Zarco "pas chanceux" que les conditions aient évolué

Très performant sous la pluie, Johann Zarco n'a pas pu faire aussi bien lorsque la piste s'est asséchée à Misano. Sa chute en qualifications ne lui a pas laissé de véritable douleur même s'il est resté sous sa Ducati.

La pluie tombée dans les trois premières séances du Grand Prix d'Émilie-Romagne a permis à Johann Zarco de renouer avec des premières places auxquelles il a rarement pu prétendre depuis la pause estivale. Leader en EL1 et en EL3, deuxième en EL2, le pilote Pramac était particulièrement performant sur une piste totalement humide et semblait en route vers un bon résultat en qualifications, avant de perdre le fil à cause de l'évolution des conditions.

En EL4 puis en Q2, un roulage en pneus slicks s'imposait même si le circuit n'était pas intégralement sec. Zarco a eu du mal à s'adapter à cette situation et n'a pris que la dixième place des qualifications, séance qu'il a conclue sur une chute. "Pas chanceux aujourd'hui !" résume le Français, sans cacher les limites qui ont été les siennes ce samedi : "Quand les conditions sèches sont arrivées, ce n'était pas totalement sec et j'ai eu beaucoup de mal."

"J'ai été très impressionné par ce que Pecco [Bagnaia] a fait à la fin des EL4. Pour moi, la piste était trop humide dans le dernier secteur pour avoir confiance en slicks. C'est pour ça que je ne voulais pas faire trop de tours et être surpris, parce que d'autres pilotes sont tombés. Je ne voulais pas prendre trop de risques. J'attendais que les conditions s'améliorent et c'était bien de voir les pilotes en Q1."

Conscient de ces difficultés sur cette piste encore grasse, Zarco a en effet préféré attendre pour entamer son roulage en Q2, avec l'espoir qu'une trajectoire plus sèche se dessinerait et l'aiderait à prendre ses marques plus aisément. Il estime que sa chute l'a privé d'une amélioration en fin de séance, pour peut-être accrocher une place en troisième ligne.

"Durant la Q2, mon pneu a mis un peu de temps à être prêt mais je voulais que la piste soit au meilleur niveau possible. C'est pour ça que j'ai attendu cinq minutes dans le garage. Je ne pense pas que c'était une mauvaise stratégie. J'avais besoin que la piste soit aussi sèche que possible dans le dernier secteur, parce que je perdais trop de temps sur les flaques. J'ai pu trouver la confiance en deux ou trois tours. Ensuite, j'ai fait une petite erreur donc j'ai ralenti dans mon avant-dernier tour."

"Dans le dernier, j'avais la chance d'avoir Bagnaia devant moi. J'ai essayé de le suivre et j'améliorais vraiment mes chronos, mais j'ai fait l'erreur à la sortie du virage 13. Je suis peut-être passé sur de l'eau, j'ai touché le vibreur avec trop d'angle et je suis tombé. C'est dommage d'être dixième. J'aurais peut-être pu être une ligne plus haut. Le top 3 a été assez rapide donc pas de gros problème au final."

"J'ai mis un peu trop de temps à avoir les sensations, parce que les conditions de piste étaient difficiles", a ajouté Zarco. "Je le redis, les chronos du top 3 sont très impressionnants parce que peu de pilotes faisaient ça la dernière fois [au GP de Saint-Marin], même moi. En fin de course, je ne pouvais pas être plus rapide que 1'33, et ils l'ont fait avec quelques flaques. Il fallait rester sur la trajectoire et si on faisait une petite erreur, on la payait cash."

C'est exactement ce qui est arrivé à Zarco, qui ne souffre pas de grosse douleur même s'il resté sous sa Ducati dans sa chute : "Je n'ai pas vraiment réussi à m'en dégager. Je savais qu'il y avait le dégagement, pas trop de cailloux, donc ça devait aller. La hanche n'a même pas de bleu mais le muscle a pris un peu comme une béquille. Mais ça va. C'est juste une douleur musculaire. Pas de gros bobo."

Zarco veut s'inspirer de Bagnaia pour la course

Ce dimanche, Johann Zarco pourra compter sur une Ducati particulièrement performante à Misano, dans la foulée du triplé de la marque en qualifications, emmené par un Pecco Bagnaia en pole pour la quatrième fois consécutive et très impressionnant sur le circuit italien.

"On a de bonnes références des tests de l'autre fois. Ça marchait bien pour Bagnaia. Il faut se dire qu'il faut réussir à être aussi fort que lui, en tout cas pour l'appréhension de la piste, parce qu'on sent qu'il est spécialiste de spécialiste ici. C'est vraiment beau à voir."

"On verra dans le warm-up demain", a-t-il précisé. "Il pourrait faire très froid. On va essayer de gérer le pneu pour trouver la confiance."

Cette confiance semblait de retour sous la pluie mais Zarco ne pense pas pas être encore en mesure d'affirmer que la mauvaise passe qu'il a traversé depuis le mois d'août est derrière lui : "C'est une question à laquelle je ne pourrai répondre que plus tard, quand je serai revenu au top niveau sur le sec. Austin a été un week-end intéressant, malheureusement la course n'a pas payé."

"Je pense qu'il ne faut pas trop se poser de questions. Il faut continuer de bosser et se régaler sur la moto. Mais comme je l'ai dit, les conditions étaient sèches mais pas tout à fait. Beaucoup de monde a chuté et je ne voulais pas ça. Malheureusement, j'ai chuté aussi. On verra le rythme que je pourrai avoir demain si je gère assez bien la moto."

Lire aussi :

partages
commentaires
Quartararo pense avoir inconsciemment limité sa prise de risques
Article précédent

Quartararo pense avoir inconsciemment limité sa prise de risques

Article suivant

Márquez : deux chutes, une cabriole et une confiance envolée

Márquez : deux chutes, une cabriole et une confiance envolée
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021