Interview - L'équipe Suzuki vise le top 8, sans pression du constructeur

Interview - L'équipe Suzuki vise le top 8, sans pression du constructeur
Davide Brivio, Team Suzuki MotoGP
Aleix Espargaro, Team Suzuki MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki MotoGP et Loris Baz, Forward Racing Yamaha
Maverick Viñales, Team Suzuki MotoGP, Aleix Espargaro, Team Suzuki MotoGP
Aleix Espargaro, Team Suzuki MotoGP
Aleix Espargaro, Team Suzuki MotoGP et Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Maverick Viñales, Team Suzuki MotoGP, Mike Di Meglio, Avintia Racing Ducati et Alex de Angelis, Ioda Racing Project ART
Aleix Espargaro, Team Suzuki MotoGP
Aleix Espargaro, Team Suzuki MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki MotoGP
Jack Miller, Team LCR Honda et Maverick Viñales, Team Suzuki MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki MotoGP

L.B., Le Mans - Après une parenthèse de trois ans, Suzuki effectue cette saison son retour en MotoGP avec une structure dirigée par l'expérimenté Davide Brivio, ancien team manager Yamaha. Des débuts plutôt prometteurs, quoique contraints à la modestie qu'impose l'interruption de ce programme qui a laissé s'échapper les mastodontes du Championnat.

"Nous devons nous estimer heureux de ce que nous faisons, parce que nous sommes une équipe débutante, jeune," rappelle Davide Brivio à Motorsport.com. "Nous n'en sommes qu'à notre première année de course après un arrêt plutôt long et nous avons clairement beaucoup de terrain à rattraper par rapport à ceux qui sont toujours restés en MotoGP."

Randy de Puniet a eu un rôle très important.

Davide Brivio

Afin de porter la GSX-RR à un niveau digne du MotoGP, Randy de Puniet a beaucoup pesé dans la préparation de ce projet dont il a mené les essais durant un an et demi. "Il a eu un rôle très important," confirme Brivio. "Il a donné les premières indications sur les problèmes de châssis qu'avait cette moto et les problèmes d'électronique. Son expérience a été très utile pour nous."

Pour la concrétisation, c'est toutefois vers de jeunes pilotes que Suzuki s'est tourné. Après avoir un temps tenté de convaincre Andrea Iannone, finalement parti vers l'équipe officielle Ducati, c'est aux Espagnols Aleix Espargaro et Maverick Viñales qu'a été confiée la GSX-RR. Des pilotes qui ne bénéficient pas d'une expérience aussi riche l'un que l'autre et qui jouent donc un rôle différent au sein de l'équipe, sans nourrir les mêmes ambitions immédiates.

"Nous sommes ravis de nos pilotes, c'était un bon choix parce que ce sont deux jeunes pilotes," juge le directeur de l'équipe. "Aleix a quand même beaucoup d'expérience et il est utile pour ses conseils et la façon dont il mène notre développement. Il sait ce qu'il veut, il sait ce qu'il faut et il nous donne de bonnes indications. A mon avis, Maverick Viñales a beaucoup de talent. Il fera certainement partie des protagonistes à l'avenir. Il grandit avec nous : pendant que nous essayons de faire progresser la moto, lui se familiarise avec le MotoGP."

Pas de pression de la part du constructeur

Après les cinq premières manches de la saison, les pilotes Suzuki occupent la neuvième et la dixième places du Championnat, avec pour meilleurs résultats deux septièmes positions décrochées par Espargaró. Un bon début, qui permet à l'équipe de figurer devant l'équipe satellite Ducati (Pramac), mais encore à distance respectable des trois constructeurs leaders du MotoGP. La route est encore longue et passe nécessairement par le développement d'une moto manquant encore de certaines qualités essentielles.

"D'un point de vue technique, beaucoup de choses peuvent bien entendu être améliorées. Néanmoins, nous sommes partis d'une très bonne base en matière de châssis," rappelle Brivio. "Nous sommes en train de développer le moteur, car nous ne sommes pas très rapides pour le moment. Nous travaillons également sur l'électronique, un secteur plutôt compliqué qui demande beaucoup d'expérience. Pour des débutants, c'est plutôt bien. Nous réalisons un travail de développement de la moto et de croissance en tant que team et pilotes. Nous espérons travailler longuement tous ensemble, conserver ce groupe pour valoriser tout ce travail."

Ce n'est pas un projet d'un an ou deux. Je crois que nous avons le temps.

Davide Brivio

Quid du niveau attendu à court terme? "Difficile de fixer un objectif chiffré," temporise Davide Brivio. "C'est maintenant qu'arrive le plus difficile. Nous devons nous rapprocher le plus possible de nos adversaires principaux, à savoir les trois constructeurs engagés depuis des années. La situation s'est un peu compliquée parce que Ducati s'est portée au niveau de Honda et Yamaha, mais cela reste notre objectif."

"J'estime que faire partie des huit premiers cette année serait un bon résultat. Ensuite, nous devrons essayer de progresser dans les années à venir et, qui sait, dans quelque temps rivaliser avec eux. Le travail de Ducati a démontré qu'il fallait beaucoup de temps. Nous essaierons donc de suivre une route qui nous permette de nous battre le plus tôt possible avec ces trois équipes."

Le directeur de l'équipe assure ne pas avoir la corde au cou, la maison-mère d'Hamamatsu ayant décidé ce retour parfaitement consciente des délais nécessaires au succès. "C'est un projet qui démarre tout juste. Suzuki revient en MotoGP, ce n'est donc pas un projet d'un an ou deux. Je crois que nous avons le temps pour faire du bon travail," promet Davide Brivio.

 

partages
Márquez reste en lice pour le titre, jugent Rossi et Lorenzo
Article précédent

Márquez reste en lice pour le titre, jugent Rossi et Lorenzo

Article suivant

Pol Espargaró opéré pour un arm-pump

Pol Espargaró opéré pour un arm-pump
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021