Joan Mir était "mentalement à plat" après Misano

Joan Mir a voulu s'écouter après le dernier Grand Prix. Mentalement fatigué, il s'est accordé une pause d'une semaine, une première depuis le début de l'année.

Joan Mir était "mentalement à plat" après Misano

Joan Mir a dévoilé qu'il avait eu besoin d'une semaine de repos après le Grand Prix d'Émilie-Romagne, s'étant senti "mentalement à plat" après avoir enchaîné deux courses difficiles. Officiellement écarté de la course au titre à Austin, où il n'a pu obtenir qu'une maigre huitième place, le champion sortant a chuté dès le début de l'épreuve suivante, à Misano, où il ne s'était qualifié que 18e, assistant impuissant au sacre de son successeur, Fabio Quartararo.

De retour en forme cette semaine, le Majorquin a expliqué avoir dû mettre son entraînement sur pause après cette deuxième manche de Misano, un besoin qu'il a ressenti pour se déconnecter momentanément d'une routine intense et se libérer d'une pression qu'il s'impose à lui-même.

"Après Misano, j'ai pris une semaine de repos parce que j'en avais besoin, j'avais besoin de recharger les batteries. Pour vous, ça peut sembler normal de prendre une semaine de repos", a-t-il expliqué aux journalistes, "mais pour moi c'est long de passer une semaine sans m'entraîner ni faire de moto. Ça faisait probablement depuis décembre de l'année dernière que je n'avais pas cessé de m'entraîner pendant une semaine."

"J'en avais besoin. Mentalement, j'étais un peu à plat après deux Grands Prix aussi difficiles d'affilée", a-t-il ajouté, soulagé d'avoir réussi une solide première journée au Grand Prix de l'Algarve. "Le fait de revenir ici et d'être à nouveau compétitif après cette pause, ça veut dire que ça va. Ce n'est que le premier jour mais je me sens à nouveau prêt à faire un bon week-end, et motivé, ce qui est le plus important."

"Quand j'ai gagné l'année dernière, on a terminé la saison à Portimão et le mardi, je m'entraînais en motocross", s'est-il remémoré. "Mentalement, le titre m'a donné une motivation supplémentaire pour essayer de rééditer cela et d'avoir plus faim [de résultats]. C'est la pression que je fais peser sur moi-même. Et c'est la raison pour laquelle, normalement, je ne ressens pas de pression de l'extérieur parce que celle que je me mets moi-même est beaucoup plus élevée. J'ai pris une semaine de repos en décembre, mais ensuite je me suis tout le temps entraîné et mentalement je n'ai été concentré que sur le fait d'être meilleur et d'essayer de m'améliorer."

"La fin de la saison arrive et j'avais besoin de cette semaine de repos pour essayer de déconnecter un peu plus et de faire les deux dernières courses au meilleur de ma performance. C'est quelque chose qui m'arrive normalement environ tous les deux ans. Il est important de toujours bien s'entraîner, mais il est aussi très important de se reposer. C'est aussi important que l'entraînement, et dans ce domaine je pense que je dois m'améliorer un peu plus."

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

Le retour de conditions stables

Classé dans le top 5 des deux séances du jour, Joan Mir réfute l'idée selon laquelle il s'agirait de son meilleur vendredi de la saison. Il a plutôt eu le sentiment de reprendre là où ses progrès s'étaient arrêtés. "Après Aragón, on est passé à Misano 1, et pendant cette période on a progressé", a-t-il souligné. "Ensuite, à Austin et Misano 2, on a un peu perdu la voie à cause des conditions, de la pluie et toutes ces choses-là. Maintenant, on revient ici, on a un vendredi normal et on montre à nouveau notre potentiel. Voilà comment je vois les choses."

Cette saison aura été globalement rude pour Suzuki, après les deux titres (pilotes et équipes) conquis l'an dernier, et Mir à titre personnel n'a pu obtenir que cinq podiums jusqu'à présent et n'a plus retrouvé le chemin de la victoire. Si le manque de développement de la GSX-RR a pu être pointé du doigt, les progrès dont il a profité aujourd'hui dans des conditions clémentes sont aussi, selon lui, le fruit d'améliorations récentes sur sa machine.

"La différence sur la moto vient globalement des réglages. Aussi, on a eu une évolution du [holeshot] device après le test de Misano et ça nous aide un peu, on a un peu moins de faiblesse sur cette pièce, donc c'est bien d'avoir un bon vendredi pour l'essayer correctement. Mais la différence principale vient probablement des réglages. On verra demain, parce qu'on n'est que vendredi."

Lire aussi :

partages
commentaires
Petrucci se sent "adoré, mais pas respecté" en MotoGP
Article précédent

Petrucci se sent "adoré, mais pas respecté" en MotoGP

Article suivant

Selon Stoner, Honda s'est trop focalisé sur les freins pour Márquez

Selon Stoner, Honda s'est trop focalisé sur les freins pour Márquez
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021