Jorge Lorenzo évoque ses contacts avec Aprilia et les joies de la retraite

À 34 ans, Jorge Lorenzo est aujourd'hui un retraité épanoui. Il a pourtant envisagé il y a quelques mois de rejoindre Aprilia en tant que pilote d'essais.

Jorge Lorenzo évoque ses contacts avec Aprilia et les joies de la retraite
Charger le lecteur audio

Retiré des courses depuis fin 2019, lorsqu'il a décidé de rompre son contrat avec Honda afin de mettre fin à une aventure douloureuse, Jorge Lorenzo a mis un moment avant de définitivement tirer un trait sur son engagement en compétition. Longtemps, il a entretenu le flou sur son avenir, gardant des contacts qui auraient pu lui permettre de retrouver un guidon et vantant ses qualités après l'une des carrières les plus riches de l'ère moderne.

Finalement, le Majorquin a pris le rôle de pilote d'essais pour Yamaha la saison dernière, mais c'était sans compter sur l'apparition du COVID-19 et son très lourd impact sur son programme de tests et les wild-cards initialement envisagées et finalement jamais concrétisées. Désormais sorti des radars des marques, le quintuple Champion du monde a levé le voile cette semaine sur les contacts qu'il a pourtant eus avec Aprilia en vue de 2021, révélant qu'il aurait bel et bien souhaité rejoindre son ancien constructeur afin de se charger de son programme d'essais. Si cette perspective avait été accueillie sans enthousiasme par Aleix Espargaró à l'époque, c'est finalement l'argent, dit-il, qui a mené la négociation dans une impasse.

"J'ai été en contact avec Rivola, avec qui je suis ami depuis l'époque où il était chez Ferrari en Formule 1", explique-t-il dans une interview pour GPOne. "On a discuté, mais dans leur première approche ils m'avaient proposé de les rejoindre comme pilote [de course], or dans ma tête j'ai toujours eu envie de voir s'il était possible de continuer en tant que pilote d'essais. Aprilia et moi nous sommes donc parlé dans cette optique, mais au final ils ne voulaient pas investir autant pour avoir un champion comme moi en tant qu'essayeur, car il faut assurément investir plus d'argent qu'avec un pilote qui n'a pas gagné autant. En fin de compte, on n'a donc pas trouvé d'accord."

"Ce chapitre est désormais clos"

Ce qui semblait devoir être sa dernière option désormais envolée, Jorge Lorenzo profite aujourd'hui de sa vie de jeune retraité, plus porté sur les stratégies d'investissements que sur la pratique de la moto. Neuf mois après son dernier test au guidon d'une MotoGP, il a retrouvé la piste de Misano ces derniers jours pour un événement promotionnel. Fini la pression et les enjeux, seul le plaisir compte à présent pour lui.

"J'ai toujours été quelqu'un de très perfectionniste, qui voulait tout le temps gagner. Tout ce que je faisais dans la vie visait à atteindre ce but. Mais maintenant, c'est un autre monde. Je viens ici pour m'amuser, faire la promotion de la marque et simplement passer une bonne journée, pas pour essayer d'être toujours plus compétitif, comme avant", a-t-il expliqué.

Admettant avoir fait "beaucoup de sacrifices" pour connaître la carrière qui a été la sienne, depuis son enfance jusqu'au moment où il a raccroché son casque, à 32 ans, Jorge Lorenzo se dit "reconnaissant à la vie pour ce qu'elle [lui] a donné" et désireux aujourd'hui d'en profiter.

"Les sports d'élite sont comme ça. Il faut y penser 24 heures sur 24, être très concentré", a-t-il ajouté, concédant qu'il se montre aujourd'hui plus souriant car il est tout simplement plus serein. "Après tant d'années, une vie entière dédiée à un sport, on s'essaye à une vie détendue, on mange ce qu'on veut, on dort autant d'heures qu'on veut… Il n'y a plus ce stress ni ces sacrifices à faire et, ensuite, il est très difficile de recommencer à faire les sacrifices et de reprendre les risques que j'ai pris pendant 30 ans de ma vie. Ce chapitre est désormais clos. Maintenant, il faut profiter de la vie car on n'en a qu'une."

Lire aussi :

partages
commentaires
Marini espère un contrat avec Ducati pour courir chez VR46 Aramco
Article précédent

Marini espère un contrat avec Ducati pour courir chez VR46 Aramco

Article suivant

KTM a progressé grâce à des pièces prévues pour 2022

KTM a progressé grâce à des pièces prévues pour 2022
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021