Iannone espère des progrès d'électronique et un nouveau châssis

partages
commentaires
Iannone espère des progrès d'électronique et un nouveau châssis
Par : Léna Buffa
Co-auteur: Mitchell Adam
6 juin 2017 à 16:01

L'Italien estime que les progrès de la Suzuki seront difficiles à obtenir pendant les Grands Prix et indique qu'un nouveau châssis fait partie des prochaines évolutions.

Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP, Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Un logo d'Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP

Avec dans ses bagages une expérience MotoGP exclusivement acquise avec Ducati, Andrea Iannone a bien du mal, pour l'instant, à rééditer les performances qui étaient les siennes avec les Rouges ainsi que celles que réalisait Maverick Viñales au guidon de la Suzuki l'an dernier.

Quatorzième du championnat avec pour meilleur résultat une septième place à ce stade de l'année, il s'est classé dixième au Mugello, un circuit sur lequel il était monté sur le podium ces deux dernières années. À l'arrivée, il constatait que les problèmes avec lesquels il doit composer étaient inchangés et reconnaissait que Barcelone, le week-end prochain, était une échéance un peu trop proche pour espérer en venir à bout dans l'immédiat.

"Il faut que l'on réalise des changements, en avançant peu à peu mais [ce sont des changements] importants. On doit perfectionner de nombreuses choses, à commencer par l'électronique parce qu'aujourd'hui [dimanche], quand le pneu était neuf, j'ai réussi à rattraper le groupe de tête, à rester avec eux et à me battre, mais quand le pneu arrière commence à glisser, on peine à contrôler le comportement de la moto et à gérer la situation. Tout devient plus difficile. Cet aspect doit être absolument amélioré ", relatait-il à l'arrivée, au micro de Sky Italia.

"En plus de cela, on n'arrive pas à bien accélérer : quand on redresse la moto elle patine énormément, alors on perd à l'accélération. Au freinage non plus, on n'arrive pas à ralentir comme on le voudrait. Ce sont donc beaucoup de petits aspects qu'il faut perfectionner. Je pense qu'on a les bases pour y arriver", pointait le pilote italien.

Des nouveautés en prévision

Avant les premiers essais du Mugello, Andrea Iannone a fait savoir qu'un nouveau châssis était en projet sur la GSX-RR. "Au Japon, [les ingénieurs] travaillent très dur, je pense qu'ils entament la production d'un nouveau châssis pour l'avenir", indiquait-il, espérant une solution dans les semaines à venir.

"Je pense que nous comprenons quelle est la direction à suivre, mais il est difficile de progresser pendant les courses", reconnaissait-il par ailleurs. "Nous avons besoin et nous attendons de nouvelles pièces du Japon et je pense que dans trois ou quatre courses on aura une bonne chance de progresser, mais pour le moment on fait de notre mieux avec cette moto."

Pour sa part, Ken Kawauchi, directeur technique de Suzuki, a fait savoir au soir du Grand Prix d'Italie que l'équipe profiterait du test post-course, la semaine prochaine, pour "tester de nombreux éléments de la moto afin de progresser à l'accélération et en matière de traction".

Article suivant
Viñales garde son objectif en ligne de mire et veut croire en lui

Article précédent

Viñales garde son objectif en ligne de mire et veut croire en lui

Article suivant

21e dans le deuxième tour, Folger reste gêné par ses débuts de course

21e dans le deuxième tour, Folger reste gêné par ses débuts de course
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Italie
Catégorie Course
Lieu Mugello
Pilotes Andrea Iannone Boutique
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa
Type d'article Réactions