Jarvis : "Avec ou sans Jorge, nous aurions eu les mêmes problèmes"

partages
commentaires
Jarvis :
Par : Willy Zinck
10 déc. 2017 à 09:30

Face à l'une des pires saisons qu'a connue Yamaha ces dix dernières années, Lin Jarvis assure que la donne aurait été sensiblement la même en présence de Jorge Lorenzo.

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing, vainqueur de la course
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Lin Jarvis, directeur général Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Lin Jarvis, directeur général Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Movistar Yamaha MotoGP, Yamaha

"Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé". Cette célèbre citation d'Alphonse de Lamartine semble parfaitement décrire la saison 2017 à la fois de Jorge Lorenzo et de Yamaha. Les deux parties se sont séparées à l'issue de 2016 après neuf ans de collaboration, et ont toutes les deux en commun d'avoir marqué le pas cette année.

Pour l'Espagnol, qui avait jusqu'ici réalisé toute sa carrière MotoGP auprès du constructeur japonais, depuis ses débuts en 2008, l'adaptation à la Ducati s'est avérée plus longue et surtout plus difficile que prévue.

Le Majorquin a ainsi dû adapter son pilotage lors de la première partie de saison, avant de se montrer enfin compétitif de façon régulière lors des dernières manches. Mais il n'empêche que ce cru 2017 restera comme le premier sans victoire pour le numéro 99 depuis 2005 et ses débuts en 250cc.

Pour Yamaha, le bilan comptable n'est guère plus reluisant. Le dernier exercice est en effet le premier depuis 2007 où la marque aux trois diapasons n'a pas réussi à placer l'un de ses deux pilotes à l'une des deux premières places finales du championnat, Maverick Viñales ayant terminé troisième et Valentino Rossi cinquième.

Pis, les troupes d'Iwata ont aussi obtenu l'un de leurs plus faibles cumuls de points de la dernière décennie. Car avec 438 unités au compteur à l'issue du Grand Prix de Valence, Yamaha n'a fait qu'égaler son maigre total de 2012, battant son plus mauvais résultat de 2011 de deux points. Il est d'ailleurs amusant de constater que lors de ces deux saisons, l'équipe s'était aussi retrouvée privée d'un de ses pilotes fétiches, Rossi, alors parti chez… Ducati.

Interrogé sur l'éventuel impact de l'absence de Lorenzo sur les résultats de sa structure en 2017, Lin Jarvis, le directeur exécutif de Yamaha Motor Racing, estime cependant qu'un tel événement n'a pas eu de réelles conséquences sur les performances. "Est-ce qu'il nous manque en termes de performances sportives en ce moment ? Non, je pense qu'avec ou sans Jorge, nous aurions eu les mêmes problèmes", asurait-il en marge du GP de Valence. "Jorge a lui-même eu une année décevante cette année, étant donné qu'il a eu des difficultés à s'adapter à sa nouvelle machine."

Un manque sur le plan social plus que sportif

Si Lorenzo et Yamaha ont connu une collaboration très fructueuse, émaillée de trois titres de Champion du monde des pilotes – ce qui a bien y réfléchir n'est qu'une unité derrière le total de sacres remportés par Rossi avec la marque japonaise –, les derniers championnats ont aussi vu naître de fortes dissensions entre l'Espagnol et son ancien coéquipier italien, source d'une ambiance délétère au sein de l'équipe.

Malgré cela, Jarvis assure avoir conservé de bons liens avec son ancien pilote. "Bien sûr, nous avons eu une longue relation avec Jorge, nous avons passé neuf saisons ensemble, il y a donc beaucoup d'éléments positifs à en tirer, et il a gagné trois titres avec nous", explique-t-il. "Nous avons donc des souvenirs très prégnants avec Jorge, mais aussi toujours une très bonne relation avec lui dans le paddock. Il me manque sur le plan social, mais je ne pense pas que ce soit le cas au niveau de la performance."

La performance, celui qui a remplacé Lorenzo chez Yamaha n'a pas mis longtemps à la trouver. Viñales s'est en effet imposé lors des deux premières manches de la saison, puis un peu plus tard au Mans, réussissant ainsi son passage dans sa nouvelle équipe. Et même si le jeune pilote de 22 ans a par la suite été dans le dur, comme l'ensemble de Yamaha d'ailleurs, il n'en demeure pas moins que celui-ci a obtenu un solide premier résultat, pour ce qui constituait pour lui aussi un changement important après deux premières années dans la catégorie reine passées chez Suzuki.

"Maverick, qui le remplace [Lorenzo] cette année, a eu une très bonne saison avec nous", assure Jarvis. "Il a fini troisième, alors que l'an dernier il était quatrième, il a donc fait un pas en avant. Il aurait potentiellement pu faire mieux si nous lui avions procuré de meilleurs outils. Ce que nous avons fait avec Jorge est bien, mais maintenant nous sommes dans une autre aventure et c'est très bien comme cela."

Alors, après une édition 2017 difficile, qui de Yamaha ou de Lorenzo parviendra à faire son retour au tout premier plan en 2018 ? C'est l'un des principaux enjeux de la prochaine saison, qui se veut alléchante. 

Prochain article MotoGP
Morbidelli ou le juste équilibre entre nervosité et contrôle de soi

Article précédent

Morbidelli ou le juste équilibre entre nervosité et contrôle de soi

Article suivant

Lorenzo a voulu quitter sa "zone de confort" en rejoignant Ducati

Lorenzo a voulu quitter sa "zone de confort" en rejoignant Ducati

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Jorge Lorenzo Boutique
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Willy Zinck
Type d'article Actualités