Quand l'Indonésie accueillait les 500cc dans les années 1990

Avant Mandalika ce week-end, Sentul a été le théâtre des deux premiers GP d'Indonésie en 1996 et 1997. Retour sur ces deux épreuves dominées par les pilotes Honda.

Quand l'Indonésie accueillait les 500cc dans les années 1990
Charger le lecteur audio

Mandalika organise sa première course de MotoGP ce week-end, mais pas le premier Grand Prix d'Indonésie. Important marché du deux-roues, l'archipel attache une grande importance à la moto et il a déjà accueilli deux courses de 500cc à la fin des années 1990, sur la piste de Sentul, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale Jakarta, sur l'île de Java.

Construit avec l'espoir de faire venir la Formule 1, le circuit a vite dû revoir ses plans. Le tracé était trop court et trop étroit pour les monoplaces et s'est finalement révélé plus adapté aux motos. La première compétition majeure à y faire étape a été le Championnat du monde de Superbike en 1994, un an après l'inauguration de Sentul, et les 500cc s'y sont rendues pour la première fois en 1996.

Lire aussi :

La compétition sur deux roues ayant de très nombreux adeptes en Indonésie, la course a immédiatement suscité un fort engouement populaire qu'Alex Crivillé n'avait pas anticipé. "Tout le monde connaissait la moto", s'est souvenu le pilote espagnol sur le site officiel du MotoGP. "J'avais même beaucoup de supporters, c'était une surprise pour moi."

Déjà deuxième manche de la saison en 1996, le GP d'Indonésie faisait suite à une ouverture en Malaisie, à Shah Alam, où Mick Doohan, alors double Champion du monde, avait dû se contenter de la quatrième place après avoir perdu la tête en raison d'un problème de pneu. Auteur de la pole à Sentul, l'Australien a gardé la tête au départ mais Tadayuki Okada l'a doublé dans le premier tour. Doohan a vite repris les commandes pour contrôler la suite de la course et s'imposer devant Alex Barros et Loris Capirossi, tandis qu'Okada a été stoppé par un problème technique.

Mick Doohan a remporté le premier GP d'Indonésie

Mick Doohan a remporté le premier GP d'Indonésie

Le Japonais s'est rattrapé l'année suivante. Cette fois avant-dernier rendez-vous de l'année, le GP d'Indonésie a accueilli Mick Doohan en quadruple Champion, dans une saison qu'il avait survolée. Ce dernier a signé la pole devant Okada et le lendemain, les deux hommes ont très vite creusé l'écart en tête, Alex Crivillé perdant définitivement le contact en raison d'un passage hors piste.

La fin de course a été très animée. Doohan a mené l'essentiel de l'épreuve avec Okada dans sa roue, et la première place n'a cessé de changer de mains dans les deux dernières boucles. Okada a pris un avantage définitif sur son coéquipier chez Honda dans l'avant-dernier virage, pour franchir la ligne d'arrivée avec 0"069 d'avance et s'offrir le premier de ses quatre succès dans la catégorie.

Tadayuki Okada a remporté son duel face à Mick Doohan en 1997

Tadayuki Okada a remporté son duel face à Mick Doohan en 1997

Quelques heures plus tôt, Sentul avait été le théâtre du dernier succès d'un certain Valentino Rossi dans la catégorie 125cc, avant son passage en 250cc l'année suivante. Déjà assuré de la couronne mondiale depuis deux courses, l'Italien s'était aisément imposé après avoir contrôlé l'épreuve.

Malgré le succès populaire, la crise économique qui a touché l'Asie du Sud-Est a provoqué a mis fin à l'événement, annulé et remplacé par l'Argentine pour la saison 1998. Dans les années 2010, un retour de Sentul au calendrier a été évoqué mais le projet à Mandalika l'a finalement emporté. C'est dans cette station balnéaire située à l'opposée du pays et sur une autre île que la catégorie reine se produira ce week-end, un quart de siècle après sa dernière course dans le pays.

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Problème de Quartararo : Michelin pointe la responsabilité de Yamaha
Article précédent

Problème de Quartararo : Michelin pointe la responsabilité de Yamaha

Article suivant

GP d'Indonésie : ce qui attend les pilotes à Mandalika

GP d'Indonésie : ce qui attend les pilotes à Mandalika