La pression du COVID-19 a compliqué la saison pour Joan Mir

Le Champion du monde MotoGP 2020 a avoué avoir ressenti autant de pression sur les circuits qu'en dehors cette année, à cause du risque représenté par le coronavirus.

La pression du COVID-19 a compliqué la saison pour Joan Mir
Charger le lecteur audio

Désormais assuré du titre, Joan Mir a avoué son soulagement alors que touche à sa fin une saison très particulière, marquée non seulement par une lutte très ouverte au championnat, mais aussi par une pression d'un autre genre, extra-sportive, liée à la crise sanitaire qui frappe le monde depuis le printemps.

Lire aussi :

Celle-ci n'a pas uniquement eu pour effet de retarder de quatre mois le coup d'envoi des Grands Prix et de chambouler le calendrier, elle a aussi pesé comme une épée de Damoclès au-dessus des pilotes, chaque infection, même asymptomatique, entraînant des forfaits.

Afin d'être autorisés à pénétrer dans l'enceinte des circuits et à participer aux Grands Prix, les pilotes ont été soumis à des tests très réguliers. Deux d'entre eux ont été testés positifs dans la catégorie MotoGP, d'abord Valentino Rossi, absent des Grands Prix d'Aragón pendant qu'il était tenu à l'isolement, puis encore inquiété un mois plus tard par un test présentant des traces de son infection ; puis Iker Lecuona, qui a dû manquer les deux manches de Valence, après avoir été déclaré cas contact et avoir par la suite lui-même présenté des marques du virus. Dans les autres catégories du championnat, Tony Arbolino (cas contact) et Jorge Martín (infecté) ont assurément perdu des chances précieuses lorsqu'eux-mêmes ont été contraints de manquer une à deux courses respectivement.

"Ce dont on ne parle pas beaucoup et qui a été difficile à comprendre pour tout le monde, c'est que normalement, on a la pression sur le circuit mais on peut déconnecter à la maison, or en réalité, à la maison je n'arrivais pas à déconnecter parce qu'il y avait la pression du coronavirus. Ça a rendu la situation beaucoup plus difficile", admet l'Espagnol auprès du site officiel du MotoGP.

Bien qu'il ait peiné à trouver les mots pour exprimer ses émotions à l'issue de la course, le pilote Suzuki a toutefois tenu à adresser un mot de soutien au public, absent des circuits sur la quasi-totalité des courses disputées cette année dans un contexte où des mesures très strictes devaient être prises pour garantir la tenue du championnat, et il n'a pas manqué d'aller saluer le "mur virtuel" de fans qui applaudissaient son succès ce dimanche à l'arrivée de la course.

"Je n'arrive toujours pas à y croire. Je crois que je vais avoir besoin de quelques heures de plus parce que je n'arrive pas à comprendre la situation. Je suis un peu sous le choc ! Toute l'année, la pression a été tellement forte, ici et à la maison pour ne pas attraper le coronavirus. La manière dont on a géré cette situation est incroyable, et finalement on obtient ce titre à ma deuxième année avec Suzuki. C'est incroyable ! Je ne peux pas exprimer par des mots ce que ça signifie pour moi, c'est impossible."

"Ce qui est dommage, c'est que les gens ne soient pas présents dans les tribunes, parce que c'est toujours une motivation de plus et un plaisir de fêter les succès avec eux. Mais si j'ai réussi à rendre une année aussi difficile un tout petit peu meilleure, alors pour moi c'est le meilleur titre."

Fidèle à son sérieux, Joan Mir a promis qu'il resterait prudent ce soir : "Je veux faire la fête, je veux aller danser, je veux tout faire ! Mais il faut qu'on soit responsables, des gens meurent pour cette raison. Pour moi, la meilleure façon de le fêter c'est d'être avec ma famille et mon équipe, tout en nous protégeant car le coronavirus, c'est sérieux. Bien sûr il faut que je fête ça, mais pas trop."

partages
commentaires
Zarco déçu de sa chute et de son rythme : "J'étais en difficulté"
Article précédent

Zarco déçu de sa chute et de son rythme : "J'étais en difficulté"

Article suivant

Morbidelli ajoute un duel haletant à son palmarès MotoGP

Morbidelli ajoute un duel haletant à son palmarès MotoGP
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021