Nouveau leader, Joan Mir "se soucie moins que d'autres pilotes" du titre

Cela faisait 20 ans que Suzuki n'avait pas placé un pilote en tête du championnat ! Bien que la victoire continue de lui échapper, Joan Mir est aujourd'hui leader du MotoGP et il compte bien garder une approche inchangée pour le rester.

Nouveau leader, Joan Mir "se soucie moins que d'autres pilotes" du titre
Charger le lecteur audio

Très en vue depuis cet été, Joan Mir a accédé dimanche à la première place du championnat en décrochant un nouveau podium lors du Grand Prix d'Aragón, alors que Maverick Viñales et Andrea Dovizioso en ont été privés et que Fabio Quartararo a connu une contre-performance à l'effet dévastateur pour ses propres ambitions. Le classement reste toutefois encore particulièrement serré, puisque 15 points seulement séparent les quatre hommes.

Parmi eux, Mir est le seul à ne pas avoir réussi à se hisser sur la plus haute marche à ce stade de la saison. Il est en revanche celui qui s'est classé le plus souvent dans le top 3, puisqu'il compte cinq podiums − tous obtenus lors des sept dernières courses − contre deux à trois pour ses adversaires. Cette volonté d'engranger de gros points de manière régulière constitue la stratégie que le pilote Suzuki a l'intention de maintenir, sans laisser sa nouvelle position de leader lui tourner la tête.

"C'est vrai qu'on affiche une sérieuse régularité", constate Joan Mir. "C'est probablement ce qu'il y a de plus difficile dans ce championnat, de toujours être sur le podium, même quand on rencontre des problèmes. C'est plus facile de gagner quand vous avez la moto et que tout vous réussit, mais ce qui est important c'est d'obtenir de bons résultats et des podiums malgré tout quand on est en difficulté. C'est la raison pour laquelle je suis en tête du championnat actuellement, et c'est la clé à chaque course."

Lire aussi :

"Et puis c'est aussi la manière dont j'aborde le championnat : j'avance course après course, je ne me soucie pas tellement du championnat − même si je m'en soucie de plus en plus à chaque course ! Je m'en soucie en tout cas probablement moins que d'autres pilotes. Je veux le titre tout autant qu'eux, mais je sais que ce que je cherche c'est la victoire. Je ne vais pas changer mon approche des courses, je vais continuer comme ça, essayer de décrocher une victoire et ensuite si j'ai assez de points je commencerai à penser au championnat."

"Je pense que je suis actuellement le pilote le plus régulier. Franchement, je pense pouvoir être en mesure de défendre cette première place. Mais la réalité c'est que je ne vais pas aller à la prochaine course uniquement pour défendre le titre, ce serait une grosse erreur. Je vais juste avancer course après course, essayer de gagner, de faire des podiums, puis sur les deux dernières courses je vais regarder où j'en suis et on commencera alors à établir des plans."

Une fin de course compliquée

Annoncé comme l'une des plus grandes menaces pour les Yamaha avant la course d'Aragón, Joan Mir a finalement dû se contenter de la troisième place là où son coéquipier, Álex Rins, a trouvé les ressources pour aller s'imposer. Contrairement à ses habitudes, le Majorquin est apparu quelque peu en difficulté dans les derniers tours, ce qu'il met sur le compte d'un pneu avant soft plus chaud et plus usé qu'il ne l'aurait souhaité, après avoir passé la quasi-totalité de la course dans le sillage de d'autres machines. Décroché par les deux leaders dans les deux derniers tours, il a même failli se faire reprendre par Maverick Viñales, qu'il avait pourtant dépassé peu après la mi-course.

"C'était très positif, parce que nous avons pris des points importants pour le championnat. Mais, sincèrement, je suis un peu déçu, parce que je m'attendais à faire un peu mieux dans la dernière partie de la course", a-t-il admis au micro du site officiel du MotoGP. "J'ai beaucoup économisé le pneu arrière, en étant très doux dans les premiers tours et en milieu de course. Mais j'ai eu des problèmes avec le côté gauche du pneu tendre. Avec ces températures, et probablement en étant derrière des pilotes, j'ai eu des problèmes. Je pense que nous n'avons pas bien géré la façon d'utiliser ce pneu."

Lire aussi :

"À un moment, j'ai pu dépasser Viñales, puis j'ai rapidement rattrapé Rins, et ensuite dans les sept ou huit derniers tours j'ai commencé à être en difficulté avec l'avant de la moto. Ce sont les températures les plus hautes que l'on ait eues ce week-end et faire le bon choix pour la course en suivant des pilotes, ça n'est pas facile. J'ai donc perdu un peu de performance dans les six derniers tours."

"C'est dommage parce qu'à un moment donné je me suis senti très fort, mais ça n'était pas mon jour pour gagner : c'était le jour pour passer en tête du championnat, et ça j'en suis très content. On va essayer de régler notre problème pour la dernière partie de la course, qui est normalement notre plus gros point fort, afin de faire mieux le week-end prochain."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires

Voir aussi :

La dégringolade de Quartararo provoquée par un pneu "incontrôlable"

Viñales vite ralenti par la chute de performance de son pneu