Johann Zarco a "peut-être fait une erreur" dans ses réglages

Alors qu'il s'élançait depuis la pole, Johann Zarco regrette une dégringolade dans le classement causée par un pneu arrière trop chaud. Ses réglages électroniques ont peut-être contribué au problème.

Johann Zarco a "peut-être fait une erreur" dans ses réglages

C'est un Johann Zarco mi-figue mi-raisin qui s'est présenté aux journalistes après le Grand Prix d'Allemagne. Parti depuis la pole, le Français a immédiatement été doublé par Marc Márquez et Jack Miller et il n'a pas pas pu conserver la troisième place bien longtemps à cause de difficultés à gérer les pneus. Zarco a perdu des positions tout au long de la course, pour franchir la ligne d'arrivée huitième, juste devant un Joan Mir pourtant parti 15 places derrière lui.

Le pilote du team Pramac oscille entre la satisfaction de son rythme dans les premiers tours et la déception d'avoir glissé dans le classement. "Deux façons de voir la course aujourd'hui : ce positif de la première moitié, dont j'espère apprendre, et les moments difficiles dans la deuxième moitié, à essayer de conserver la meilleure position possible", résume Zarco, qui veut donc se satisfaire d'être resté au contact des leaders en début d'épreuve, sur un circuit qui lui a souvent posé problème : "La première moitié de la course était intéressante et je suis plutôt content qu'ici, au Sachsenring, je sois resté avec les leaders."

"Il nous manquait quelque chose", a-t-il cependant précisé. "C'est difficile de devoir rétrograder au fur et à mesure. À chaque fois que quelqu'un te passe, tu te dis 'Je peux rester derrière lui' et finalement tu perds des mètres que tu ne peux pas récupérer, et la même chose se passe avec le suivant."

Lire aussi :

La dégringolade de Zarco dans le classement a débuté au huitième tour mais c'est surtout dans la seconde moitié de l'épreuve qu'il était en délicatesse avec un pneu arrière trop chaud, un problème peut-être lié à des réglages électroniques moins bons que sur les autres Ducati : "Dans les dix derniers tours, et même dans la deuxième moitié, je perdais du temps à la sortie du virage 6. C'est le moment où le pneu arrière est devenu assez chaud, mais le problème est qu'on enchaîne les virages 7, 8, 9 et 10 sans pouvoir le refroidir."

"C'est pour ça qu'après avoir perdu du temps au virage 6, c'était dur à rattraper sur le reste de la piste. C'était difficile dans la première moitié mais j'arrivais à gérer. Dans la deuxième moitié, je n'ai pas pu le faire. On a déjà vu avec les techniciens qu'on a peut-être fait une erreur avec l'électronique, qu'on aurait pu gérer différemment, donc tout n'est pas sur mes épaules, avec un mauvais style ou autre chose. Mais le package n'était pas assez bon."

La tristesse de cette course, c'est que je pars devant et que je rétrograde au fur et à mesure des tours. C'est ça qu'il va falloir analyser.

Johann Zarco

Johann Zarco ignore donc si de meilleurs réglages lui auraient offert un résultat plus satisfaisant mais pense aussi que les gouttes de pluie tombées durant quelques tours ont été déterminantes et que sa course aurait eu une physionomie différente s'il avait pu exploiter ces conditions. "S'il y avait dû y avoir un moment clé en course, ça aurait été de doubler Aleix Espargaró pour rester avec Marc sur la première moitié de course", reconnaît-il.

Si le résultat n'est pas totalement à la hauteur des espoirs que Zarco avant le départ, il a néanmoins pris huit précieux points qui lui permettent de conserver la deuxième place du championnat, à 22 points de l'autre Français du plateau, Fabio Quartararo : "C'était un dimanche dans lequel il fallait prendre des points. J'ai bien profité de l'avantage de cette pole position. Je suis content de ce week-end, de la façon dont j'ai pu attaquer, donner une bonne énergie pour faire un bon travail.

"La tristesse de cette course, c'est que je pars devant et que je rétrograde au fur et à mesure des tours", résume-t-il. "C'est ça qu'il va falloir analyser. De toute façon, les essais libres en pneus usés n'avaient pas été grandioses et j'ai un peu retrouvé ça en fin de course. La situation était celle-là, mais il y a du positif à prendre. À mon avis, il faut continuer à attaquer de la même manière que ce que j'ai fait tout le week-end, parce que ça permet d'être aux avant-postes, ça permet d'aller prendre une pole position, c'est toujours une satisfaction. Et surtout, cette première ligne ou cette pole position, ça aide beaucoup sur le début de course. Je vais continuer ainsi, pour pouvoir gérer les courses d'une belle manière."

La pointe de déception laisse donc place à la satisfaction des leçons apprises dans les premiers tours : "Pour moi, c'était une piste particulière ici au Sachsenring, que je n'ai jamais bien contrôlée. C'est ce que j'ai vu aujourd'hui, je veux prendre le positif. En fin de course, j'étais déçu et un peu mécontent de ne pas avoir pu rester [devant], mais je ne peux pas rester sur cette émotion, sinon je ne gèrerai pas bien les prochaines courses. Je le redis : la Ducati a un potentiel assez élevé et il faut apprendre à le gérer. Je m'en rapproche donc c'est bien de le voir sous cet angle."

Lire aussi :

partages
commentaires
Le retour de Marc Márquez, entre fierté, émotion et gratitude

Article précédent

Le retour de Marc Márquez, entre fierté, émotion et gratitude

Article suivant

Marc Márquez a fait la différence sous la pluie selon ses rivaux

Marc Márquez a fait la différence sous la pluie selon ses rivaux
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021