MotoGP
26 mars
EL1 dans
27 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
34 jours
16 avr.
Prochain événement dans
48 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
61 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
89 jours
03 juin
Prochain événement dans
96 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
117 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
131 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
166 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
180 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
201 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
222 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
236 jours
28 oct.
Prochain événement dans
243 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
257 jours

Mir stoppé et Rins en difficulté : une dernière course à oublier pour Suzuki

Suzuki a vécu l'un de ses plus mauvais week-ends de la saison au Grand Prix du Portugal, voyant le titre des constructeurs s'envoler. Joan Mir, stoppé par un souci électronique, est désolé d'avoir percuté Pecco Bagnaia, tandis qu'Álex Rins regrette son choix de pneus.

partages
commentaires
Mir stoppé et Rins en difficulté : une dernière course à oublier pour Suzuki

Suzuki n'a pris qu'un point à Portimão, grâce à Álex Rins, tandis que Joan Mir a abandonné. Il n'y a qu'à Jerez, en ouverture de la saison, que la firme de Hamamatsu a fait moins bien cette année, avec un zéro pointé. Entre ces deux courses, Suzuki a multiplié les podiums et conquis deux titres, celui des pilotes, grâce à Mir, ainsi que celui des équipes, et la couronne des constructeurs était encore à sa portée en arrivant dans l'Algarve, puisque la marque partageait la première place avec Ducati. La contre-performance du week-end a fait chuter Suzuki chuter au troisième rang, derrière Yamaha.

Une semaine après avoir décroché le titre, Joan Mir a rencontré plusieurs problèmes à Portimão. Ralenti par un souci électronique, le pilote espagnol a manqué la qualification en Q2 pour la deuxième fois de l'année seulement et il n'était que 20e sur la grille de départ. En course, Mir est remonté au 12e rang mais il a eu un nouveau problème électronique, différent de celui de samedi puisqu'il est survenu à la suite de contacts avec Pecco Bagnaia et Johann Zarco.

"Je ne sais pas comment j'ai pu faire les deux premiers tours, sincèrement ! Avec l'adrénaline, c'était facile et fun de doubler", a commenté Mir, déçu que sa course ait vite pris un mauvais tournant : "C'est dommage. Dans les deux premiers tours je me sentais vraiment bien, c'est vraiment dommage. J'ai eu contact avec un pilote, je ne sais pas si c'était celui avec Zarco ou Bagnaia, et j'ai perdu l'électronique. Ça a commencé à poser problème à ce moment-là et c'est pour ça que j'ai abandonné. C'est dommage de finir la saison de cette façon, mais c'est comme ça."

"[Le contact] a eu des conséquences sur l'électronique de la moto, je ne sais pas pourquoi, et ensuite je n'avais plus d'antipatinage", a ajouté Mir. "Je l'avais dans certaines portions, pas dans d'autres, et c'était très dangereux parce que je me faisais de grosses frayeurs en course. Ça s'est aggravé avec l'usure du pneu, c'était de pire en pire et j'ai dû abandonner."

Lire aussi :

Les contacts de Mir ont eu plusieurs conséquences puisque Bagnaia semble blessé à l'épaule et que Zarco a perdu des places. Le pilote Suzuki reconnaît une tentative trop osée sur Bagnaia. "Je dois présenter mes excuses à Pecco parce que j'ai été très agressif dans cette portion, un peu trop. Je critique ce type de manœuvre parfois. Je n'ai pas été sale, mais ce n'était pas la plus belle des manœuvres."

Dans ce contexte difficile, Joan Mir est satisfait d'avoir assuré le titre mondial dès le GP de Valence. "Je me le suis dit plusieurs fois, parce que ça a été un désastre [à Portimão]. Vendredi, la moto était prête, mais on a eu de gros problèmes internes samedi, dont je ne peux pas parler. On n'a pas pris la bonne direction. [En course], des contacts avec d'autres pilotes... C'était un désastre, mais je me sentais bien dans les premiers tours de la course."

Álex Rins n'a pas fait beaucoup mieux en se classant au 15e rang, après une erreur qui lui a fait perdre plusieurs places. Le pilote espagnol a également payé un choix de pneus qu'il juge mauvais, avec le medium à l'avant, comme la plupart des autres pilotes, et le dur asymétrique à l'arrière, moins populaire dimanche. Rins regrette surtout de ne pas avoir permis à Suzuki de faire le triplé dans les championnats.

"La course a été très difficile parce que je n'ai pas pu me battre pour le titre des constructeurs, qui était l'un de nos objectifs", confirme-t-il. "Sincèrement, on s'est trompé dans le choix de pneus. J'ai eu beaucoup du mal du milieu à la fin de la course. La première partie de la course n'était pas mauvaise. J'étais là. Comme toujours, je n'ai pas pris un mauvais départ. J'étais sixième dans le premier tour, mais ensuite, derrière Pol [Espargaró] je crois, j'ai tiré tout droit au premier virage."

"Après, ce n'était pas trop mauvais, avec [des chronos] dans la fourchette moyenne ou élevée des 1'40, mais tour après tour, la dégradation du côté gauche a été incroyable. C'était comme de la glace. Je n'ai pas pu gérer la situation. C'est dommage de ne pas avoir pu se battre pour le titre des constructeurs, mais on finit troisième, c'est plutôt bien pour Suzuki et moi. Je suis content de ça."

Aprilia choisira entre Savadori et Smith à la fin des tests

Article précédent

Aprilia choisira entre Savadori et Smith à la fin des tests

Article suivant

Une dernière "émouvante" pour Crutchlow, heureux de voir l'arrivée

Une dernière "émouvante" pour Crutchlow, heureux de voir l'arrivée
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Portugal
Catégorie Course
Lieu Portimão
Pilotes Álex Rins , Joan Mir
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020