Sans solution, Zarco mise sur la pluie pour battre Quartararo

Malgré des progrès au freinage, Johann Zarco est encore à la peine dans les phases d'accélération après les qualifications du Red Bull Ring. Sixième sur la grille, le Français pense que la pluie attendue dimanche représente sa meilleure chance de battre Fabio Quartararo.

Sans solution, Zarco mise sur la pluie pour battre Quartararo

Johann Zarco n'a pas connu la même réussite que les autres pilotes disposant de la Ducati version 2021 dans les qualifications au Grand Prix de Styrie. Pendant que Jorge Martín signait la pole et que Pecco Bagnaia et Jack Miller s'invitaient parmi les quatre premiers, le Provençal devait se contenter de la sixième place, à 0"382 du meilleur temps réalisé par son coéquipier. Après avoir progressé dans les phases de freinage qui lui posaient difficulté vendredi, Zarco reconnaît une certaine frustration après ce résultat.

"Une journée difficile mais les performances sont là quand il le faut", estime le pilote du team Pramac. "C'est important, quoiqu'il en soit, mais je souffre peut-être plus que ce que je pouvais imaginer sur cette piste. Les progrès qui étaient nécessaires au freinage après la journée d'hier ont été faits, et c'était assez bien d'avoir cette amélioration, parce que j'ai eu de bien meilleures sensations et je pense que ça m'a permis de mieux préparer la course. Mais on n'arrive pas encore à bien utiliser les points forts de notre moto et c'est un peu dommage."

Les points forts évoqués par Zarco sont liés à la puissance de la Ducati, surtout à l'accélération, donc il ne bénéficie pas en raison d'une machine instable en sortie de courbe : "J'ai un peu trop de mouvement en début d'accélération et ça ne m'aide pas à être bon sur le premier et le deuxième rapport. Même si la moto est très puissante et que c'est très bon en quatrième, cinquième et sixième, le temps perdu sur les trois premiers rapports me coûte un peu cher."

Lire aussi :

Zarco est confronté à une équation qui semble insoluble puisque chaque tentative de corriger cette faiblesse lui fait perdre en stabilité : "Quand on change des choses, ça s'empire un peu, donc c'est pas facile de garder mon calme et d'accepter qu'on ne peut pas faire trop de changements et que ça me fait perdre mon bon équilibre. C'est pour ça que je suis content d'avoir gardé la deuxième ligne et la sixième place, et mécontent de ne pas avoir fait les progrès que j'espérais."

"Il me faut encore une meilleure adaptation et je sens que quand je pilote bien la moto, ça arrive, mais ce n'est pas si simple", ajoute Zarco. "On est proches. Le meilleur chrono que mon coéquipier a fait est un bon signe, on peut avoir ce gros potentiel, mais ce n'est vraiment pas facile de revenir."

Et s'inspirer des réglages de Jorge Martín a vite des limites : "On peut vraiment bien partager les infos. Mais selon le style, même si tu fais copier-coller, ça ne colle pas. Donc c’est là où pour ma part il y a toujours un moment d’adaptation à réussir, à bien exploiter au mieux la moto – qui est une moto finalement sensible, exigeante – et c’est tout un challenge. C'est là où il faut rester vraiment zen et toujours avoir du plaisir dans l'application."

La pluie, meilleure alliée de Johann Zarco ?

Avec cette sixième place sur la grille, Johann Zarco prendra le départ juste derrière Fabio Quartararo, qui s'élancera trois positions devant lui. Le pilote Yamaha a été impressionnant en EL4, si bien que Zarco a conscience qu'il aura du mal à battre son compatriote et rival pour le titre si la piste reste sèche. Il mise donc sur les averses attendues dimanche pour lui reprendre des points, ces conditions lui étant souvent favorables et Quartararo ayant été à la peine dans la seule séance disputée sous la pluie depuis le début du week-end.

"Je pense que les conditions humides peuvent faire une plus grosse différence face à Fabio au championnat. Peut-être que j'aurai un peu plus de chances. Sur le sec, il est assez constant et rapide. En pneus très usés, c'est dur de dire quelles seront ses sensations, mais je pense que les conditions humides peuvent profiter aux Ducati, parce que Jack aime ces conditions, et moi je peux aussi bien les gérer. C'est une possibilité de reprendre plus de points à Fabio."

Prévoir une stratégie en cas de pluie reste difficile, une averse pouvait arriver à tout moment et forcer les pilotes à changer de moto : "Je ne peux vraiment pas faire de plans avant, si c'est mouillé tout le long et que ça devient séchant, ça va tourner à mon avantage parce que je suis moins exigeant avec les pneus surtout le pneu avant, ça peut m'aider, mais c'est plus facile à dire qu'à faire, donc à voir."

Et si l'asphalte reste sec pour la course, Zarco s'attend à une course dictée par la gestion de gommes à la dégradation rapide ce week-end : "Il y a une grosse différence entre pneus neufs et usés. Si on a une course sur le sec, il y aura de bons chronos au début. Il y a une grosse différence entre des pneus neufs ou usés. Si la course est sur le sec, il y aura de bons chronos au début mais peut-être que ça sera dur de bien finir la course. C'est toujours une longue course. Ce qui est difficile, c'est qu'on cherche tout pour arriver à ce que je veux et qu'on y arrive pas."

Lire aussi :

Avec Margaux Levanto

partages
commentaires

Voir aussi :

La grille de départ du GP de Styrie MotoGP

Article précédent

La grille de départ du GP de Styrie MotoGP

Article suivant

Le timing de l'annonce de KTM suscite les critiques chez Tech3

Le timing de l'annonce de KTM suscite les critiques chez Tech3
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021