Mir savait qu'il ne pourrait pas doubler Bagnaia

Joan Mir se doutait qu'il ne pourrait pas reprendre l'avantage sur la puissante Ducati de Pecco Bagnaia dans la dernière ligne droite au GP du Portugal. Le Champion du monde se réjouit de son premier podium de la saison sur un circuit qu'il ne juge pas favorable à la Suzuki. .

Mir savait qu'il ne pourrait pas doubler Bagnaia

Ce dimanche au Grand Prix du Portugal, Joan Mir a réalisé une remontée typique de celles qui lui ont permis de décrocher le titre mondial la saison passée. Parti de la neuvième positon sur la grille, le pilote Suzuki a réalisé un bon envol qui lui a permis de sortir sixième du premier virage. Trois nouveaux dépassements ont suivi dans le premier tour, sur Fabio Quartararo, Jack Miller puis Marc Márquez, et il occupait alors la troisième place.

Mir a vite cédé face à Quartararo puis a longtemps lutté avec Johann Zarco. La chute du pilote du team Pramac, ainsi que celle de son coéquipier Álex Rins, ont joué en sa faveur, mais il n'a pas pu contenir la remontée de Pecco Bagnaia. Resté au contact de l'Italien dans les derniers tours, le Champion du monde savait qu'il ne pourrait pas reprendre l'avantage dans la dernière ligne droite, comme son rival l'avait fait en ouverture de la saison, et il a su se satisfaire d'une troisième place sur un circuit qui n'est pas le plus favorable à sa machine.

"Avec Pecco, je ne m'attendais pas à lui faire ce qu'il m'a fait au Qatar !" s'est amusé Mir en conférence de presse. "Je savais que si je ne pouvais pas le doubler dans le dernier tour, ça serait impossible de le dépasser en ligne droite. Mais globalement, c'était un week-end positif. Ce n'est pas la meilleure piste pour moi et j'ai pu finir sur le podium, donc je suis satisfait. Dans le warm-up, je me sentais vraiment fort et en milieu de course, j'ai eu des soucis avec l'avant de la moto et j'ai commencé à perdre du terrain. Dans les derniers tours, j'ai pu survivre et j'ai réussi à retrouver un bon rythme, donc je suis content."

Lire aussi :

Le début de course de Joan Mir a été marqué par deux contacts avec Marc Márquez, d'abord dans la première boucle, quand il a pris l'avantage sur son prédécesseur au championnat, puis quand le #93 a touché sa roue arrière. Mir y voit avec humour une petite conséquence de ses critiques envers l'homme fort de Honda à l'issue des qualifications, quand il lui reprochait les risques pris pour être coûte que coûte dans sa roue en Q1.

"Dans le premier tour, on s'est fait une frayeur. Je voulais le doubler et il a coupé la trajectoire, mais c'était trop tard pour moi. On s'est touché. Puis, j'ai senti que c'était chaud un ou deux tours après, et je ne savais pas que c'était Marc. C'est peut-être [une conséquence de la Q1] ! Maintenant, je comprends que c'était Marc ! Quand on part de la neuvième place, c'est comme ça. Quand on ne peut pas faire le temps en qualifications, il faut un départ comme ça. Si on veut se battre pour le titre, il faut partir en première ligne ou être agressif. Je préfère partir en première ligne !"

Ces touchettes n'ont eu aucune conséquence sur la course des deux hommes et Joan Mir a ainsi pu s'offrir son premier podium de la saison, après une quatrième puis une septième place à Losail. Le Majorquin se réjouit de ces bons résultats sur des circuits qu'il craignait et il se prépare maintenant à devoir "survivre" à nouveau à Jerez puis au Mans, avant de retrouver des pistes qu'il considère plus adaptées à la GSX-RR.

"L'an dernier, après le premier podium, on a gagné en vitesse et on a pu être tout le temps sur le podium. La première étape, c'est d'être tout le temps sur le podium. Je pense que le début de saison, avec les circuits prévus, n'est pas facile. Le Qatar, ici, Jerez et Le Mans, ne sont probablement pas les pistes les plus favorables à Suzuki, mais on s'est battu pour le podium sur les deux [premiers] circuits. Si on est sur le podium à Jerez, ce sera peut-être mieux. Je vais essayer. Je ne pense pas au championnat maintenant, je réfléchis course après course. J'essaie de rester calme et à 100%, la même mentalité que toujours."

partages
commentaires

Voir aussi :

Marc Márquez submergé par l'émotion pour son retour
Article précédent

Marc Márquez submergé par l'émotion pour son retour

Article suivant

Bagnaia 2e, "le meilleur résultat possible" après la pole annulée

Bagnaia 2e, "le meilleur résultat possible" après la pole annulée
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021