Miller et Bagnaia n'ont pas montré leur vrai niveau

Les pilotes du team Ducati factory n'ont pas visé la performance pure ce vendredi au Sachsenring. Jack Miller est "assez confiant" mais Pecco Bagnaia ne cache pas que cette piste lui pose problème.

Miller et Bagnaia n'ont pas montré leur vrai niveau

Ducati n'a placé que deux pilotes dans le top 10 ce vendredi au Sachsenring, et un seul représentant de son équipe officielle, Jack Miller, auteur du neuvième temps à 0"009 de Johann Zarco. L'Australien n'a pas effectué de véritable time attack puisqu'il a choisi de ne pas rouler avec un pneu tendre, préférant attendre samedi matin pour se lancer dans une tentative lui permettant d'assurer sa qualification directe pour la Q2.

S'il n'a pas véritablement visé la performance pure, Miller est encouragé par son rythme en vue de la course, après avoir pu faire des comparaisons intéressantes entre le medium et le dur à l'arrière, mais il sait aussi qu'il doit progresser dans son pilotage, surtout dans certaines portions du circuit. Tout au long de la journée, il était très rapide dans la première moitié du circuit avant de perdre du temps.

"Je suis très à l'aise dans les deux premiers secteurs et je peux y être très performant", confirme Miller. "Le secteur 3 n'est pas fantastique. En fin de journée, j'y étais plus rapide mais je n'ai pas pris le tendre, j'ai pris un medium à la fin, j'avais un dur au début de la séance. Je ne pense pas que la piste était très performante aujourd'hui, je m'attends à ce qu'elle soit plus rapide demain matin. C'était la logique derrière ça."

Lire aussi :

"Je me suis senti relativement bon en medium. J'ai pu trouver un peu plus de temps dans mon dernier tour en EL2. C'est sûr qu'il y a encore une marge de progrès. C'est plus dans mon pilotage que le reste, surtout au virage 9, en haut de la montée, j'utilise trop le frein arrière, ce qui enlève beaucoup de charge sur l'avant. Je panique peut-être un peu en haut de la montée et je contrôle la vitesse. C'est un état d'esprit et je dois travailler sur ça pour demain. J'ai déjà progressé à la fin du relais et j'ai pu gagner de la vitesse dans les deux derniers secteurs."

"Je pense qu'on est sur la bonne voie. Je me sentais vraiment bien en pneu medium ce matin. Le dur était vraiment bon, vraiment constant, mais il n'avait vraiment pas les performances du pneu medium. Mais en tout cas, je suis assez confiant avec le travail que nous avons fait aujourd'hui et j'attends les qualifications avec impatience."

Bagnaia a "beaucoup de mal" sur cette piste

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Au guidon de la seconde Desmosedici officielle, Pecco Bagnaia s'est fait plus que discret. Après avoir réalisé le 11 temps en EL1, il a terminé la séance de l'après-midi à la dernière place, préférant rester sur le même train de pneus. Le #63 a eu du mal à faire de bons chronos en gommes neuves, si bien qu'il était encore dans un rythme très similaire à la fin d'un relais dépassant pourtant les 20 tours.

"Je n'ai travaillé qu'en pneus usés, je n'ai pas pris de pneus neufs pour le time attack", explique Bagnaia. "En pneus neufs, en début de séance, j'ai eu un peu de mal à faire un bon temps et c'est facile de comprendre que quelque chose ne fonctionne pas très bien, parce qu'à la fin, je n'étais qu'à un dixième du meilleur temps. Ce sont des chronos très constants mais on doit progresser dans les six ou sept premiers tours en pneus neufs pour faire mieux, parce que je souffre un peu et que les autres sont plus rapides. Mais nous sommes proches parce que rouler en 1'22"2 ou 1"22"3 après 23 ou 24 tours sur les pneus, c'est un très bon rythme. Il faut être plus rapides dans la première partie."

Bagnaia compte maintenant évaluer la gomme dure qui a plu à Miller et surtout partir à l'assaut du chronomètre pour tenter d'atteindre la Q2 :  "Je me suis juste concentré sur le dur à l'avant et le medium à l'arrière. Ce sont de bons pneus. Demain, je vais tester le dur à l'arrière parce que Jack a été constant et rapide. Je veux l'essayer mais en EL3, je vais faire le time attack que je n'ai pas fait aujourd'hui."

Lire aussi :

Pecco Bagnaia reconnaît néanmoins ses difficultés sur le Sachsenring. Seulement 17e lors de sa seule visite sur ce circuit en MotoGP il y a deux ans, il doit encore trouver comment bien exploiter les gommes en début de relais mais veut rester optimiste : "Je suis dernier donc j'ai beaucoup de choses à apprendre ! Par rapport à il y a deux ans, mon rythme est bien meilleur, donc je ne suis pas inquiet pour la course à ce stade."

"Mais j'ai toujours eu beaucoup de mal sur cette piste. J'ai fait un podium en 2017 en Moto2, mais j'avais eu du mal tout le week-end. Je sais comment gérer les pneus sur cette piste mais pour moi, c'est très dur d'être rapide en pneus neufs ici. Je dois progresser dans ce domaine mais je suis certain qu'on sera vraiment très forts dimanche."

partages
commentaires

Voir aussi :

Photos - Les pilotes MotoGP retrouvent le Sachsenring

Article précédent

Photos - Les pilotes MotoGP retrouvent le Sachsenring

Article suivant

Márquez n'accepterait pas de vivre la situation de Rossi

Márquez n'accepterait pas de vivre la situation de Rossi
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021