La dégringolade de Miller causée par son pneu arrière

Jack Miller s'est "heurté à un mur" avec son pneu arrière au Grand Prix du Qatar, conclu à une décevant neuvième place. Alors qu'il était candidat à la victoire, l'Australien peine à comprendre son problème.

La dégringolade de Miller causée par son pneu arrière

Pendant que Johann Zarco et Pecco Bagnaia montraient le potentiel des Ducati à Losail en se battant pour la victoire et en finissant sur le podium, Jack Miller a vécu une course plus difficile. Auteur d'un excellent envol depuis la cinquième place sur la grille, l'Australien a abordé le premier virage à la deuxième position, avant de perdre une position au profit de Zarco à l'entame du deuxième tour. Miller était alors en mesure de tenir le rythme des deux autres Desmosedici sans prendre trop de risques, ce qui n'a pas duré longtemps.

"On a eu un très bon départ", a déclaré le #43. "J'ai pu attaquer comme je le voulais. Pas trop au début, mais à peut-être 12 ou 14 tours de la fin, quand Viñales m'a doublé, je me suis dit 'OK, maintenant il faut hausser le rythme'. J'ai pu descendre dans des chronos dans la fenêtre basse des 1'55 pendant quelques tours et après, bam, je me suis en quelques sortes heurté à un mur et j'ai commencé à perdre l'arrière en milieu de courbe. J'ai juste essayé de gérer le pneu au début et ça n'a pas vraiment fonctionné donc on doit comprendre ce que j'ai fait et ce que les autres ont fait."

Ces difficultés avec le pneu arrière ont fait chuter Miller au neuvième rang à l'arrivée, derrière les frères Espargaró, et ses soucis font écho à ceux rencontrés par son équipier Pecco Bagnaia et par Fabio Quartararo. Le pilote Ducati a "du mal à dire" quelle est la cause de cette dégradation soudaine puisqu'il estime avoir tout fait pour préserver sa gomme avant de sentir un problème sur le côté droit, ce qui l'a particulièrement pénalisé dans le virage 14, suivi d'une ligne droite au bout de laquelle de nombreux pilotes l'ont doublé.

"J'étais vraiment à l'aise à la troisième place, puis Zarco m'a laissé passé et je me suis dit 'OK, on les laisse passer'. J'ai été très calme, très prudent avec les pneus. C'est surtout le côté droit qui posait problème à la remise des gaz. Je me suis fait une grosse frayeur en essayant de suivre Viñales à la sortie du virage 5. J'ai perdu l'arrière dès que j'ai utilisé le frein arrière sur l'angle. À partir du moment où ça arrive, c'est dur de garder de la vitesse en courbe. Comme je l'ai dit, il faut analyser ce que je dois faire différemment ou s'il faut changer quelque chose."

Lire aussi :

Sept jours pour trouver sept secondes

Favori après son meilleur temps dans les tests puis en EL2, disputés au même horaire que les qualifications et la course, Jack Miller a conclu donc ce premier week-end de la saison loin du podium. Ses deux chutes en EL1 et en EL3, dans des conditions différentes de celles rencontrées en nocturne, ont laissé des traces mais il était convaincu d'avoir le potentiel pour s'imposer quand la course a débuté.

"On est dans une équipe factory maintenant, on ne veut pas être neuvième, mais ce sont les cartes qu'on nous a données. Neuf points, c'est mieux que zéro, mais on doit comprendre ce qu'il s'est passé et travailler sur ça pour la semaine prochaine. On a une nouvelle course dans sept jours donc on doit analyser ça et y travailler."

"C'est sûr que ces petites chutes de merde dans l'après-midi ont un peu miné ma confiance, mais en termes de pilotage, je me sentais bien, j'étais confiant. Le vent a été un peu étrange, c'est certain, mais je sentais que nous avions le package pour nous battre pour la victoire, au moins dans la [première] moitié de la course. J'étais calme mais je finis à sept secondes, donc il faudra trouver sept secondes dans les sept prochains jours, c'est aussi simple que ça."

Miller a régulièrement balayé l'étiquette de favori collée sur les pilotes Ducati ces dernières semaines et le résultat du Grand Prix du Qatar semble lui avoir donné raison, la victoire étant revenue à la Yamaha de Maverick Viñales et les Suzuki de Joan Mir et Álex Rins ayant réalisé une remontée dont elles ont le secret.

"Je l'ai toujours dit, je pensais que Suzuki cachait son jeu dans les tests. Ils n'ont jamais vraiment montré leur vrai potentiel et on l'a vu [en course]. Comme on l'a souvent vu par le passé, ils arrivent à préserver les pneus et à être très bons à la fin de course. Mir aurait pu être sur le podium. Je n'aurais pas pu être sur le podium mais c'était une belle course, disputée jusqu'à la fin. Pour Yamaha, je n'ai pas vraiment été impressionné par leur rythme, Maverick a fait une course fantastique mais comme prévu, on ne roulait pas en 1'54, mais en 1'55. Je n'ai pas pu tenir leur rythme à la fin. J'ai fini à sept secondes de la victoire. On a du travail. On débute la saison de cette façon et c'est comme ça. Il faut continuer à travailler."

partages
commentaires
Joan Mir : "Mon ambition m'a coûté le podium"
Article précédent

Joan Mir : "Mon ambition m'a coûté le podium"

Article suivant

Pol Espargaró en colère mais rassuré après ses débuts avec Honda

Pol Espargaró en colère mais rassuré après ses débuts avec Honda
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021