Miller et Bagnaia n'ont pas montré leur vrai niveau

Les pilotes du team Ducati factory n'ont pas visé la performance pure ce vendredi au Sachsenring. Jack Miller est "assez confiant" mais Pecco Bagnaia ne cache pas que cette piste lui pose problème.

Miller et Bagnaia n'ont pas montré leur vrai niveau

Ducati n'a placé que deux pilotes dans le top 10 ce vendredi au Sachsenring, et un seul représentant de son équipe officielle, Jack Miller, auteur du neuvième temps à 0"009 de Johann Zarco. L'Australien n'a pas effectué de véritable time attack puisqu'il a choisi de ne pas rouler avec un pneu tendre, préférant attendre samedi matin pour se lancer dans une tentative lui permettant d'assurer sa qualification directe pour la Q2.

S'il n'a pas véritablement visé la performance pure, Miller est encouragé par son rythme en vue de la course, après avoir pu faire des comparaisons intéressantes entre le medium et le dur à l'arrière, mais il sait aussi qu'il doit progresser dans son pilotage, surtout dans certaines portions du circuit. Tout au long de la journée, il était très rapide dans la première moitié du circuit avant de perdre du temps.

"Je suis très à l'aise dans les deux premiers secteurs et je peux y être très performant", confirme Miller. "Le secteur 3 n'est pas fantastique. En fin de journée, j'y étais plus rapide mais je n'ai pas pris le tendre, j'ai pris un medium à la fin, j'avais un dur au début de la séance. Je ne pense pas que la piste était très performante aujourd'hui, je m'attends à ce qu'elle soit plus rapide demain matin. C'était la logique derrière ça."

Lire aussi :

"Je me suis senti relativement bon en medium. J'ai pu trouver un peu plus de temps dans mon dernier tour en EL2. C'est sûr qu'il y a encore une marge de progrès. C'est plus dans mon pilotage que le reste, surtout au virage 9, en haut de la montée, j'utilise trop le frein arrière, ce qui enlève beaucoup de charge sur l'avant. Je panique peut-être un peu en haut de la montée et je contrôle la vitesse. C'est un état d'esprit et je dois travailler sur ça pour demain. J'ai déjà progressé à la fin du relais et j'ai pu gagner de la vitesse dans les deux derniers secteurs."

"Je pense qu'on est sur la bonne voie. Je me sentais vraiment bien en pneu medium ce matin. Le dur était vraiment bon, vraiment constant, mais il n'avait vraiment pas les performances du pneu medium. Mais en tout cas, je suis assez confiant avec le travail que nous avons fait aujourd'hui et j'attends les qualifications avec impatience."

Bagnaia a "beaucoup de mal" sur cette piste

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Au guidon de la seconde Desmosedici officielle, Pecco Bagnaia s'est fait plus que discret. Après avoir réalisé le 11 temps en EL1, il a terminé la séance de l'après-midi à la dernière place, préférant rester sur le même train de pneus. Le #63 a eu du mal à faire de bons chronos en gommes neuves, si bien qu'il était encore dans un rythme très similaire à la fin d'un relais dépassant pourtant les 20 tours.

"Je n'ai travaillé qu'en pneus usés, je n'ai pas pris de pneus neufs pour le time attack", explique Bagnaia. "En pneus neufs, en début de séance, j'ai eu un peu de mal à faire un bon temps et c'est facile de comprendre que quelque chose ne fonctionne pas très bien, parce qu'à la fin, je n'étais qu'à un dixième du meilleur temps. Ce sont des chronos très constants mais on doit progresser dans les six ou sept premiers tours en pneus neufs pour faire mieux, parce que je souffre un peu et que les autres sont plus rapides. Mais nous sommes proches parce que rouler en 1'22"2 ou 1"22"3 après 23 ou 24 tours sur les pneus, c'est un très bon rythme. Il faut être plus rapides dans la première partie."

Bagnaia compte maintenant évaluer la gomme dure qui a plu à Miller et surtout partir à l'assaut du chronomètre pour tenter d'atteindre la Q2 :  "Je me suis juste concentré sur le dur à l'avant et le medium à l'arrière. Ce sont de bons pneus. Demain, je vais tester le dur à l'arrière parce que Jack a été constant et rapide. Je veux l'essayer mais en EL3, je vais faire le time attack que je n'ai pas fait aujourd'hui."

Lire aussi :

Pecco Bagnaia reconnaît néanmoins ses difficultés sur le Sachsenring. Seulement 17e lors de sa seule visite sur ce circuit en MotoGP il y a deux ans, il doit encore trouver comment bien exploiter les gommes en début de relais mais veut rester optimiste : "Je suis dernier donc j'ai beaucoup de choses à apprendre ! Par rapport à il y a deux ans, mon rythme est bien meilleur, donc je ne suis pas inquiet pour la course à ce stade."

"Mais j'ai toujours eu beaucoup de mal sur cette piste. J'ai fait un podium en 2017 en Moto2, mais j'avais eu du mal tout le week-end. Je sais comment gérer les pneus sur cette piste mais pour moi, c'est très dur d'être rapide en pneus neufs ici. Je dois progresser dans ce domaine mais je suis certain qu'on sera vraiment très forts dimanche."

partages
commentaires

Voir aussi :

Photos - Les pilotes MotoGP retrouvent le Sachsenring

Article précédent

Photos - Les pilotes MotoGP retrouvent le Sachsenring

Article suivant

Márquez n'accepterait pas de vivre la situation de Rossi

Márquez n'accepterait pas de vivre la situation de Rossi
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021