Joan Mir "vraiment déçu" et stupéfait par l'avantage de Ducati

Joan Mir était hagard à l'issue d'un GP de Valence survolé par Ducati. Quatrième à l'arrivée, la Majorquin ne parvient pas à expliquer la domination du constructeur italien et s'en inquiète pour 2022.

Joan Mir "vraiment déçu" et stupéfait par l'avantage de Ducati

Joan Mir était dépité à l'arrivée du Grand Prix de Valence. Sa quatrième place n'avait rien de déshonorant, mais c'est surtout la manière qui a déçu celui qui a décroché son seul succès en MotoGP sur ce tracé l'an passé. Incisif en début d'épreuve, Mir a pu remonter à la deuxième place derrière Jorge Martín mais il a ensuite été doublé par Pecco Bagnaia, finalement vainqueur de l'épreuve, ainsi que par Jack Miller et Álex Rins

La chute de son coéquipier lui a permis de gagner une position, en revanche il n'a rien pu faire face au triplé des Ducati. Sa frustration était perceptible à l'arrivée. "Je ne sais pas par quoi commencer", a déclaré le pilote Suzuki. "Je suis vraiment déçu. Je ne m'attendais pas à avoir cette sensation en course. Je sens qu'on a bien travaillé durant les trois jours, pendant les essais. Mais en course, il n'y avait rien à faire."

"J'ai eu beaucoup de mal avec l'avant. Notre niveau de grip n'était pas fantastique et je n'ai pu compter sur aucun avantage pour me battre avec [les pilotes Ducati]. C'est frustrant parce que je ne veux pas être dans cette position, à me battre pour des podiums. J'en veux plus. C'était encore une situation difficile pour moi."

Lire aussi :

Auteur du meilleur temps lors du warm-up, Joan Mir avait de gros espoirs pour la course mais il n'a finalement rien pu faire face aux différentes Ducati : "Dans la matinée, au cours du warm-up, j'ai pu rouler beaucoup plus vite, mais j'étais seul. Derrière eux, j'ai perdu toutes mes options. J'ai essayé de prendre la tête au départ mais Pecco m'a doublé. Je préparais un dépassement sur Martín, et quand une autre Ducati m'a doublé [celle de Miller], j'ai réalisé que la course était probablement terminée."

Mir "ne comprend pas" une Ducati qui n'a "aucune faiblesse"

La domination de Ducati à Valence a porté un coup au moral de Joan Mir. Comme Fabio Quartararo, il estime que la marque italienne a su gommer ses principales faiblesses tout en conservant sa force historique, la puissance de son moteur, ce qui rend sa moto quasi imbattable.

"En les suivant [par le passé], je voyais vu qu'ils avaient quelques faiblesses", a détaillé Mir. "Je pouvais voir qu'ils commençaient avec énormément de puissance mais en fin de course, ils avaient un peu plus de mal que nous à faire tourner la moto, et leurs pneus étaient usés à l'accélération, ce qui est logique : quand on a plus de puissance, on sollicite plus les pneus. Cette fois, je n'ai vu aucune baisse de performance dans les derniers tours. C'était l'inverse, ils sont encore plus forts en fin de course."

"Ce n'est pas facile à comprendre. Je ne vois aucune faiblesse et c'est une chose qui m'inquiète. Ils arrivent à être rapides avec beaucoup de styles [de pilotage] différents. Comme je l'ai dit, on a du travail si on veut se battre à nouveau l'an prochain, parce que c'est sûr qu'ils seront vraiment bons."

Joan Mir et Jack Miller

Joan Mir et Jack Miller

Comme Mir, les trois premiers à l'arrivée ont bouclé de nombreux tours dans le sillage d'autres pilotes mais contrairement à lui, ils n'ont eu aucun souci avec leur gomme avant : "Je n'étais pas le seul derrière les Ducati, il y avait des Ducati les unes derrière les autres. Quand on est derrière, normalement le pneu avant chauffe plus et on peut avoir des problèmes. Mais ils n'en ont pas eu. C'est ça que je ne comprends pas. C'est très dur, très dur. Sincèrement, on a beaucoup de travail."

Pendant longtemps, la Ducati avait la réputation d'être très puissante mais peu maniable, des caractéristiques imputables à son V4, alors que la Yamaha et la Suzuki, les seules machines du plateau équipées d'un quatre cylindre en ligne, offraient une plus grande souplesse d'utilisation en courbe. L'équation a changé puisque Ducati fait maintenant au moins aussi bien dans les virages. À Valence, Joan Mir a dû prendre des risques et failli finir la course à terre, comme Álex Rins.

"Je ne suis pas sûr d'être meilleur qu'eux au freinage. Dans cette course, j'ai perdu beaucoup de temps aux points de corde. Je bloquais toujours l'avant. Les seules choses à faire, c'était tomber ou finir quatrième. Je pense que c'était encore plus difficile de finir la course que de tomber. J'ai failli chuter de nombreuses fois. C'est frustrant pour moi."

Joan Mir espère conclure l'année sur une bonne note dans le test de Jerez, qui débute ce jeudi et au cours duquel il pourra voir le travail accompli par Suzuki en vue de la saison 2022. Il est déjà satisfait des améliorations apportées ces derniers mois, à l'image du holeshot device apparu à l'arrière de la GSX-RR : "Je dois dire que je suis très content des progrès de Suzuki. On le voit dans les données, on le sent dans le garage. On va se battre pendant le test. Je crois dans ce projet mais je suis déçu, donc c'est normal."

"Ce test est très important pour tout le monde, pour comprendre les nouveautés que Suzuki va apporter", a ajouté l'Espagnol sur le site officiel du MotoGP. "Ils ont énormément travaillé toute l'année pour essayer d'avoir un bon package pour l'an prochain. On va devoir se concentrer sur ce test pour donner de bonnes informations. Il ne faudra pas être rapide mais récolter de bonnes informations."

Lire aussi :

partages
commentaires
Quartararo "inquiet" des "énormes progrès" de Ducati
Article précédent

Quartararo "inquiet" des "énormes progrès" de Ducati

Article suivant

Stats - Deux triplés historiques pour Ducati !

Stats - Deux triplés historiques pour Ducati !
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021