me fait très plaisir. Je me rends compte que, pour Aprilia et pour toutes les personnes qui sont au box, je suis un pilote important et, à mon avis, c'est une très bonne base pour entamer notre futur travail. C'est ce dont j'avais besoin et de ce point de vue-là je suis très satisfait."

Lire aussi :

Après sa deuxième séance de travail, et bien qu'il n'ait bouclé que 107 au cumul des deux tests (47 à Valence et 60 à Jerez), il confirmait se sentir on ne peut mieux au sein de sa nouvelle équipe. "L'équipe fonctionne bien", assurait-il. "Je sens que je suis dans un groupe qui essaye de bien faire les choses et de me fournir le maximum de soutien possible et c'est complètement ce que j'attendais."

Indulgent envers un nouveau groupe de travail à qui il considère qu'il apporte une nouvelle impulsion, il sait ce qu'il veut pour l'avenir : "Il y a des choses à accélérer, il faut réussir à faire certaines modifications en moins de temps, parce qu'il nous faut beaucoup de temps pour changer certaines choses, mais ils n'étaient pas habitués à travailler sous certains aspects." Aleix Espargaró, notamment, appréciera…

Article suivant
Rossi : Hamilton ? "Il faut qu'il vienne au Ranch !"

Article précédent

Rossi : Hamilton ? "Il faut qu'il vienne au Ranch !"

Article suivant

Morbidelli : "La Yamaha, une moto moins physique que la Honda"

Morbidelli : "La Yamaha, une moto moins physique que la Honda"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Andrea Iannone Boutique
Équipes Aprilia Racing Team Gresini
Auteur Léna Buffa