Un deuxième run "raté" prive Zarco de la deuxième ligne

Johann Zarco était en colère à l'issue des qualifications au Grand Prix d'Aragón, estimant qu'il avait le potentiel pour faire mieux que sa dixième place.

Un deuxième run "raté" prive Zarco de la deuxième ligne

Johann Zarco n'a pas vécu un samedi facile sur le MotorLand Aragón. Quatrième au cumul des deux premières séances, le pilote Pramac a été éjecté du top 10 dans la matinée et il a dû passer par la Q1. Facile leader de cette phase des qualifications, Zarco a accédé à la deuxième partie mais il n'a pu prendre que la dixième place, à cause d'un dernier relais en dessous de ses attentes.

"Je suis un peu déçu, en colère quant à la fin des qualifications car j'ai complètement raté le dernier run avec le pneu neuf", reconnaît le Français. "Pareil qu'à Silverstone. [...] Dans le seul tour où j'ai pu attaquer, j'ai fait une erreur. Je suis très en colère à ce sujet, car c'est exactement la même erreur qu'à Silverstone en qualifications, quand on a le potentiel de faire une deuxième ligne et qu'on la manque. Le premier sentiment est une grande colère."

"Mais en EL4, en Q1 et au début de la Q2, nous avons retrouvé de la sensation. J'ai pris du plaisir sur la moto cet après-midi, car les choses se passaient plutôt bien pour moi. Pour cette raison, je dois être content et me tourner vers demain pour accroître cette sensation qui revient. J'ai juste manqué le dernier run, j'ai perdu peut-être quatre places en qualifications, mais si je pense à ce sentiment que nous retrouvons, je dois juste me tourner vers demain et garder cette concentration et cette colère pour demain."

Lire aussi :

Les pilotes Ducati ont signé les meilleures temps en qualifications et les Desmosedici ont pris la moitié des places dans le top 10. Cette domination semble également se confirmer en rythme de course puisque Pecco Bagnaia s'est dit satisfait de la dégradation de ses gommes. Zarco est impressionné par le rythme des machines italiennes mais il se méfie aussi de Marc Márquez, Fabio Quartararo et Joan Mir.

"C'est vrai que Miller a super bien attaqué, il a encore confirmé un beau tour. Et Bagnaia a eu la confiance qu'il recherche à chaque fois, cette apothéose presque, parce que vu le chrono, j'irais presque jusqu'à dire que c'est un feeling d'apothéose et de bonne alchimie avec la moto. Même Marc Márquez, sa moto marche bien, il y a Martín derrière, ça peut rendre le job difficile pour Fabio. C'est clair qu'au niveau moteur, on a cet avantage. Est-ce qu'elles sont favorites ? Dur à dire, parce que la course est longue, parce que je pense aussi que Mir peut être très fort aussi. Mais sur le début de course, on aura l'avantage, ça c'est quasi sûr."

À titre personnel, Zarco a l'espoir de se rapprocher des premières places, chose qui ne sera possible qu'avec une bonne gestion des pneus : "J'aimerais bien revenir dans les six premiers, ce serait une bonne chose. J'espère pouvoir vite toucher ces places-là et rester, garder du rythme. Après, les pneus vont se dégrader du premier jusqu'au dernier tour, je pense que ça va être très progressif – très dégressif, plutôt. [...] C'est ça le point d'interrogation pour demain. Mais ces EL4, quand même, m'ont déjà mis plus à l'aise que ce que j'étais".

Johann Zarco ne devrait pas ressentir de gêne physique. Vendredi, le pilote Pramac a confié qu'il souffrait d'un arm-pump à l'avant-bras droit et qu'une opération était possible après le GP des Amériques, mais il n'est pas limité depuis le début du week-end : "Ce qui est bien sur Aragón, c'est que l'avant-bras ne souffre pas. Je suis content de ne pas souffrir de ça. Ma sensation était bonne, je sens que je peux encore tenir. Jusqu'à quand, je ne sais pas, mais je peux encore tenir".

"Le circuit, sans doute, s'y prête mieux, mais là je roule sans douleur aux avant-bras. Donc non, le manque de perf sur la journée – et pareil encore en EL3, ça se joue à pas grand-chose, à quatre dixièmes. Et puis je suis onzième, on dit que c'est une mauvaise journée ! C'est là où on va pouvoir relativiser et se dire 'non, ce n'est pas une mauvaise journée'. L'après-midi, les sensations étaient bien meilleures, on a retouché des choses intéressantes en termes de feeling. J'ai eu plus de facilité sur la moto, plus de feeling, moins de combat – et j'allais plus vite ! C'est de bon augure pour la course."

Lire aussi :

Avec Benjamin Vinel

partages
commentaires

Voir aussi :

Bagnaia ravi mais prudent sur ses chances de victoire
Article précédent

Bagnaia ravi mais prudent sur ses chances de victoire

Article suivant

Márquez : "Mon corps n'est pas prêt pour 23 tours d'attaque"

Márquez : "Mon corps n'est pas prêt pour 23 tours d'attaque"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021