Joan Mir à l'avant de la grille et "plus fort que jamais"

Comme à son habitude à l'aise à Portimão, Joan Mir s'est positionné idéalement en vue de la course, lui qui retrouve sa confiance et sa vitesse Grand Prix après Grand Prix.

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Joan Mir a obtenu samedi son meilleur résultat dans des qualifications MotoGP, puisqu'il s'est octroyé la deuxième place sur la grille de départ du Grand Prix du Portugal. Au-delà de ce résultat, peu habituel pour lui puisque ce n'est que la deuxième fois qu'il se qualifie dans le trio de tête (la fois précédente ayant eu lieu sur la même piste), le Champion du monde 2020 tire une grande satisfaction de sa progression constante depuis le début de la saison, et notamment depuis un Grand Prix des Amériques qu'il voit comme un tournant.

"Je suis content, pour ma position, bien sûr, mais surtout pour ma confiance. Je gagne bien en confiance depuis la première course au Qatar. Je m'améliore petit à petit et j'ai retrouvé les sensations que je voulais. Je me sens plus fort que jamais, franchement, je me sens super bien", commente-t-il, alors que les qualifications ont mis les pilotes face à des conditions particulièrement piégeuses, la pluie ayant enfin cessé pour offrir une piste séchante. "Pour faire un tour de qualifs comme celui-ci, dans ces conditions, il faut de la confiance et un bon feeling avec la moto, sinon on ne peut pas attaquer à 100%. On l'a fait alors je suis content."

"Je pense qu'on a bien débuté la saison, ça n'a pas été spectaculaire mais bon, et très constant aussi, mais il me manquait quelque chose. Or, depuis Austin, j'ai compris quelque chose. Austin est une piste que je n'aime pas et normalement je n'y suis pas rapide, mais j'ai pu faire une super course et finir en force. Je sais donc que, sur des pistes plus favorables à mon style, j'arriverai à avoir la vitesse. On construit cette vitesse et j'ai le sentiment que je ne cesse de m'améliorer avec cette nouvelle moto. Je ne sais pas ce qu'on va pouvoir faire mais ce qui est important c'est que les pas qu'on fait soient bons et qu'on ne revienne pas en arrière. Il faut qu'on se maintienne là, à la fois constants et rapides."

À quoi faut-il désormais s'attendre pour la course, qui s'annonce sèche ? "On verra demain. Le warm-up sera super important pour comprendre où on se situe. C'est une piste que normalement j'apprécie, sur laquelle j'ai obtenu de bons résultats par le passé, alors on verra demain", répond Mir, monté deux fois sur le podium l'an dernier au Portugal. "Quand on part de la première ligne, on s'épargne beaucoup de travail par rapport à quand on part de la deuxième ou de la troisième ligne. C'est toujours difficile, il peut toujours se passer quelque chose, il peut y avoir des touchettes. Mais là, on part devant et il faut juste gérer un peu la course."

Rins passe à côté de la bonne stratégie

Auteur du deuxième temps des EL3 ce matin, Joan Mir a pu accéder directement à la Q2 et il a ensuite réussi à passer entre les pièges d'une séance très mouvementée, qui a vu de nombreuses chutes et la sortie de drapeaux jaunes parfois très dommageables pour les prétendants aux premières places.

"Les qualifications d'aujourd'hui étaient compliquées pour tout le monde. En Q1 on a vu beaucoup de chutes et il y avait beaucoup de doutes entre les pneus slicks et les pneus pluie. Je pense que c'était le bon choix de mettre tout de suite les slicks et ensuite d'enchaîner les tours, de s'améliorer tour après tour", explique Joan Mir, qui a l'instar de tous les pilotes de la Q2 n'a fait qu'un run, sans l'habituel passage par les stands pour s'équiper d'un pneu neuf.

Lire aussi :
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP

Álex Rins

Il n'a eu aucun doute sur sa stratégie : "J'ai vu que les pilotes du top 3 de la Q1 avait les slicks. Les conditions étaient critiques, surtout dans les premiers tours, mais je pense que la stratégie claire était de rester en piste, même s'il fallait probablement s'attendre à une petite baisse du pneu tendre après quelques tours. La piste s'améliorait en tout cas. Si vous vous arrêtez, je pense que c'est du temps perdu qui va vous manquer à la fin."

C'est précisément ce qui a fait défaut à son coéquipier, Álex Rins, qui n'a obtenu que la 22e place des essais libres et qui n'a ensuite pas réussi à s'extraire de la Q1. Il a même hérité d'une position de départ qui va grandement compliquer son début de course, puisqu'il ne sera que 23e sur la grille.

"Ce qui s'est passé en Q1, c'est qu'on n'a pas pris la meilleure décision en rentrant au stand", explique celui-ci, admettant une erreur de stratégie. "J'ai commencé avec les pneus pluie, comme tout le monde, mais quand je suis rentré au stand j'ai décidé de ressortir avec les slicks. La décision était la bonne, mais dans mon tour de sortie avec les slicks, j'ai beaucoup souffert, l'arrière a souvent décroché, alors j'ai décidé de repasser à nouveau au stand et c'est là qu'a été le problème."

"En repassant par les stands, je n'avais ensuite plus qu'une possibilité de faire un tour rapide. J'ai fait un temps de 1'50"0 mais avec les drapeaux jaunes, je n'ai pas pu améliorer ma position", regrette Rins, dont le temps, suffisant pour partir 18e seulement, a été annulé. "Ce qui est important, c'est que j'ai retrouvé mes sensations, celles que je n'avais pas hier, donc je suis plutôt serein de ce point de vue-là. La course, c'est demain. C'est demain qu'on attribue les points et je suis plutôt optimiste alors on va voir, il va falloir essayer d'apprécier la course."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Pas de fracture mais une grosse douleur pour Bastianini
Article suivant Espargaró : Attendre l'Europe ? Le championnat commençait au Qatar

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France