Miller juge qu'une main engourdie lui a coûté le podium à Jerez

La seconde moitié de la course de Jerez s'est avérée compliquée pour Jack Miller, dont la main droite s'est engourdie. Il aura tout de même marqué de gros points et se concentre à présent sur le deuxième Grand Prix sur place.

Miller juge qu'une main engourdie lui a coûté le podium à Jerez

Jack Miller s'est fait déposséder du podium à deux tours de l'arrivée du Grand Prix d'Espagne, dépassé par un Andrea Dovizioso épuisé mais incisif à la fin d'une course qui avait été éprouvante. Le pilote australien, lui, a terminé avec une main droite engourdie, expliquant que cela lui avait coûté sa place dans le top 3.

À sept tours de l'arrivée, Miller était encore deuxième. Il n'est descendu du podium provisoire que dans le 20e des 25 tours de la course, dépassé comme tant d'autres par un Marc Márquez à qui personne ne parvenait à répliquer. Deux boucles plus tard, la chute de l'Espagnol replaçait le pilote Pramac au troisième rang, avant l'attaque finale de Dovizioso.

Lire aussi :

"Mon principal souci c'est que ma main a commencé à être engourdie à environ 12 tours de l'arrivée. Je pense que ça a un rapport avec la position du guidon. Heureusement, on a une autre course ici le week-end prochain, alors on va essayer quelques trucs. Mais à partir de là j'étais une proie facile", regrette Miller, qui a peiné durant la seconde moitié de la course à accélérer aussi bien qu'il le faisait précédemment.

"Le ressenti avec mes pneus et ma moto était excellent. C'est juste dommage que j'aie perdu un peu le feeling de la poignée et que je n'arrivais pas à être doux avec l'accélérateur en fin de course. Donc je prends la quatrième position, ce sont des points importants pour le championnat et on reviendra le week-end prochain avec les idées plus claires maintenant que l'on a fait 25 tours."

Miller estime que les caractéristiques de la piste de Jerez pourraient expliquer qu'il ait eu cette mauvaise position sur le guidon et ces sensations d'une main engourdie et d'un poignet un peu trop mou. Il l'avait déjà expérimenté lors de la précédente édition de ce Grand Prix. "C'est quelque chose que j'ai déjà ressenti ici l'an dernier, ça a à voir avec cette piste car on est tout le temps décalé de la moto", explique-t-il.

"Avec les MotoGP modernes, on a tous une moitié de main qui pend du levier, à l'extérieur, quand on passe dans un virage à droite", poursuit-il. "Dès que je remettais ma main sur le guidon à l'endroit où elle devait être pour passer dans un virage à droite, je sentais que c'était un peu mou dans cette partie de ma main. [...] Dans les virages à gauche, ce n'était pas un problème, au freinage non plus. Par le passé, j'ai pensé que ça pouvait être un arm-pump, mais c'est plus la manière dont je tiens le guidon, je pense."

Finalement classé à moins d'une seconde du podium, Jack Miller veut voir le verre à moitié plein. Il se souvient que Jerez ne lui avait jamais rapporté mieux qu'une sixième place en MotoGP, sans compter qu'elle ne fait pas partie des étapes favorites de Ducati. Et la tournure qu'a prise le championnat lors de ce premier round pourrait ouvrir des opportunités dont il pourrait lui aussi profiter.

"Il fallait être assez patient aujourd'hui. C'était la clé, je pense, et j'y suis parvenu. Mes pneus étaient géniaux. C'est dommage que je n'aie pas pu tourner la poignée comme je l'aurais souhaité dans la dernière partie de la course pour vraiment essayer de rester avec Maverick [Viñales]. Il a fini juste devant moi [à deux secondes, ndlr], par contre je ne pense pas que j'aurais pu suivre Fabio, il avait un super rythme", estime le pilote Pramac.

Lire aussi :

"Cela aurait pu être mieux, mais c'était vraiment une bonne course pour moi en comparaison avec l'an dernier ici, à Jerez, particulièrement au vu des conditions et du fait que l'on n'avait pas couru depuis longtemps. Dès lors, c'est bien de finir quatrième. Le plus important pour moi était de terminer et nous y sommes parvenus."

"La moto aurait sans doute dû être sur le podium, mais c'est comme ça. Avec tant de courses consécutives en si peu de temps, mon objectif principal était de terminer quatrième, de terminer en tout cas. Rins est out ici et peut-être aussi pour la prochaine, Crutchlow n'a pas non plus pu courir et Marc est aussi blessé − cette deuxième chute était énorme."

"Le championnat est très ouvert maintenant, et j'occupe la quatrième position après la première course, alors concentrons-nous sur le fait de progresser. Comme je l'ai dit, je pense que si ma main avait été bien, j'aurais dû monter sur le podium. Le week-end prochain, mon objectif est d'y être."

Avec Guillaume Navarro  

partages
commentaires
Espargaró : Dépasser une Ducati avec la KTM ? Mission impossible

Article précédent

Espargaró : Dépasser une Ducati avec la KTM ? Mission impossible

Article suivant

Stats - Quartararo, héros de la France et de Yamaha !

Stats - Quartararo, héros de la France et de Yamaha !
Charger les commentaires
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021