Joan Mir qualifié 12e : "Ce n'est pas un drame"

Le leader du championnat a terminé dernier de la Q2, samedi au MotorLand Aragón, mais il tente malgré tout de rester concentré sur son objectif de marquer de gros points en course.

Joan Mir qualifié 12e : "Ce n'est pas un drame"
Charger le lecteur audio

Joan Mir n'exclut pas de se battre pour le podium au Grand Prix de Teruel, voire pour la victoire, bien qu'il doive prendre le départ de la course depuis la 12e place. Le pilote Suzuki a dû couper son effort à la fin des qualifications lorsque Johann Zarco est tombé et que les drapeaux jaunes ont fait leur apparition dans le dernier secteur de la piste, sans quoi il estime qu'il serait positionné une ou deux lignes plus haut sur la grille.

"Je ne suis pas content des qualifications. En EL4 on a travaillé avec le medium avant et je me sens vraiment bien avec ce pneu. En qualifs, on est revenus au tendre à l'avant et je n'arrivais pas à rouler correctement", explique-t-il. "Et puis, j'ai un peu joué de malchance avec mon dernier pneu parce que j'améliorais mon temps − je ne faisais pas un super chrono, mais ça n'était pas mal − et dans le dernier secteur, j'ai vu le drapeau jaune, alors j'ai relâché un peu l'accélérateur pour économiser mon pneu parce que je pensais avoir un tour de plus, mais je suis finalement passé sous le drapeau à damier."

"J'ai vu que Zarco était tombé. Je n'ai pas vu les drapeaux mais je l'ai vu par terre", ajoute-t-il. "J'ai perdu quelques dixièmes et c'était probablement ce qui a fait la différence avec un départ depuis la deuxième ou la troisième ligne. Je ne me serais pas battu pour la pole position, mais ce n'était pas un mauvais chrono."

Lire aussi :

N'ayant finalement bouclé qu'un seul tour rapide, son premier tour avec le pneu neuf ayant été rapidement avorté, il admet une stratégie manquée. "Franchement, la stratégie aujourd'hui n'était pas parfaite, mais c'est comme ça. On a fait une erreur, mais l'important c'est demain", veut-il retenir.

"J'ai quand même fait un temps de 1'47"6, ce qui n'est pas trop mauvais en ayant coupé dans le dernier virage", souligne-t-il. "Ce n'est en tout cas pas la position à laquelle on s'attendait aujourd'hui. Le point positif, c'est que les EL4 ont été vraiment bons. J'ai pu faire de très bons tours, on a comparé différents réglages sur la moto entre ma première et ma deuxième sortie et mon rythme était assez bon, j'arrivais à être rapide, alors on verra bien."

Pour garder espoir, le leader du championnat peut s'inspirer de la performance réalisée la semaine dernière par son coéquipier, Álex Rins, vainqueur alors qu'il partait dixième. Il fait également confiance au rythme qu'il a lui-même affiché à ce stade du week-end, se sachant capable de rivaliser avec les autres hommes forts de ce Grand Prix. Il sait toutefois également qu'il devra prendre plus de risques qu'il ne le voudrait pour ne pas perdre le contact dès les premiers tours tandis qu'il devra chercher à compenser son départ lointain.

"J'ai un meilleur rythme que dimanche dernier, mais je pars aussi de plus loin. Devant moi, il y a des pilotes qui ne sont pas aussi compétitifs et qui vont essayer de gagner la course dès le premier tour", craint-il. "L'objectif est d'arriver sur le podium et d'essayer de gagner, parce que j'ai une moto avec laquelle je me sens bien. Je ne pense pas au titre, je veux éviter les pensées négatives, et en ce sens, partir 12e n'est pas non plus un drame."

Lire aussi :

Il a beau assurer ne pas penser au championnat, le pilote Suzuki observe tout de même un poleman de plus en plus menaçant dans la course au titre… "Taka, je ne sais pas depuis combien d'années il est ici en MotoGP, mais ça fait longtemps et il a de l'expérience. La Honda est vraiment une bonne moto et c'est clair qu'il fait du très bon travail. C'est sûr qu'il peut être un bon candidat. C'est quelque chose à quoi il faut penser parce qu'il est rapide", suggère-t-il.

Et Mir ne cache pas non plus avoir conscience d'une autre menace, celle d'une situation sanitaire qui se dégrade dans toute l'Europe et qui pourrait mettre en péril la fin de saison. Est-ce à dire qu'il serait préférable de quitter Aragón en étant toujours en tête du championnat ? C'est une conclusion qu'il se refuse de tirer afin de ne pas se déconcentrer.

"J'y pense. Je n'ai aucune obsession quant au fait que je devrais gagner le titre sur cette course, parce que ce ne serait pas bien, mais j'y pense parfois un peu, il arrive que ça me vienne à l'esprit", admet-il. "On sait tous que si la situation reste comme elle est maintenant, il peut y avoir un risque que l'on ne puisse pas terminer le championnat. Il est donc important de toujours être compétitifs en course et de continuer à marquer de gros points."

Avec Oriol Puigdemont

partages
commentaires
Nakagami pas intéressé par le championnat et focalisé sur le podium
Article précédent

Nakagami pas intéressé par le championnat et focalisé sur le podium

Article suivant

La grille de départ du Grand Prix de Teruel MotoGP

La grille de départ du Grand Prix de Teruel MotoGP
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021