Mir comprend la colère de Miller mais pas sa pénalité

Pénalisé à Austin, Joan Mir a présenté ses excuses à Jack Miller pour leur contact en fin de course au GP des Amériques, mais il estime que son rival a sa part de responsabilité et ne comprend pas sa sanction.

La sixième place était très convoitée en fin de course à Austin. Elle est revenue à Enea Bastianini, qui a tiré profit du temps perdu par Jack Miller et Joan Mir dans leur duel. C'est en effet l'Australien qui occupait cette position à l'entame du premier tour, mais il a été doublé par Mir dans le premier secteur. La longue ligne droite lui a permis de reprendre l'avantage, cependant Mir a porté une nouvelle attaque au virage 16, qui s'est soldée par un contact. Le temps perdu a permis à Bastianini de s'immiscer entre les deux pilotes et de décrocher son troisième top 6 de suite.

Le Champion du monde 2020 a franchi la ligne d'arrivée au septième rang, juste devant un Miller très mécontent. Les commissaires de course ont donné raison au pilote Ducati en sanctionnant le Majorquin d'une place. Ce dernier regrette le contact, mais estime qu'il était inévitable tant la défense de Miller était agressive, et juge que sa sanction n'a pas de sens.

"Tout d'abord, je tiens à présenter mes excuses parce que je n'aime pas générer des contacts dans les dépassements", déclare Mir. "C'est la première chose. Ensuite, j'avais beaucoup de mal à accélérer, je ne pouvais pas doubler. Il était beaucoup plus lent que moi et j'ai dû attendre les derniers tours pour préparer quelque chose. J'ai réussi une bonne manœuvre dans les chicanes du premier secteur, j'ai pu le doubler mais il est revenu dans la ligne droite et il m'a dépassé."

"Ensuite, il a juste fermé les portes. Il ne se préoccupait pas du pilotage, il était juste à l'intérieur du virage, presque la moto relevée pour fermer les portes. C'était un peu étrange. Puis, dans ce virage 16, qui est un bon endroit pour doubler, je suis passé à l'intérieur et sur la deuxième partie du freinage, il a fait ça avec une trajectoire vraiment, vraiment serrée que je n'attendais pas. J'ai touché le vibreur pour essayer d'éviter le choc et après je l'ai un peu touché. Heureusement, on n'est pas tombés. Mais j'ai perdu une place, Bastianini m'a doublé."

Miller n'a pas souhaité entrer dans le détail au moment d'évoquer l'accident, s'estimant simplement victime de la manœuvre de Mir. "Dans le dernier tour, comme à la course précédente à Misano, j'ai été percuté et encore une fois, j'ai été doublé par deux pilotes", déplore le pilote Ducati. "C'est comme ça. La direction de course a fait ce qu'elle avait à faire. Il n'y a pas grand-chose à dire, c'est juste un incident récurrent, mais je ne pouvais rien faire de différent. J'avais juste un peu de mal avec mon pneu avant et j'ai protégé ma trajectoire. J'étais complètement à l'intérieur, il n'y avait aucune place."

Mir est de son côté surpris de la sanction qui lui a été infligée après l'arrivée, d'autant que Miller n'a pas été sanctionné pour un contact que le Champion en titre jugeait volontaire au GP de Doha, en début de saison. "Je ne comprend pas la pénalité parce que si toutes les courses sont comme ça, on ne double pas, on n'essaie pas. Et la course perdra alors son essence. Les commissaires n'étaient probablement pas les mêmes qu'au Qatar [...]. Ceux-là étaient probablement en vacances."

À sa place, j'aurais aussi été en colère donc je n'ai rien à dire sur lui. Il disait juste 'On se voit à la prochaine' ou quelque chose comme ça. Disons que c'était à l'australienne !

Joan Mir

Une fois la ligne d'arrivée franchie, Mir et Miller se sont arrêtés sur la piste et se sont livré à une explication visiblement houleuse, que le pilote Suzuki a préféré prendre avec un certain recul teinté d'ironie, tout en comprenant la frustration de son rival : "Je l'attendais, pour le critiquer [...]. Il m'a menacé [...] mais dans ce genre de situation, je peux comprendre. Je pense que Jack est quelqu'un de bien."

 

"À sa place, j'aurais aussi été en colère donc je n'ai rien à dire sur lui. Il disait juste 'On se voit à la prochaine' ou quelque chose comme ça. Disons que c'était à l'australienne ! Je n'ai rien à dire sur Jack, il est toujours très respectueux en course. [...] Je suis désolé pour cette manœuvre mais je dois dire que je ne suis pas d'accord avec la décision de la direction de course."

Miller n'a pas souhaité commenter cette pénalité mais il s'est néanmoins étonné de la palette de sanctions possibles pour des incidents qu'il juge similaires, faisant le parallèle avec l'accrochage qui a marqué la course qui concluait la saison du MotoE à Misano.

"C'est comme ça, ils choisissent la pénalité qu'ils veulent. Le week-end précédent, avec Aegerter et Torres, c'était similaire et Aegerter a reçu une pénalité de 30 secondes pour quelque chose comme ça. C'était la quantité parfaite pour donner le titre à Torres. Heureusement pour moi, j'ai pu rester sur la moto. C'est comme ça, je ne fais pas les règlements. Je sens que je me suis plutôt bien contrôlé. Je prends de l'âge et je gagne en maturité, je pense qu'on peut dire que c'est bon signe !"

partages
commentaires
Marc Márquez : "Ma course a exactement suivi le plan"

Article précédent

Marc Márquez : "Ma course a exactement suivi le plan"

Article suivant

Quartararo ému d'avoir fait un "grand pas" vers le titre

Quartararo ému d'avoir fait un "grand pas" vers le titre
Charger les commentaires
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021