Zarco assume sa prise de risques : "Je ne voulais pas subir"

Johann Zarco prend sa chute au GP d'Autriche avec une certaine philosophie, estimant qu'il était nécessaire d'attaquer pour trouver de "meilleures sensations" après un début de course délicat.

Johann Zarco quitte l'Autriche avec son deuxième résultat blanc de la saison, une chute mettant fin à sa course alors qu'il était en train de perdre le contact avec le groupe de tête. Parti quatrième, le pilote Pramac s'est battu avec Pecco Bagnaia, Fabio Quartararo, Jorge Martín et Marc Márquez dans les premiers tours mais il s'est finalement retrouvé à l'arrière de ce groupe.

Zarco était cinquième quand il a chuté à l'avant-dernier virage, au même endroit que dans le warm-up, prenant trop de risques dans l'espoir de recoller aux pilotes devant lui. "Une triste course", a résumé celui qui restait sur une série de sept arrivées parmi les huit premiers, depuis l'abandon de Portimão. "Une chute au même endroit que dans le warm-up, donc on dirait que le virage 9 n'était pas pour moi aujourd'hui."

"Je m'attendais à me sentir beaucoup mieux en course parce que le week-end était beaucoup mieux construit que la semaine dernière et que les choses étaient encore plus sous contrôle, mais il semble que les changements de conditions pendant la course ont compliqué la situation pour moi. Le rythme n'était pas très élevé mais même comme ça, les sensations n'étaient pas bonnes sur la moto et je n'ai pas vraiment pu trouver d'aussi bonnes sensations que samedi après-midi."

Lire aussi :

Habituellement à l'aise dans des conditions mixtes similaires à celles rencontrées avant sa chute, avec des gouttes de pluie et une piste grasse, Johann Zarco n'a pas de véritable explication sur ses difficultés à rester dans la roue de son coéquipier, Jorge Martín, qui avait une seconde d'avance au moment de la chute du 18e tour. "Est-ce que c'est un peu les conditions changeantes d'avant course, les quelques gouttes rendaient la piste un peu différente ?" s'est interrogé le Provençal sur Canal +. "La moto et moi, un poil sensibles, ça rendait le sujet difficile."

"Je ne me trouvais pas trop mal, j'arrivais à attaquer, mais quand il fallait faire un petit rythme en 1"24 ça ne venait pas. Je cherchais à me relâcher davantage pour pouvoir justement enchaîner les chronos, comme j'ai pu faire pendant les essais, mais malheureusement, j'ai chuté. J'ai eu la même chute, pas avec le même pneu avant ce matin, là, c'était avec l'avant dur et pareil, ça a décroché. Frustrant, mais il y a un cap à passer pour vraiment pouvoir gagner des courses."

Zarco assume une prise de risques dans une course où il n'était pourtant pas totalement à son aise, même si cette approche l'a empêché de voir le drapeau à damier : "À un moment donné, je ne peux pas que me contenter de prendre des petits points, des fois, ce sont des gros points. Mais aujourd'hui, si je ne tentais pas d'améliorer quelque chose en course, de pouvoir trouver un autre rythme, j'aurais subi et je n'avais pas envie de subir, donc malheureusement, je chute. Heureusement, il y a eu ces changements de conditions qui ont fait un sacré loto sur le résultat final. Ça permet de rester dans le coup, on va dire, au niveau championnat."

"Je dirais que j'ai fait une erreur mais ce n'est pas vraiment le cas, c'est essayer de trouver de meilleures sensations dans une situation où ce n'était peut-être pas possible", a-t-il ajouté. "Quelques tours plus tard, quand il a commencé à pleuvoir, il aurait été possible de jouer et je suis passé à côté de ça."

Zarco était en effet déjà hors course au moment où l'averse a redoublé, des conditions qui auraient pu jouer en sa faveur, mais le regret est atténué par le fait qu'il a limité la casse sur Fabio Quartararo, qui n'a inscrit que les neuf points de la septième place, même si Pecco Bagnaia et Joan Mir sont passés devant lui au championnat : "[En pensant] purement championnat, je perds moins de points vis-à-vis de Fabio que si c'était resté sec. Donc le goût amer de 'Mince, j'avais peut-être un truc encore à jouer' est vite estompé par le non-podium de Fabio."

Lire aussi :

Avec Margaux Levanto

partages
commentaires
Aucune déception pour Marc Márquez, qui s'est "amusé"
Article précédent

Aucune déception pour Marc Márquez, qui s'est "amusé"

Article suivant

Le titre en tête, Quartararo ne voulait pas "tomber bêtement"

Le titre en tête, Quartararo ne voulait pas "tomber bêtement"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021