Joan Mir : 9e, un résultat "réaliste" pour une Suzuki en difficulté

Joan Mir admet avoir souffert plus que ce à quoi il s'attendait pendant le Grand Prix d'Allemagne. Il compte à présent sur des pistes plus favorables, mais surtout sur les efforts fournis par Suzuki pour rattraper la concurrence.

Joan Mir : 9e, un résultat "réaliste" pour une Suzuki en difficulté

Neuvième du Grand Prix d'Allemagne, Joan Mir admet qu'il s'agissait d'un résultat "réaliste" après un week-end plus compliqué qu'il aurait dû l'être pour Suzuki sur la piste du Sachsenring. Pour le Champion du monde en titre, la concurrence se montre actuellement plus compétitive que le constructeur d'Hamamatsu, et il faut rapidement combler ce retard.

Au cours des huit premières manches de cette saison, l'équipe japonaise n'a obtenu que deux podiums, avec les troisièmes places du Majorquin au Portugal et en Italie. Le défenseur de la couronne pilotes se trouve actuellement à 46 points du leader du championnat, Fabio Quartararo, tandis que son coéquipier Álex Rins pointe à 103 points, après avoir cumulé quatre abandons sur chute et une blessure.

Mir a déjà exprimé sa frustration face au manque apparent de progrès de Suzuki sur la version 2021 de la moto par rapport à sa devancière, notamment car le constructeur d'Hamamatsu est actuellement le seul à ne toujours pas disposer du variateur de hauteur de la suspension à l'arrière et utilisable sur l'ensemble du tour et pas seulement au départ.

Lire aussi :

Aussi, après cette maigre neuvième place à l'arrivée en Allemagne, faisant suite à une qualification en 17e position, le pilote espagnol a une fois de plus insisté sur le besoin de progression de son équipe. Selon lui, monter sur le podium à chaque course doit désormais être un impératif afin de remettre son championnat sur de bons rails.

"Ça a été une course difficile", a-t-il expliqué dimanche. "C'était très difficile pour moi de doubler, et honnêtement je n'aurais rien pu faire de plus. J'ai poussé, mais je pense que [les autres] étaient plus rapides que nous. Il n'y a donc rien à dire, il faut juste essayer d'apprendre, de prendre les bonnes informations et de passer à la prochaine. Le week-end a été vraiment difficile, plus que ce à quoi on s'attendait. J'ai beaucoup souffert pendant la course, je pense que l'on voit sur les images que je n'ai pas pris beaucoup de plaisir, mais j'ai fait ce que j'ai pu."

"Il est clair que les autres ont été meilleurs que nous lors des dernières courses. À Barcelone, on a fait une erreur avec les pneus, mais ici on a vu que l'on doit s'améliorer", a-t-il déclaré après le GP d'Allemagne. "Dans le scénario actuel, nous ne sommes pas mal placés, mais il va nous falloir être très réguliers dans la deuxième partie de la saison et commencer à monter sur le podium à chaque course, comme l'année dernière. Je suis sûr que je suis meilleur qu'en 2020 parce que j'ai plus d'expérience, donc si nous améliorons un peu la moto, nous serons là où nous voulons être, c'est certain."

Le besoin de se "mettre au niveau des autres"

Évoquant des nouveautés qu'il attend pour les prochaines semaines, Joan Mir a assuré être témoin des efforts de Suzuki pour se remettre au niveau : "Je ne sais pas ce que nous allons recevoir. Ce que je sais, c'est qu'ils travaillent comme des bêtes [à l'usine]. C'est important car ils veulent la même chose que moi, nous partageons le même objectif. Pour une raison quelconque, nous n'avons peut-être pas pu obtenir d'améliorations avant, mais je vois que Sahara et tout le personnel japonais sont vraiment conscients du fait que nous avons besoin de nous améliorer, et cela me rend heureux parce que je veux la même chose."

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

Interrogé précisément sur l'absence de holeshot device à l'arrière, le pilote espagnol a estimé que Suzuki perdait du temps face à la concurrence en ne disposant toujours pas du système complet et espéré qu'il pourrait être développé à temps pour la double manche qui se tiendra en Autriche au mois d'août.

"Suzuki sait que nous sommes les seuls à ne pas avoir le holeshot device à l'arrière, et c'est du temps que nous offrons gratis [à nos adversaires]", a-t-il commenté. "Nous devons nous mettre au niveau des autres et à partir de là évoluer comme eux. À l'usine, les Japonais sont conscients que la moto doit évoluer. Je vois qu'ils sont motivés et qu'ils ont envie de se battre à nouveau pour le titre."

"Si nous arrivons à passer ces courses, qui sont compliquées pour plusieurs raisons, il y aura ensuite des circuits qui seront meilleurs pour nous. Mais nous devons tout bien analyser et comprendre pourquoi la moto n'a pas fonctionné sur un circuit comme celui-ci, qui n'aurait pas dû être aussi mauvais", a-t-il ajouté.

Lire aussi :

Joan Mir sait en effet que certaines des pistes visitées ces dernières semaines n'étaient pas les plus favorables à la Suzuki, et il compte maintenant sur l'arrivée à Assen pour en quelque sorte relancer son championnat.

"C'est dommage ce qu’il s'est passé lors des deux dernières courses. Nous n'étions pas dans la position que nous souhaitions, mais j’espère que ça ne concernera que ces deux courses-là. Il sera vraiment important d'être à nouveau compétitifs à Assen, d'essayer d'être là où nous avons l'habitude d'être, car Suzuki travaille très dur pour apporter de nouvelles choses et je m'attends à une amélioration sur la moto."

"Neuvième [en Allemagne], ce n'est pas un bon résultat, mais c'est un résultat réaliste", a-t-il ajouté. "Partir de la 16e place n'est pas facile en MotoGP, désormais beaucoup de motos ont un niveau très égalitaire, et puis il est très difficile de dépasser sur cette piste. Bien sûr, nous aurions pu faire encore mieux, mais nous devons simplement être réalistes et prendre de bonnes informations. Alors oui, j'espère mieux lancer la saison à Assen, et ensuite je suis sûr que la seconde moitié sera meilleure à tout point de vue pour Suzuki."

Avec German Garcia Casanova et Chloé Millois

partages
commentaires
Rossi et Morbidelli impuissants en fond de peloton

Article précédent

Rossi et Morbidelli impuissants en fond de peloton

Article suivant

Brad Binder a fait un bond de 9 places en course

Brad Binder a fait un bond de 9 places en course
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021