Iannone rêve d'une moto officielle et d'un hypothétique retour en MotoGP

Maintenant qu'il a relancé sa carrière en WorldSBK, Andrea Iannone pourrait-il faire son retour en MotoGP ? Aux yeux du team manager de Ducati, Davide Tardozzi, cela s'annonce "assez difficile".

Andrea Iannone, Team Go Eleven

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Suspendu quatre ans pour dopage, Andrea Iannone a réussi à sortir la tête de l'eau. Il a purgé sa peine, a trouvé un guidon en WorldSBK pour reprendre la compétition sitôt qu'il y a été autorisé et se fait remarquer depuis pour ses bonnes performances (deux podiums sur six top 5 en quatre manches) et une attitude globalement saluée. Le casque très humaniste qu'il portait récemment à Misano a incarné ce Iannone nouveau, qui se dit aujourd'hui apaisé.

Sur sa Ducati satellite, alignée par le team GoEleven, Iannone rêve maintenant à la suite. Son nom continue à circuler en MotoGP, la grille qu'il aimerait tant retrouver, et particulièrement grâce au soutien que n'a cessé de lui exprimer Paolo Campinoti, patron du team Pramac. De là à concrétiser cela par un contrat, la route est toutefois très longue.

Interrogé par GPOne, Davide Tardozzi, team manager de l'équipe officielle Ducati, n'a pas caché que les opportunités étaient très limitées pour l'ancien pilote officiel de la marque. "Je m'entends très bien avec Andrea et, comme nous le savons, Paolo Campinoti est un de ses très grands admirateurs", a souligné le responsable italien. "Je pense néanmoins que les choses sont relativement difficiles, et ce pour diverses raisons."

"Andrea se comporte très bien en Superbike, mais le MotoGP représente un autre step, et je ne sais pas s'il pourrait encore le digérer après tant d'années. Et puis, la manière de piloter a changé, de même que les caractéristiques des motos."

"Compte tenu de son âge, Andrea devrait essayer d'obtenir de bons résultats en Superbike. Il a sûrement le MotoGP en tête, mais je crois que ce sera difficile pour lui d'y arriver. Il a malgré tout un talent naturel, et je veux rappeler une chose que m'a dite Marc Márquez il y a quelques années : Iannone était le seul pilote que Marc 'craignait' en Moto2. Andrea a mérité ce respect de la part d'un octuple Champion du monde."

Andrea Iannone à la grande époque de ses luttes contre Marc Marquez en MotoGP.

Andrea Iannone à la grande époque de ses luttes contre Marc Márquez en MotoGP.

Photo de: Repsol Media

"Il est clair que Iannone veut essayer de revenir parce que c'est un pilote qui est talentueux et passionné. Personnellement, je pense que c'est juste qu'il essaye de revenir en MotoGP, parce que s'il croit en ses qualités, il doit essayer. En même temps, cependant, j'utilise la raison, car je suis conscient de ce que sont les dynamiques actuelles dans le paddock, et je dis que ça va être difficile. Mais une chose est sûre : si un pilote est fort en course, il doit y croire et essayer. Donc, s'il croit qu'il est fort, il doit essayer."

"Je ne ferme la porte à personne"

À bientôt 35 ans, celui qui a couru pour les équipes officielles Ducati, Suzuki et Aprilia réécrit sa vie et ignore pour le moment ce que lui réservera la suite. Interrogé sur les rumeurs le liant au MotoGP pendant le dernier week-end du WorldSBK, il a laissé entendre que des contacts étaient établis, déclarant à GPOne : "Je ne ferme la porte à personne. Ceux qui doivent savoir quelles sont mes priorités les connaissent. […] Ce qui est bien, c'est de savoir qu'il y a de bonnes options des deux côtés et j'ai déjà une priorité."

La priorité en question est de courir sur une moto officielle après cette saison de remise dans le bain. "J'ai des propositions sur la table", a fait savoir le pilote à Misano, "mais il est encore tôt pour prendre une décision. Il est clair que le point central est d'avoir une moto d'usine dans une équipe officielle, c'est la chose la plus importante."

Du côté de chez Ducati, Gigi Dall'Igna se montre pour le moins mesuré face à cette perspective. "Andrea est resté quatre longues années sans courir, il est revenu il y a quatre mois et ça n'est pas facile. Parfois, il a montré son potentiel, mais il doit s'améliorer un peu", a pointé le grand patron du programme. "Je suis confiant, parce que je le connais et je connais son talent, il peut faire de très bonnes choses. Mais notre premier choix sera assurément Álvaro [Bautista]."

Quant aux guidons officiels en MotoGP, ils sont réduits à peau de chagrin désormais : si Andrea Iannone devait véritablement réunir cette priorité annoncée et son rêve de retrouver les Grands Prix, cela devrait passer par Yamaha, qui a encore un guidon à attribuer aux côtés de Fabio Quartararo, ou par Honda, le nom qui circule le plus le concernant. D'après nos informations, Joan Mir devrait toutefois conserver sa place, aux côtés d'un Luca Marini déjà sous contrat pour 2025.

Avec Lorenza D'Adderio et Juliane Ziegengeist

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Toprak Razgatlioglu déterminé à rejoindre le MotoGP dès 2025
Article suivant LCR veut rester fidèle à Honda malgré les difficultés

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France