Jorge Lorenzo admet avoir commis deux erreurs qui lui coûtent cher

Dans la patrie de Valentino Rossi, Jorge Lorenzo a perdu très gros.

Jorge Lorenzo admet avoir commis deux erreurs qui lui coûtent cher
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo et Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Départ : Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing mène
Jorge Lorenzo, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing et Marc Marquez, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing

Le Grand Prix disputé à Misano vaut au pilote espagnol son premier abandon de la saison. Si son adversaire pour le titre a, lui, connu sa première absence du podium, c'est bien le Majorquin qui paye le plus lourd tribut de cette course folle en laissant Rossi augmenter de 11 points son avance au Championnat.

Dans les circonstances très inhabituelles d'une course flag-to-flag ayant justifié non pas un, mais deux changements de machine, Jorge Lorenzo estime avoir commis une première erreur stratégique en retardant son second passage par les stands lorsqu'il fallait repasser en slicks après quelques tours en pneus rainurés.

"Si je chutais [en slicks sur piste mouillée] je pouvais perdre le Championnat. Voilà pourquoi, sachant que j'étais deuxième, j'ai attendu un peu pour voir ce que faisait Valentino," a-t-il expliqué, cité par Crash.net. "Si j'entrais aux stands [avant Rossi] et qu'il se remettait à pleuvoir, je pouvais tomber et me blesser. Lui pouvait gagner et j'aurais perdu 25 points."

"Voilà pourquoi j'ai décidé de rester en piste. J'ai peut-être fait une faute, la première de mes deux fautes du jour," admet-il. "J'aurais probablement dû accorder plus de confiance à ce que le team me panneautait, parce qu'ils regardaient les chronos et tout le reste. Mais il est trop tard et cela ne sert à rien de se plaindre. C'est fait."

Une lourde chute

Passé par les stands deux tours après Márquez et un avant Rossi, Lorenzo a fini par être piégé par des pneus slicks encore trop froids pour le bitume mouillé de Misano. Dès son premier tour en gommes lisses, le pilote Yamaha a lourdement chuté.

"J'ai commis ma deuxième faute après mon deuxième arrêt," explique-t-il. "J'ai eu beaucoup de mal à faire monter le pneu en température et à me réhabituer au feeling du slick. Quand Redding m'a passé si vite, j'ai un peu perdu patience parce que j'avais l'impression d'être trop lent et de devoir me dépêcher pour ne pas qu'ils me rattrapent tous."

"Voilà pourquoi, à un moment donné, je n'ai pas fait attention à ce virage, un gauche qui arrivait après beaucoup de virages à droite. Même sur le sec, il faut faire attention à cet endroit. Je suis rentré trop vite par rapport à la température de mon pneu arrière. Si j'avais été un peu plus patient, j'aurais pu finir deuxième ou troisième."

Une saison malchanceuse, mais qui n'est pas finie

Désarçonné par sa machine dans le rapide virage n°15, il a pris un coup à la main qui a nécessité des examens médicaux. Une fois rassuré sur l'absence de fracture, il a analysé la situation en jugeant avoir surtout joué de malchance.

"Deux courses de suite dans lesquelles je manque de chance, à cause de circonstances anormales, humides. A Silverstone j'ai manqué de confiance, tandis qu'ici je n'avais pas le rythme pour correctement monter le pneu en température."

"Je pense avoir manqué de chance cette année en général, mais en particulier pendant ces deux dernières courses, parce que j'aurais pu gagner ou finir deuxième sur chacune des deux," estime le pilote espagnol. "Mais c'est la course. Par le passé, mes adversaires au Championnat ont chuté et cette fois c'est à mon tour de manquer de chance."

Jorge Lorenzo compte aujourd'hui 23 points de retard sur Valentino Rossi au Championnat. Il leur reste cinq manches pour se départager, la première d'entre elles se jouant sur les terres de l'Espagnol, à Aragón. "Tout n'est pas perdu," assure-t-il. "Si je remporte les prochaines courses, je peux encore devenir Champion du Monde, quelle que soit la position à laquelle finira Valentino."

"J'ai 23 points de retard, mais plus tôt dans l'année j'en ai rattrapé 29 en quatre courses," rappelle-t-il, se référant au retard qu'il affichait après l'Argentine et qu'il a presque entièrement comblé (à 1 point près) en s'imposant quatre fois de suite. "Cela peut arriver à nouveau, ou bien Valentino peut faire des erreurs. Il est évident qu'il va avoir la pression, parce qu'il a désormais plus à perdre qu'à gagner." A bon entendeur...

partages
commentaires
Le pire résultat et la meilleure nouvelle pour Rossi

Article précédent

Le pire résultat et la meilleure nouvelle pour Rossi

Article suivant

Loris Baz - "Une course folle! Je ne comprenais pas où j'étais"

Loris Baz - "Une course folle! Je ne comprenais pas où j'étais"
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021