Heureux de son top 5, Zarco a même pensé au podium

Johann Zarco savait qu'il avait une chance à saisir au Grand Prix de Teruel après avoir réussi une solide performance en qualifications. Et il a effectivement pu toucher du doigt le podium dimanche.

Heureux de son top 5, Zarco a même pensé au podium

Dixième à l'issue de la première course disputée à Alcañiz, Johann Zarco a rallié l'arrivée de la seconde épreuve à la cinquième place. Ce deuxième top 5 en trois courses, qui vient s'ajouter à son podium de Brno parmi les meilleurs résultats de sa saison, récompense un week-end qui a pris la bonne tournure samedi et une course qu'il s'est ensuite efforcé de gérer au mieux malgré la supériorité des leaders.

Le pilote Avintia savait qu'il avait fait une part importante du travail en se qualifiant cinquième et que cela pouvait lui permettre de viser haut, à condition de capitaliser sur cette position à l'avant de la grille. Ce fut fait, car il a pris l'avantage sur Maverick Viñales et profité de la chute de Takaaki Nakagami pour boucler le premier tour au troisième rang. Dès lors, l'espoir de terminer sur le podium l'a traversé, jusqu'à ce qu'il connaisse la baisse de performance attendue et se fasse reprendre coup sur coup par Joan Mir et Álex Márquez.

"J'ai pensé à la possibilité de peut-être faire un podium, parce qu'au début de la course j'avais de très bonnes sensations", explique-t-il. "Je voulais rester avec Morbidelli et Rins, mais ils étaient un peu trop rapides pour que je puisse être à l'aise derrière eux. Si je voulais rester avec eux, il fallait que je prenne trop de risques, alors la troisième place m'allait et le rythme était OK."

Lire aussi :

"J'ai donc essayé de garder ce rythme, mais après la mi-course j'ai commencé à perdre le bon contrôle de la moto. Quand Mir m'a passé, ce pouvait peut-être être un bon pilote à suivre mais il était un peu trop rapide. Ensuite avec Álex Márquez, le rythme était OK et je pense que j'aurais pu rester avec lui mais il est tombé", poursuit Zarco, remonté à la quatrième place après la chute du pilote Honda dans le 13e tour.

"Je suis donc resté seul pendant de nombreux tours, sans pouvoir maintenir ce gros rythme. J'avais une grosse avance sur Pol [Espargaró] et je pensais pouvoir la maintenir mais j'ai vu qu'il me rattrapait. J'ai donc essayé de gérer aussi bien que possible pour être capable de me battre si ça se présentait en fin de course. Je n'y suis pas arrivé avec Pol, mais je l'ai fait avec Miguel [Oliveira] et ça s'est bien passé." Avalé par le pilote KTM à trois tours de l'arrivée, Zarco a en effet livré une ultime bagarre contre Miguel Oliveira, à qui il a arraché la cinquième place sous le drapeau à damier.

Admettant avoir pensé au podium au début de la course, Zarco a surtout tenté de ne pas perdre le cap, même quand il a compris qu'il lui faudrait revoir ses ambitions à la baisse. "Tout va très vite, donc a du mal à voir l'écart derrière, s'il grandit ou se réduit, si quelqu'un reste très proche. Et on se dit qu'on peut peut-être parfois avoir un second souffle à partir de la mi-course, avoir moins de mal que les autres. Finalement la tendance a été inverse, c'est moi qui ai eu plus de mal qu'eux, mais après toutes les difficultés qu'on a pu avoir c'est un rythme que j'ai presque découvert pendant la course alors qu'ils le travaillent depuis vendredi, parce qu'on n'a sorti la tête de l'eau que samedi après-midi."

"Une super course ! Je suis content de ce top 5", se réjouit en tout cas Zarco, heureux d'avoir appliqué sa stratégie en profitant de sa qualification pour pousser dans les premiers tours puis résister autant que possible. "Quand on peut être troisième presque toute une moitié de course, sur un rythme en-dessous de 1'49, c'est ce qui fait que même quand on est en difficulté à la fin on termine cinquième et pas dixième."

partages
commentaires
En état de grâce, Morbidelli a vécu sa "plus belle course"

Article précédent

En état de grâce, Morbidelli a vécu sa "plus belle course"

Article suivant

Crutchlow a senti "un gros craquement" dans son épaule

Crutchlow a senti "un gros craquement" dans son épaule
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021