Jack Miller déçu d'avoir été privé du duel avec Álex Márquez

Le podium de Jack Miller à Portimão lui a laissé une sensation "bizarre" puisque le drapeau rouge a interrompu son duel avec Álex Márquez.

Jack Miller déçu d'avoir été privé du duel avec Álex Márquez

Jack Miller a mis fin à une série de neuf courses sans podium au GP de l'Algarve, en prenant la troisième place. L'Australien était en tête dans le premier virage, profitant d'un bon envol depuis la deuxième place, mais Pecco Bagnaia est immédiatement repassé devant et Joan Mir a pris l'avantage quelques virages plus loin. Miller est particulièrement impressionné par la prestation de son coéquipier chez Ducati, qui a survolé l'épreuve.

"Pecco avait un rythme incroyable", a-t-il déclaré en conférence de presse. "Dès le début, j'ai fait le holeshot mais il m'a doublé au premier virage, je me suis dit 'Il veut vraiment attaquer' et il a attaqué. Je suis resté dans des chronos en 1'39, je roulais en 1'39"6, mais il s'échappait. Puis j'ai fait une petite erreur au virage 5, mais Joan et moi, on a fait ça toute la course, alors qu'il est resté invincible devant. Après, j'ai essayé de gérer les pneus au milieu de la course, espérant avoir un petit avantage à la fin."

Bagnaia a en effet été impérial du début à la fin tandis que derrière lui, ses poursuivants multipliaient les petites erreurs en essayant de suivre son rythme. Miller a même été doublé par Álex Márquez, les trois hommes étant logés à la même enseigne à distance de l'homme fort du week-end. 

"Au début, je sentais que j'avais le temps pour revenir sur Joan parce que je l'ai vu plusieurs fois aux virages 7 et 8, et il faisait de petites erreurs en haut de la montée. [...] C'était son niveau maximum d'erreur ! À un stade, il y avait Joan, Álex et moi au virage 5. Joan est sorti large, Álex est sorti plus large et moi encore plus. On s'est juste suivis et je me suis dit 'qu'est-ce qu'on fout ?'"

Jack Miller, Ducati Team

Jack Miller a néanmoins réussi à reprendre l'avantage sur Álex Márquez et s'attendait à ce que la lutte dure jusqu'au drapeau à damier, mais l'épreuve a finalement été interrompue plus tôt que prévu, ce qui a fait naître une certaine frustration puisqu'il avait géré ses pneus pour pouvoir contenir les attaques du pilote LCR.

"J'ai un peu préparé une bagarre pour la fin mais le drapeau rouge est arrivé. Les sensations sont bizarres après ça, parce qu'on se prépare pour une guerre. Surtout avec Álex : on a un petit passif, donc je sentais que c'était comme en 2014, qu'on allait se battre, mais ça n'a pas été le cas. C'était bizarre dans le Parc Fermé. Mais on le prend."

"J'étais prêt pour la bagarre, aucun souci", a-t-il précisé. "Je l'ai gagnée de toute façon. Mais j'étais impatient. J'aime les bagarres, surtout dans les derniers tours. Ça donne un goût de victoire à la troisième place. Mais ça n'a pas été le cas, malheureusement."

Miller reste satisfait de ce résultat et du titre des constructeurs de Ducati, auquel sa contribution a pourtant été mince cette année puisqu'il n'a été que trois fois le meilleur représentant de la marque dans les 17 courses déjà disputées. "Comme Pecco, je suis super content pour l'équipe, qui a remporté le championnat des constructeurs. Il en reste une pour amener le titre des équipes à Valence, un circuit que j'adore et où je suis impatient de me rendre. Je veux bien finir la saison."

Lire aussi :

partages
commentaires
Zarco : "Une grande chance de podium" perdue au départ
Article précédent

Zarco : "Une grande chance de podium" perdue au départ

Article suivant

Deux accrochages entre KTM à Portimão

Deux accrochages entre KTM à Portimão
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021