Joan Mir "un peu frustré" de ne pas avoir pu exploiter son bon rythme

Des qualifications décevantes et des difficultés dans les dépassements ont empêché Joan Mir de se battre pour le podium à Jerez. Le pilote Suzuki pense pourtant qu'il avait le rythme pour se battre avec Jack Miller.

Joan Mir "un peu frustré" de ne pas avoir pu exploiter son bon rythme

Le GP d'Espagne a vu Joan Mir décrocher la cinquième place et confirmer ainsi sa régularité aux avant-postes, puisqu'il s'agit de son troisième top 5 en quatre courses cette année. Le résultat n'est cependant pas totalement satisfaisant pour le Champion du monde, resté englué dans un groupe très dense durant toute la course et en difficulté pour gagner des positions, alors qu'il avait un bon rythme.

"Le sentiment était correct", a déclaré Mir après la course. "On s'attend toujours à plus car pendant le week-end, on a fait des progrès et j'avais un bon feeling avec la moto, notamment sur le rythme de course. J'étais particulièrement fort. Et pendant la course, eh bien, je pense que ça arrive à tout le monde, probablement plus avec la Yamaha ou la Suzuki, nous n'avons probablement pas la puissance pour dépasser et ensuite stopper la moto derrière les autres."

"C’est comme s'il y avait un mur. En étant une demi-seconde derrière certains pilotes, il y a un mur, tu ne peux pas stopper la moto, tu surchauffes le pneu avant et ensuite, c’est comme si tu en avais plus mais que tu ne peux pas. C’est un peu frustrant mais ce n’est pas la première fois que cela se produit ici à Jerez, surtout avec les températures élevées, tu vois davantage ce problème avec la chaleur. Je pense que je ne suis pas le seul à avoir eu ce problème."

Lire aussi :

Remonté au sixième rang à l'issue du premier tour, Joan Mir a perdu une position au profit de Takaaki Nakagami dans le troisième tour, en sortant large au dernier virage. Le pilote Suzuki reconnaît une "erreur" coûteuse au regard de la difficulté des dépassements sur le circuit de Jerez .

"Quand j'ai vu que j'étais large, je me suis dit 'Wahou, ça va encore être difficile de doubler' et je pense que c’est ce qu’il s’est passé pour tout le monde : Morbidelli n’a pas pu être fort car il avait Bagnaia devant, pareil pour Bagnaia, pour Taka [Nakagami] et moi aussi", a expliqué Mir au site officiel. "C’est ce qu’il se passe ici à Jerez. Il faut être intelligent et essayer de partir plus à l’avant la prochaine fois."

Comme son équipier Álex Rins, Joan Mir déplore en effet son rythme samedi après-midi, les qualifications étant un point faible que Suzuki n'a pas pu corriger cette année, en partie en raison du gel du développement des moteurs. Mir est convaincu qu'une meilleure position sur la grille aurait pu lui permettre de se battre pour une place sur le podium.

"Je pense que nous devons améliorer nos qualifications car je suis sûr à 100% que si je n’ai personne devant moi, je pourrai vraiment améliorer mon temps par tour. Je pense que c’est ce que Jack [Miller] a fait. Il n’avait probablement pas un meilleur rythme que nous. Il a juste été super intelligent et capable de faire du bon travail."

Le déficit de puissance du quatre cylindres en ligne de la GSX-RR a également limité Joan Mir dans sa remontée : "C’est le problème : je n’ai pas pu dépasser le pilote que j’avais devant. Il est arrivé la même chose pour lui avec l'autre [pilote devant] mais avec un meilleur moteur, tu peux toujours faire des progrès. C'était ça le problème. Si j'avais eu devant moi un pilote une demi-seconde plus rapide, j'aurais été capable de le suivre mais je n'aurais pas pu le dépasser."

Jon Mir a été l'un des rares pilotes à opter pour le pneu tendre à l'avant. Il a senti des mouvements qui ont compliqué les phases de freinage et avec le recul, il se demande s'il n'aurait pas mieux fait de privilégier la gomme dure : "Avec le medium, je n’avais pas les sensations pour disputer la course en connaissant bien le pneu. C’est pourquoi nous avons choisi le [tendre]. Ce n’était pas un mauvais choix, nous avons juste eu ce problème. Peut-être que ça aurait pu être mieux avec l’autre pneu mais maintenant, nous ne cherchons pas d’excuses."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Viñales : Une course "fantastique" mais des difficultés au freinage

Article précédent

Viñales : Une course "fantastique" mais des difficultés au freinage

Article suivant

Percuté par Lecuona, Álex Márquez évoque un "désastre"

Percuté par Lecuona, Álex Márquez évoque un "désastre"
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021