Enfin qualifié en première ligne, Mir montre son "vrai potentiel"

Joan Mir a réalisé ses meilleures qualifications GP de l'Algarve. Le pilote Suzuki attribue ce résultat à une moto en progrès et à une semaine de vacances salvatrice.

Enfin qualifié en première ligne, Mir montre son "vrai potentiel"
Charger le lecteur audio

C'est une première étonnante que vit Joan Mir à Portimão. La troisième place conquise ce samedi est son meilleur résultat en qualifications puis ses débuts en MotoGP en 2019, et ce alors qu'il a décroché le titre mondial la saison passée. Dimanche, le Majorquin se positionnera donc en première ligne à la régulière, ce qu'il n'a plus connu depuis Valence 2017, alors qu'il roulait encore en Moto3.

Cette première ligne n'est pas totalement une nouveauté pour lui dans la catégorie reine : au GP de Styrie 2020, une pénalité de Johann Zarco l'avait fait remonter au troisième rang et il était premier pour le second départ, après le drapeau rouge. Cette course était jusque-là un cas unique puisque Mir est souvent distancé sur les grilles de départ à cause d'une Suzuki à la peine le samedi après-midi. La machine japonaise a progressé récemment, si bien que le #36 se sentait capable de cette performance depuis plusieurs courses même s'il en était toujours empêché.

"Je suis très content", déclare Mir. "Au test de Misano, on a trouvé quelque chose sur la moto, je pense que ça nous a rendus un peu plus rapides. Dans les derniers Grands Prix, les conditions météo ont toujours été un peu difficiles et je n'ai pas pu montrer le vrai potentiel de la machine, ni le mien. Et ici, à Portimão, ça semble être le bon endroit pour le faire, avec un très beau temps. Je suis content du week-end pour le moment. Je me suis senti assez bon dans toutes les séances et je pense qu'on peut légèrement améliorer notre rythme de course mais ce n'est pas mauvais. Je suis prêt à me battre demain."

"Le plus important, c'est de conserver cette constance en qualifications", a-t-il ajouté. "Pas de débuter toutes les courses en première ligne, ça serait trop pour nous ! Mais la deuxième ligne est l'étape que l'on doit franchir et que je pense possible."

Les progrès effectués au test de Misano sont la conséquence d'un travail sur la géométrie de la moto et d'une évolution du holeshot device, apparu dans une première version au Red Bull Ring et maintenant peaufiné pour apporter un gain plus significatif : "Dans le test, on a pu tester des choses impossibles à faire pendant la saison. C'est l'avantage des tests."

"On a évalué une nouvelle géométrie sur la moto, avec la même base. Il semble que ça a légèrement amélioré la moto. Et on a aussi reçu la deuxième évolution du device et dans certaines zones, il est mieux que le précédent. Avec le premier, ce qu'on gagnait à l'accélération, on le perdait peut-être ailleurs. Mais celui-là donne l'impression de compenser un peu les pertes. C'est une amélioration. C'est l'essentiel."

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

Ces bonnes qualifications ne sont toutefois pas dues qu'aux progrès effectués sur la GSX-RR. Se sentant "mentalement à plat" après sa chute de Misano, Joan Mir a pris une semaine de vacances bénéfique puisqu'elle lui a permis d'arriver à Portimão dans un meilleur état d'esprit.

"Je devrais probablement le faire plus souvent ! Je n'ai pas passé de bons moments après Misano et après Austin. C'était difficile pour moi. Après Misano, j'ai vu que je n'arrivais pas à gérer la situation. J'étais un peu à plat, quelque chose n'allait pas. J'ai décidé de m'arrêter une semaine, de ne pas faire de sport, et de revenir pour les deux dernières manches. Je pense que ça m'a aidé à penser à différentes choses et à reprendre un peu d'énergie."

Joan Mir sent qu'Alex Márquez l'a privé d'un meilleur résultat

Une certaine frustration étant pourtant visible sur le visage de Joan Mir dans le parc fermé. Le pilote Suzuki a dû renoncer à son dernier tour rapide à cause d'un dépassement d'Álex Márquez, resté dans sa roue une grande partie de la journée. Mir pense que la manœuvre, pour laquelle son compatriote a présenté ses excuses, l'a peut-être empêché de priver les pilotes Ducati du doublé.

"Álex m'a suivi depuis les EL3, dans toutes les séances : en EL4 et dans le premier run en qualifications. Il m'a encore attendu pour le deuxième. Pour moi, s'il ne me gêne pas, ce n'est pas un souci. Mais j'ai fait un premier tour lent, pour faire monter le pneu en température, il n'était pas mauvais mais je chauffais le pneu, et il ne me restait qu'un tour. Il a décidé de me doubler au freinage et je suis sorti large. C'est pour ça que j'étais en colère."

 

"Álex est venu dans le box pour présenter ses excuses", a précisé Mir. "C'est une chose que j'apprécie, mais sur le moment, je n'étais pas vraiment content parce que je n'ai pas pu tirer 100% du package aujourd'hui. Quand je ne peux pas faire 100%, je suis toujours en colère, même si je suis en première ligne."

Lire aussi :

partages
commentaires
Miller a profité des conseils de Bagnaia en qualifications
Article précédent

Miller a profité des conseils de Bagnaia en qualifications

Article suivant

Bagnaia inarrêtable : "J'aimerais avoir toujours ces sensations"

Bagnaia inarrêtable : "J'aimerais avoir toujours ces sensations"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021