Pour Zarco, Rabat "n'a pas eu l'opportunité de bien s'adapter"

Johann Zarco estime que Tito Rabat, son ancien adversaire dans la quête du titre Moto2 et son équipier chez Avintia cette année, n'a pas réussi à prendre ses marques en MotoGP, malgré cinq saisons dans la catégorie.

Pour Zarco, Rabat "n'a pas eu l'opportunité de bien s'adapter"

Le team Avintia aura un nouveau duo de pilotes en 2020 avec les arrivées d'Enea Bastianini, Champion du monde Moto2 2020, et de Luca Marini, placé au dernier moment dans l'équipe grâce à l'accord conclu avec VR46, la société de son demi-frère, Valentino Rossi. Le duo italien succédera à Johann Zarco, promu dans le team Pramac, et Tito Rabat qui disposait pourtant d'un contrat pour la saison prochaine mais qui doit donc quitter le MotoGP sans avoir pu convaincre.

Homme fort du Moto2 les années précédentes, Rabat a fait ses débuts à l'échelon supérieur en 2016, avec la rude Honda satellite du team Marc VDS. Après deux top 10 en course en autant de saisons, le #53 a rejoint Avintia sans parvenir à décrocher de meilleurs résultats, tout juste trois nouvelles entrées parmi les dix premières places en deux ans − avec au passage une longue interruption à la suite de sa lourde blessure à la jambe − mais plus aucune dans une saison 2020 conclue à la 22e position du championnat, tandis que Zarco a décroché un podium et pris la 13e place de la catégorie, avec une moto cependant supérieure et recevant des évolutions.

Fin connaisseur du talent de son ancien adversaire en Moto2, le Français estime que celui qui est désormais son ancien coéquipier n'a jamais véritablement pu prendre ses marques au plus haut niveau, au guidon de machines parmi les plus faibles du plateau et qui ne correspondaient peut-être pas à son pilotage. "C'est dommage qu'en MotoGP il n'ait pas vraiment eu l'opportunité de bien s'adapter", a commenté Zarco. "Il a peut-être commencé en MotoGP avec une moto qui n'était pas vraiment compétitive. [...] Je crois que ça a été compliqué pour lui."

"Après, c'est un gars super passionné et motivé, il est celui qui roule le plus à moto, de tout type, mais par rapport à son style il n'a pas pu très bien s'adapter à cette catégorie MotoGP. Parce qu'il a besoin de beaucoup rouler pour s'adapter et malheureusement avec la MotoGP on ne peut pas beaucoup rouler, alors si on n'obtient pas ça rapidement, ensuite on est en difficulté et je pense que ça a été sa situation pendant de nombreuses années." 

Lorsque son départ du team Avintia a été annoncé, Tito Rabat a justement déploré de ne pas avoir eu la possibilité de profiter d'une machine d'usine dans la catégorie : "Je n'ai pas eu l’opportunité que je méritais en MotoGP, parce que je n’ai jamais été dans une équipe satellite, j’ai toujours été dans une équipe privée, avec un contrat privé", expliquait-il.

Avant d'être équipiers cette année, Zarco et Rabat ont été rivaux en Moto2 quand le Catalan, titré en 2014, est devenu le premier pilote à défendre sa couronne dans la catégorie la saison suivante. Et à l'époque, Rabat était un pilote redoutable selon Zarco : "Mes souvenirs avec Tito remontent globalement à nos années en Moto2, où il a été très fort. Il a remporté le titre, puis je me suis battu face à lui quand il a tenté de décrocher son deuxième titre mais c'est alors moi qui ai remporté mon premier titre."

Lire aussi :

Dans l'équipe Pramac, Johann Zarco sera aligné aux côtés du troisième débutant de la saison 2021, Jorge Martín, cinquième du Moto2 cette année malgré deux courses manquées en raison d'une contamination au COVID-19. Zarco prédit au Champion 2018 du Moto3 un destin opposé à celui de Rabat, avec une intégration rapide.

"Je pense qu'il va bien s'adapter. Dans la manière dont il pilote en Moto2, je vois des choses qui me font penser qu'il aura le talent pour vraiment s'adapter. Et globalement avec Pramac, ils ont beaucoup de références et je pense qu'il sera dans le groupe espagnol donc il va rapidement se sentir bien." 

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Team satellite en 2022 : Suzuki doit se décider avant mars ou avril

Article précédent

Team satellite en 2022 : Suzuki doit se décider avant mars ou avril

Article suivant

Pour Dovizioso, l'absence du public a enlevé de la saveur aux courses

Pour Dovizioso, l'absence du public a enlevé de la saveur aux courses
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021