MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
16 avr.
Prochain événement dans
41 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
82 jours
03 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
103 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
124 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
173 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
229 jours
28 oct.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
250 jours

Craignant une "mauvaise chute", Zarco est resté prudent vendredi

Johan Zarco s'est montré prudent vendredi à Valence, de peur de partir à la faute sur une piste humide. Le Français pense toutefois qu'un bon résultat est dans ses cordes alors que la course s'annonce sèche.

Craignant une "mauvaise chute", Zarco est resté prudent vendredi

Johann Zarco dresse un bilan mitigé de a sa première journée au Grand Prix d'Europe. Auteur d'un quatrième temps encourageant sur une piste mouillée dans la matinée, le Français ne s'est classé qu'au 17e rang en EL2 alors que les conditions étaient bien meilleures, mais encore partiellement, ce qui le place hors du top 10 au cumul des deux séances. Le pilote Avintia dit avoir eu du mal à trouver de bonnes sensations en raison du manque d'adhérence.

"C’était une journée difficile", résume-t-il. "Dans l’après-midi, c’était assez difficile pour moi. Dans la matinée, sous la pluie, ça allait, mais je n'avais pas de très bonnes sensations. Ça peut être positif parce que si les sensations s’améliorent, je peux être performant, jouer le podium et la victoire, j'espère, mais on a besoin de meilleures sensations avec les pneus. La piste est étrange, elle est encore très glissante mais à certains endroits on a du grip, et à d’autres pas trop, donc je suis un peu perturbé."

Une trajectoire sèche s'est dessinée dans l'après-midi, permettant à tous les pilotes d'améliorer leurs temps, mais craignant une chute, Zarco a préféré éviter toute prise de risques : "Sur le sec, [dans] l'après-midi, il y avait beaucoup, beaucoup de flaques sur la piste et j’ai vraiment essayé de progresser étape par étape. Ce n’était pas mauvais au début, mais à la fin, j’avais vraiment trop peur de rouler sur des flaques et de chuter. Quand on a peur de tomber, c’est vraiment dur d’aller plus vite."

Lire aussi :

Zarco reconnaît qu'il n'a pas osé prendre les risques nécessaires pour entrer dans le top 10. "Dans les conditions délicates, comme j’estime être toujours un peu dans cette phase d’apprentissage [avec la Ducati], plus je peux pousser mes repères, mieux je prends confiance", analyse-t-il. "Mais là, le moindre petit écart de trajectoire, tu peux le payer cher. Cette crainte de le payer cher par une mauvaise chute fait que tu ne peux vraiment pas être dans le coup. Et pourtant c’est 1"2 [de retard sur le meilleur temps, ndlr], donc ce n’est pas énorme. Il faut rester tranquille. J’étais un peu agacé de ne pas réussir à passer ce cap en fin d'après-midi, mais il vaut mieux galérer maintenant que l’an prochain."

La piste se présente à nouveau humide ce samedi matin, rendant une qualification directe en Q2 probablement impossible durant les EL3. Johann Zarco craint d'avoir laissé filer une opportunité puisqu'il reste convaincu qu'un bon chrono est à sa portée sur piste sèche.

"Je suis déçu [...] parce que c’était peut-être la seule séance sur piste sèche, donc c’était important d’être dans le top 10,  On verra [ce samedi], que ce soit sec ou mouillé. Si c’est sec, j’espère progresser, j’espère que ce sera presque totalement sec, plus que [vendredi] après-midi, et si c’est le cas, c’est sûr que de gros progrès seront possibles pour moi, j’aurai mes chances. S’il pleut, je vais encore chercher les bonnes sensations, mais il faudra s’adapter aux conditions."

partages
commentaires
Joan Mir refuse la polémique : le titre, il veut le gagner en piste

Article précédent

Joan Mir refuse la polémique : le titre, il veut le gagner en piste

Article suivant

Dominateur sous la pluie, Miller espère une course sur le sec

Dominateur sous la pluie, Miller espère une course sur le sec
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Europe
Catégorie EL2
Lieu Valencia Grand Prix Circuit
Pilotes Johann Zarco
Équipes Avintia Racing
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020