Pour survivre en qualifs, Zarco a utilisé "des vies comme dans Mario"

Johann Zarco a dû aller chercher sa qualification en Q2 à la force du poignet et du mental, avant de devenir l'un des protagonistes de la lutte pour les places de la première ligne de la grille de départ, qui a finalement manquée d'un souffle.

L'histoire des qualifications du Grand Prix des Pays-Bas de Johann Zarco aurait pu tourner court et ne pas se terminer de la meilleure des manières. Mais comme dans "un jeu de Mario" le Français est parvenu à se sortir d'une situation fort compliquée en s'extirpant de la Q1 grâce à un dernier tour chrono entamé sur le fil lors de la dernière seconde de séance chronométrée, avant de devenir l'un acteurs de la lutte pour les premières positions de la grille. Et ainsi d'utiliser plusieurs vies !

"Cela fait partie du jeu !", s'amuse-t-il au sujet de ses qualifications compliquées par la Q1. "Clairement, il y avait de la déception à la fin des EL3 parce que je savais que j’allais devoir être en Q1. Presque comme dans un jeu de Mario, tu donnes une vie à la Q1, et il faut avoir une petite marge de vie pour en remettre en Q2 ! Je suis content de l’avoir bien fait, mais disons qu’on a deux vies par samedi et que si tu en utilises une en EL3, c’est mieux. En EL3 et en Q2 !"

Le boss final reste l'enchaînement des virages 6/7 et 13/14, où Zarco avoue néanmoins avoir pris du plaisir à se trouver à la limite et devoir redresser avec le genou, quitte à visiblement y laisser de l'énergie. "Oui, dans les changements d’angles rapides", reconnaît-il. "Le 6/7, mais c’est un changement d’angle très court, donc j’ai vu que j’ai pu combler le truc, mais le 13/14/15 est très compliqué. C’est plutôt dans le 13/14 qu’il faut pouvoir placer la moto au bon endroit, au bon moment." Des endroits où Pecco Bagnaia se montre à l'aise et laisse espérer au Français un nouveau déclic lors du warm-up ou en course.

Lire aussi :

Derrière les Yamaha factory dominatrices, la Ducati factory de Francesco Bagnaia et la LCR Honda de Takaaki Nakagami, Zarco s'empare finalement de la cinquième position et s'offre une amorce de Grand Prix bien moins compliquée qu'elle ne l'aurait été s'il avait dû se trouver à une lointaine dix-septième position comme il avait semblé pouvoir l'être un temps.

"C'était un samedi difficile mais je suis très heureux d’avoir pu faire mon chrono à la fin de la Q1. Ensuite, en Q2, j’ai eu une bonne confiance pour essayer d’attaquer encore davantage, mais ça bougeait et j’ai failli chuter plusieurs fois car j’ai vraiment tout donné. Je m’attendais à me sentir un peu mieux et à être davantage compétitif, mais il est vrai qu’ici à Assen, il y a vraiment un avantage pour les Yamaha ; et que nous souffrons un peu plus. Ou peut-être [...] que nous avons peut-être plus de problèmes qu’elles."

Les EL4 de la matinée ont servi à "continuer à essayer des choses", l'un des runs servant à réaliser "de petites modifications sur la moto, qui ont procuré beaucoup en termes de feeling." De quoi satisfaire le Français, qui estime pouvoir ainsi arriver à ce qu'il recherche : "ce n’est pas facile à trouver mais c’est possible et comme je suis sensible, dès que je me sens bien, je peux prendre beaucoup de plaisir sur la moto. D’une façon générale, nous sommes dans le jeu."

Si la course doit se dérouler sur le sec, Zarco a à cœur de se porter immédiatement au niveau des Yamaha, capables de se mettre en action très rapidement dès les premiers kilomètres. "Je pense que nous avons l’opportunité de faire un bon départ et d’essayer de contrôler les gars de chez Yamaha qui sont rapides et réguliers."

Lire aussi :

partages
commentaires
Viñales : "4 ou 5 courses avec de mauvais résultats, c'est assez !"

Article précédent

Viñales : "4 ou 5 courses avec de mauvais résultats, c'est assez !"

Article suivant

Pecco Bagnaia aura du mal à tenir le "rythme incroyable" des Yamaha

Pecco Bagnaia aura du mal à tenir le "rythme incroyable" des Yamaha
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021