Johann Zarco sort satisfait du premier test de 2022

Johann Zarco aurait pu faire un meilleur chrono en utilisant un pneu neuf au bon moment à Sepang, mais le pilote Pramac dresse un bilan satisfaisant du test de Sepang.

Johann Zarco sort satisfait du premier test de 2022
Charger le lecteur audio

Comme la première, la deuxième journée de Johann Zarco à Sepang a été satisfaisante. À l'image des autres pilotes disposant de la Ducati version 2022, le Français n'a pas tant brillé par sa position, avec la neuvième performance du jour, mais dans un top 18 réuni en moins de neuf dixièmes et avec un retard de seulement 0"282 sur le leader Enea Bastianini, il ne voit aucune raison de s'inquiéter. Zarco sait même qu'il aurait pu faire mieux en profitant de gommes neuves au bon moment, chose rendue impossible par l'arrivée de la pluie en début d'après-midi. Il a néanmoins apprécié son roulage dans ces conditions.

"Une bonne deuxième journée", a résumé le pilote Pramac. "Dans la matinée, les time attacks. On a joué notre carte. Je pense que j'aurais pu mettre un pneu supplémentaire mais on avait plutôt prévu de le mettre fin de journée pour tenter quelque chose à 17h45. De beaux chronos [mais] tout le monde va très vite. J'aurais cru qu'on passerait sous les 1'58 mais il a manqué un petit quelque chose pour aller plus vite. Je n'étais pas loin derrière."

"Les sensations étaient plutôt bonnes. J'ai pu pousser ce pneu tendre au bout du bout. Clairement, sur les deux derniers runs, c'était très dur de gérer la moto parce que le pneu avait plus de tours que ce qu'il peut faire en course et quand on a un pneu qui se dégrade trop, la moto n'est plus très marrante à piloter. Ça, ça m'a un peu compromis ma dernière heure de la matinée."

"Dans l'après-midi, je m'étais bien reposé parce qu'il était prévu de tester un nouveau pneu, à comparer avec le médium, et donc de faire au moins deux fois dix tours, ce qu'on a n'a pas eu le temps de faire [à cause de la pluie]."

"Ça a permis de reprendre des sensations sous la pluie, c'est toujours sympa parce que ça glisse un peu plus. Les conditions un peu séchantes, ça me plait et on roule sans se fatiguer. J'ai terminé l'après-midi comme ça, jusqu'à faire mes essais de départ, qui ont aussi été plutôt bons. Il y avait une bonne sensation après 18h00 pour les départs."

Johann Zarco

Johann Zarco

Les pilotes Ducati officiels ont déploré un comportement assez brutal à l'accélération avec le nouveau moteur. Johann Zarco constate aussi une faiblesse dans ce domaine, qui se traduit différemment le concernant, mais le V4 italien ne représente aucunement un motif d'inquiétude.

"Je sais que Martín trouve aussi qu'au niveau de l'accélération ça pourrait être un petit peu plus progressif", a précisé Zarco. "C'est plus une sensation sur le pneu arrière que j'ai évoquée. Ça ne me choque pas trop, mais je le traduis par d'autres sensations qui, surtout en pneus usés, me posent encore des difficultés. Mais c'est bien d'avoir des commentaires différents et d'entendre les leurs, de savoir comment ils traduisent leurs sensations. Je pense que l'électronique va permettre de lisser un peu ça."

Côté châssis, Johann Zarco se satisfait de progrès dans le turning et des améliorations apportées ici et là : "Je pense qu'on a fait de bons progrès avec le nouveau carénage, et c'était utile. On a pu travailler sur d'autres choses. C'est dur de parler de grosses différences entre les motos 2021 et 2022, parce que le package est vraiment similaire. Ducati a essayé de prendre les mêmes choses et de les améliorer. Quand on fait ça, il faut reconstruire beaucoup de choses et dans le test, il faut tout essayer et faire des corrections, il y en a toujours à faire avec des nouveautés."

"Les points forts au freinage sont toujours là, les points forts du moteur et de l'aérodynamique sont toujours là. Ensuite, il faut faire des progrès pour avoir de meilleures sensations quand le pneu se dégrade, pour être vraiment bon du premier au dernier tour."

Sur un plan plus personnel, Zarco doit encore travailler ses départs, ayant besoin de reprendre ses marques avec l'enchaînement des procédures sur la Ducati pour que ses envols soient efficaces : "Les chronos [au départ] ne sont pas encore comme les meilleurs de l'an dernier. Mais en faisant les choses différemment, les sensations sont quand même sympa et il faut que je prenne du feeling là-dessus. J'ai pris du plaisir en fin de journée. Je n'étais pas loin du bon compte. J'essaie des choses différentes. Quand on n'est pas trop loin, ça motive à se dire 'à un moment, le corps va le capter.'"

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Suzuki : un moteur en progrès, une aérodynamique à revoir

Marc Márquez fatigué mais rassuré après son retour en piste