Mir avait le rythme des leaders : "Je ne suis pas vraiment satisfait"

Joan Mir sent qu'il pouvait faire mieux que sa troisième place au Grand Prix d'Aragón. Le pilote Suzuki a perdu du temps derrière Jack Miller et Aleix Espargaró, ce qui l'a peut-être privé d'une chance de victoire.

Mir avait le rythme des leaders : "Je ne suis pas vraiment satisfait"

C'est avec près de quatre secondes de retard sur le vainqueur que Joan Mir a vu l'arrivée du Grand Prix d'Aragón, à la troisième place. Le Champion du monde en titre aurait peut-être pu se mêler au spectaculaire affrontement auquel Pecco Bagnaia et Marc Márquez se sont livrés dans les derniers tours s'il avait été à leur contact dès le départ.

Septième sur la grille, Mir a doublé Jorge Martín et Fabio Quartararo dans les premiers virages mais il a ensuite buté sur Aleix Espargaró et Jack Miller. Une erreur de ce dernier suivie d'un dépassement sur le pilote Aprilia, dès le tour suivant, lui ont permis de remonter au troisième rang au cap de la mi-course. Il accusait alors un retard de 3"620 sur Bagnaia. L'écart a fluctué mais il était de 3"911 sous le drapeau à damier, signe que Mir roulait dans les temps des deux premiers.

"Je ne suis pas vraiment satisfait de la troisième place", a reconnu le pilote Suzuki en conférence de presse. "Je pense que ce week-end, on a montré un bon rythme, probablement pour jouer la victoire. Je pense que la plus mauvaise partie de cette course a été le début. J'ai essayé de doubler autant de pilotes que possible mais à un moment, j'étais derrière Jack et Aleix. C'était dur de les dépasser. J'y suis parvenu et [Bagnaia et Márquez] étaient très loin à ce moment là. Mon rythme était très similaire au leur donc je suis content de ma performance. Aujourd'hui, on n'a pas pu se battre pour la victoire, c'est pour ça que je ne suis pas si content. Mais un podium est un podium."

Lire aussi :

"Je pense que si j'étais parti sur la première ou la deuxième ligne et que j'avais été proche des gars en début de course, on aurait peut-être pu avoir une option [sur la victoire], mais pas dans ces conditions", a ajouté Mir sur le site officiel du MotoGP.

L'Espagnol a passé la moitié de la course dans le sillage d'Aleix Espargaró, sans pouvoir porter une attaque. Il ne pense pas que la machine de son compatriote était véritablement meilleure : "Il n'était pas plus fort, il était juste devant ! [rires] L'Aprilia a une très bonne accélération. Il arrivait à bien ralentir la moto, en parcourant moins de mètres, et il accélérait bien. C'est toujours dur de dépasser cette moto. Avant, c'était plus facile de doubler en ligne droite mais maintenant je n'arrive même pas à me rapprocher. Il faudra travailler sur ça."

Les faiblesses que Joan Mir notait l'an passée ont persisté cette saison. La Suzuki est toujours à la peine en qualifications et elle manque de puissance, ce qui complique les courses : "C'est sûr qu'avec notre accélération, partir septième n'est pas idéal. C'est dur de doubler. Je dois attendre une erreur du pilote devant moi, sinon réaliser un dépassement est très difficile pour moi. J'ai eu un peu de mal au freinage [en course] et je perdais pas mal de temps dans les longues lignes droites, à cause de l'accélération. On doit travailler sur ça et essayer de le résoudre pour Misano. Je pense que ça sera difficile mais il faudra essayer d'être un peu plus performants que ce week-end."

Si Mir croit à un rebond au GP de Saint-Marin, c'est parce que Suzuki a prévu des nouveautés, notamment pour faire évoluer le variateur de hauteur arrière, jugé efficace au Red Bull Ring mais auquel il a renoncé à Silverstone puis ce week-end, estimant que le gain était inférieur aux contraintes posées par le dispositif : "Ils travaillent sur le holeshot device. Je ne l'utilise pas en ce moment. C'est important de le faire fonctionner."

Lire aussi :

partages
commentaires
Zarco en manque de confiance : "Je ne sais pas trop quoi dire"

Article précédent

Zarco en manque de confiance : "Je ne sais pas trop quoi dire"

Article suivant

Photos - Duel au sommet et premier succès pour Bagnaia

Photos - Duel au sommet et premier succès pour Bagnaia
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021