Une fin de course difficile vaut un dernier top 10 à Johann Zarco

Un airbag qui s'est déclenché tout seul et un contact avec Joan Mir ont valu à Johann Zarco un début de course mouvementé à Portimão, mais c'est surtout son choix de pneus qu'a déploré le pilote Avintia pour expliquer les cinq places perdues dans les derniers tours.

Une fin de course difficile vaut un dernier top 10 à Johann Zarco

Johann Zarco a conclu la saison par une dixième place au Grand Prix du Portugal, avec le sentiment d'avoir vu s'envoler un résultat bien plus satisfaisant à cause notamment de son choix de pneus. Parti avec une gomme dure asymétrique à l'arrière, alors que la grande majorité de ses adversaires avaient opté pour l'option symétrique, le pilote Avintia s'est senti en difficulté au fur et à mesure que les tours passaient.

Rapidement monté à la septième place, Zarco a passé Bradl à dix tours de l'arrivée et pouvait à cet instant envisager d'aller chercher la quatrième position occupée par Pol Espargaró, seulement trois dixième devant, mais c'est là que son rythme a commencé à s'affaisser. Bien qu'il ait pu prendre l'avantage sur Crutchlow, lui aussi en difficulté en fin de course, le Français n'a pas été en mesure de longtemps se maintenir dans le top 5 et les cinq derniers tours lui ont coûté cinq places.

"Le choix des pneus semble ne pas avoir été le bon", regrette Zarco auprès du site officiel du MotoGP. "Je croyais vraiment que le côté gauche [du pneu arrière] pourrait être bien mieux sur l'ensemble de la course et me donner de la stabilité, mais à partir de la mi-course j'ai commencé à être en difficulté sur le côté gauche et tour après tour ça a été de pire en pire. Il y a un moment dans la course où j'ai compris que ça allait être assez dur de garder mon rythme et une bonne position."

Lire aussi :

"La bagarre au début était plutôt belle, et je suis content d'avoir la vitesse pour rester avec les premiers tout en sentant que je peux encore progresser", retient-il malgré tout. "Je vais donc travailler sur moi-même et espérer obtenir une bonne amélioration pour l'année prochaine, mais je suis clairement un peu déçu pour cette course parce que j'ai perdu trop de temps à la fin."

"C'est dommage, parce que le début a été bon, et pendant la course je me sentais très bien. Je voulais rattraper Pol et me battre pour la quatrième place, mais ensuite j'ai commencé à perdre trop de temps sur la gauche. J'ai essayé de compenser sur la droite, mais ce n'était pas la bonne combinaison. Ce n'est pas uniquement le pneu", précise le pilote français, conscient qu'il lui reste un peu de chemin à parcourir avec la Ducati. "Je pense qu'on doit mieux travailler pour trouver de meilleurs réglages avec les suspensions et bien gérer l'utilisation des pneus. Il y a une combinaison entre mon style et la moto qui ne se fait pas encore parfaitement, mais ça vient : on voit au moins qu'à chaque séance je pousse bien et je reste très compétitif, alors cela signifie qu'on est en bonne voie, mais ça n'est pas encore suffisant pour avoir être satisfaits en course."

Johann Zarco peut toutefois s'estimer heureux d'avoir obtenu ce septième top 10 cette saison, car il a également connu une course plutôt mouvementée, notamment avec une machine si instable… que son airbag s'est déclenché tout seul ! "En début de course, dans le dernier virage, j'ai trop patiné et je me suis mis à guidonner, et j'ai déclenché l'airbag ! Ensuite j'ai gardé l'airbag gonflé pendant tout le premier secteur. Ça a donc quand même été une course agitée. Je ne suis pas dans la facilité, pour déclencher un airbag avant la ligne droite c'est que ça bouge !"

Et puis il y eut un contact avec Joan Mir, assez fort pour faire dégringoler le Champion du monde de la dixième à la 20e place dans le deuxième tour, lorsqu'il a heurté la roue arrière de la Ducati en essayant de se frayer un chemin à l'intérieur du virage 3. "Je l'ai senti", confirme Zarco. "C'était un virage très lent et je ne savais pas de quel pilote il s'agissait. Mais au début ça n'était vraiment pas facile dans le groupe, parce qu'il fallait freiner tard, ne pas se faire dépasser, et ce virage lent est le genre d'endroit où l'on se dit qu'on peut y arriver alors qu'en fait il n'y a pas assez de place. Heureusement, il a très bien freiné parce que le contact a été plutôt soft, ça a juste fait se relever un peu ma moto mais sans trop me gêner."

Avec les six points empochés dimanche à Portimão, Johann Zarco s'est maintenu à la 13e place du championnat, à une unité seulement de la 11e position occupée par Danilo Petrucci.

partages
commentaires
Le palmarès complet de la saison 2020
Article précédent

Le palmarès complet de la saison 2020

Article suivant

Savadori apparaît sur la liste des inscrits 2021 avec Aprilia

Savadori apparaît sur la liste des inscrits 2021 avec Aprilia
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021