Zarco veut rester sur la bonne dynamique de la Thaïlande

Le Français arrive à Motegi tout auréolé d'un retour dans le top 5 lors de l'épreuve précédente, et espère donc bien confirmer ce retour en forme ce week-end.

Zarco veut rester sur la bonne dynamique de la Thaïlande

Le souffle de l'optimisme est enfin revenu pour Johann Zarco lors de la dernière manche en Thaïlande, où le Français a terminé cinquième, signant ainsi son premier top 5 depuis le mois de mai.

Le mauvais souvenir d'Aragón désormais effacé (où il n'avait fini que 14e en course), le pilote Tech3 a d'emblée enclenché une bonne dynamique lors de la première course de la tournée outre-mer.

Retour sur les lieux de son premier succès en Grand Prix

Ce week-end, c'est donc à Motegi que le Cannois va évoluer, dans le cadre de la 16e manche du championnat. Et autant dire tout de suite que l'intéressé a de très bons souvenirs de ses précédentes épreuves au Japon, avec une première victoire en Grand Prix en 125cc en 2011, ainsi qu'une pole position l'année dernière sous le déluge.

De quoi être optimiste pour cette fin de saison, et continuer sur la bonne lancée initiée en Thaïlande il y a deux semaines. "C'est une tournée fatigante physiquement et peut-être même mentalement, mais moi je me sens super frais, et peut-être que cela peut tourner à mon avantage et que je vais pouvoir profiter de belles occaz' pour faire des courses extras", envisage le numéro 5.

Lire aussi :

"L'an dernier, ça s'est bien passé comme ça, et là, le souhait c'est que ça fasse pareil. Mais je ne m'attends pas à faire du copier-coller. Je vis le moment, et le moment de la Thaïlande était vraiment bon. On arrive ici avec l'équipe et on se sent bien. On sait qu'avec le choix des pneus qu'on a, mais aussi l'avantage que les autres équipes n'ont pas pu tester avant, on part beaucoup plus sur un pied d'égalité."

Les pneus justement, il faudra cette fois-ci bien les maîtriser. Car si l'an dernier le Français avait brillé en qualifications à Motegi, il n'avait en revanche pas pu soutenir le rythme en course, où il avait fini dans la partie basse du top 10.

"L'an dernier sous la pluie, la course avait vraiment été intéressante, mais à cinq tours de la fin nos pneus avaient chuté en performance", se souvient-il. "J'aurais pu terminer quatrième ou cinquième, car j'étais en bagarre avec les deux Suzuki, et finalement je m'étais retrouvé huitième. Ça, c'était vraiment dommage vu qu'on faisait un week-end vraiment correct et une belle course."

De bonnes sensations comme en Moto2

Zarco espère donc ne pas revivre la même mésaventure et rendre une copie similaire à celle de Buriram, où il avait terminé dans le groupe de tête. "Là, la course devrait se dérouler sur le sec, et l'intensité que j'ai pu connaître en Thaïlande, j'aimerais revivre cette même intensité car cela ressemblait aux sensations que j'avais en Moto2, et ça fait du bien, car les sensations en Moto2 [leur retour], c'est bon signe. Cela veut dire que je commence à mieux gérer la catégorie et à mieux gérer les courses, ainsi qu'à retrouver un niveau correct pour se bagarrer devant. J'aimerais bien revivre la même chose, même si les conditions climatiques seront moins éprouvantes qu'en Thaïlande. Mais cette intensité de donner le max, ou cette marge de deux dixièmes pour ensuite en redonner encore, ça me plairait de retrouver ça en course."

Lire aussi :

Quant à savoir quels sont ses objectifs pour ses dernières courses avec Tech3 avant le grand saut avec KTM, le Français espère pouvoir faire encore mieux que l'an dernier, lorsqu'il s'était adjugé deux podiums, même si cela promet d'être très difficile compte tenu de la forte adversité.

"J'aimerais bien faire mieux aux trois [courses outre-mer]", reprend-il. "Japon et Malaisie j'aime bien, et Australie je mets un plus parce que l'équipe a une énergie en plus là-bas depuis son titre avec Olivier Jacque, et on dirait que cette énergie elle la garde depuis 20 ans."

partages
commentaires
Météo - Pluie et fraîcheur au rendez-vous
Article précédent

Météo - Pluie et fraîcheur au rendez-vous

Article suivant

Lorenzo : "La blessure est peut-être plus grave qu'on le pensait"

Lorenzo : "La blessure est peut-être plus grave qu'on le pensait"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021