Jarvis : 2023 dira si Yamaha a tenu ses engagements envers Quartararo

Lin Jarvis estime que Fabio Quartararo a renouvelé son contrat avec Yamaha en ayant conscience du fait que les promesses du constructeur concernaient les deux prochaines années, et non la saison 2022. L'année à venir dira donc si elles ont été tenues ou non.

Jarvis : 2023 dira si Yamaha a tenu ses engagements envers Quartararo
Charger le lecteur audio

La prolongation de Fabio Quartararo avec Yamaha a été au cœur de l'attention tout au long des premiers mois de la saison. En tant que Champion du monde en titre, le Français a joué ses cartes afin d'obtenir les meilleures conditions possibles, mais le niveau de contraintes lié au marché du MotoGP ne lui a pas laissé une grande marge de manœuvre.

Quartararo affirmait que ses chances de rester chez Yamaha dépendaient des garanties que le constructeur serait capable de lui donner avant l'été, en vue de 2023 et 2024, les saisons sur lesquelles portaient les négociations. Après le recrutement de Luca Marmorini, un ingénieur moteur réputé ayant évolué en Formule 1, et de différents autres techniciens venus renforcer les rangs de Yamaha, le pilote a finalement décidé de signer et de prolonger son contrat pour deux ans, ce qui a été officialisé lors du Grand Prix de Catalogne, en juin.

À ce moment-là, il menait le championnat et comptabilisait 147 points, grâce à cinq podiums (dont deux victoires) décrochés lors des neuf premières courses. Rien ne laissait présager qu'il n'en marquerait plus que 101 lors des 11 suivantes, et qu'il ne serait plus en mesure de dominer, jusqu'à finalement perdre le titre face à Pecco Bagnaia.

Ce final pourrait avoir fait regretter son choix à Quartararo, mais le directeur général de Yamaha Motor Racing, Lin Jarvis, estime qu'il ne faut pas confondre la campagne 2022, fruit d’une conjoncture antérieure, et la prolongation de Quartararo, qui s'appuie sur une volonté de changements futurs de la part de Yamaha.

"Je crois qu'il faut compartimenter les choses. Le renouvellement était pour 2023 et 2024, et il s'est basé sur la planification que nous lui avons montrée dans ce processus", a expliqué le Britannique dans un entretien avec Motorsport.com. "Cette année, c'est la deuxième du contrat antérieur. Si Yamaha ne répond pas [aux attentes] l'année qui vient alors, oui, on pourra dire que nous n'avons pas respecté nos engagements."

Il paraît important de souligner le fait que le Français a conclu le test de Valence, consécutif au Grand Prix, relativement énervé puisque la version de la M1 qu'il a essayée en vue de 2023 n'offrait pas le gain de puissance qu'il espérait et qu'il avait ressentie lors d'un premier test, quelques semaines plus tôt. Yamaha a désormais deux mois et demi pour réagir et tenir les promesses faites à son leader.

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

KTM milite pour interdire les innovations lancées par Ducati
Article précédent

KTM milite pour interdire les innovations lancées par Ducati

Article suivant

La saison sans osmose d'un team Tech3 loin de ses attentes

La saison sans osmose d'un team Tech3 loin de ses attentes