Pour survivre en qualifs, Zarco a utilisé "des vies comme dans Mario"

Johann Zarco a dû aller chercher sa qualification en Q2 à la force du poignet et du mental, avant de devenir l'un des protagonistes de la lutte pour les places de la première ligne de la grille de départ, qui a finalement manquée d'un souffle.

L'histoire des qualifications du Grand Prix des Pays-Bas de Johann Zarco aurait pu tourner court et ne pas se terminer de la meilleure des manières. Mais comme dans "un jeu de Mario" le Français est parvenu à se sortir d'une situation fort compliquée en s'extirpant de la Q1 grâce à un dernier tour chrono entamé sur le fil lors de la dernière seconde de séance chronométrée, avant de devenir l'un acteurs de la lutte pour les premières positions de la grille. Et ainsi d'utiliser plusieurs vies !

"Cela fait partie du jeu !", s'amuse-t-il au sujet de ses qualifications compliquées par la Q1. "Clairement, il y avait de la déception à la fin des EL3 parce que je savais que j’allais devoir être en Q1. Presque comme dans un jeu de Mario, tu donnes une vie à la Q1, et il faut avoir une petite marge de vie pour en remettre en Q2 ! Je suis content de l’avoir bien fait, mais disons qu’on a deux vies par samedi et que si tu en utilises une en EL3, c’est mieux. En EL3 et en Q2 !"

Le boss final reste l'enchaînement des virages 6/7 et 13/14, où Zarco avoue néanmoins avoir pris du plaisir à se trouver à la limite et devoir redresser avec le genou, quitte à visiblement y laisser de l'énergie. "Oui, dans les changements d’angles rapides", reconnaît-il. "Le 6/7, mais c’est un changement d’angle très court, donc j’ai vu que j’ai pu combler le truc, mais le 13/14/15 est très compliqué. C’est plutôt dans le 13/14 qu’il faut pouvoir placer la moto au bon endroit, au bon moment." Des endroits où Pecco Bagnaia se montre à l'aise et laisse espérer au Français un nouveau déclic lors du warm-up ou en course.

Lire aussi :

Derrière les Yamaha factory dominatrices, la Ducati factory de Francesco Bagnaia et la LCR Honda de Takaaki Nakagami, Zarco s'empare finalement de la cinquième position et s'offre une amorce de Grand Prix bien moins compliquée qu'elle ne l'aurait été s'il avait dû se trouver à une lointaine dix-septième position comme il avait semblé pouvoir l'être un temps.

"C'était un samedi difficile mais je suis très heureux d’avoir pu faire mon chrono à la fin de la Q1. Ensuite, en Q2, j’ai eu une bonne confiance pour essayer d’attaquer encore davantage, mais ça bougeait et j’ai failli chuter plusieurs fois car j’ai vraiment tout donné. Je m’attendais à me sentir un peu mieux et à être davantage compétitif, mais il est vrai qu’ici à Assen, il y a vraiment un avantage pour les Yamaha ; et que nous souffrons un peu plus. Ou peut-être [...] que nous avons peut-être plus de problèmes qu’elles."

Les EL4 de la matinée ont servi à "continuer à essayer des choses", l'un des runs servant à réaliser "de petites modifications sur la moto, qui ont procuré beaucoup en termes de feeling." De quoi satisfaire le Français, qui estime pouvoir ainsi arriver à ce qu'il recherche : "ce n’est pas facile à trouver mais c’est possible et comme je suis sensible, dès que je me sens bien, je peux prendre beaucoup de plaisir sur la moto. D’une façon générale, nous sommes dans le jeu."

Si la course doit se dérouler sur le sec, Zarco a à cœur de se porter immédiatement au niveau des Yamaha, capables de se mettre en action très rapidement dès les premiers kilomètres. "Je pense que nous avons l’opportunité de faire un bon départ et d’essayer de contrôler les gars de chez Yamaha qui sont rapides et réguliers."

Lire aussi :

partages
commentaires
Viñales : "4 ou 5 courses avec de mauvais résultats, c'est assez !"
Article précédent

Viñales : "4 ou 5 courses avec de mauvais résultats, c'est assez !"

Article suivant

Pecco Bagnaia aura du mal à tenir le "rythme incroyable" des Yamaha

Pecco Bagnaia aura du mal à tenir le "rythme incroyable" des Yamaha
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021